SFR Actus
Ciné / Séries

BlacKkKansman, la comédie utile de Spike Lee est sur OCS

John David Washington dans BlacKkKansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike Lee sur OCS © Lava Films LLC.

Le plus étonnant avec le film de Spike Lee, BlacKkKlansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan, n'est pas qu'il soit drôle ou qu'il soit bien, mais qu'il soit inspiré d'une histoire vraie...

Petit événement sur OCS, avec l'arrivée ce 28 février du film de Spike Lee BlacKkKlansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan, une comédie acerbe dont le propos reste malheureusement toujours aussi fort, surtout après les événements de 2020 et le mouvement Black Lives Matter...

Pourtant, l'action du film se déroule à la fin des années 1970. Comme si rien n'avait changé en plus de 40 ans ? La question se pose en tout cas en visionnant le long métrage, sorti en 2018, et dont on ne pouvait imaginer à l'époque que son message deviendrait encore plus puissant dans les mois qui allaient suivre. Mais loin d'être un drame qui plombe le moral, BlacKkKansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan est un film qui dénonce la racisme en s'en amusant, avec un pitch digne d'un épisode de South Park. Ron Stallworth, premier officier Afro-Américain du Colorado Springs Police Department décide... d'infiltrer le Ku Klux Klan ! Et pas seulement en se cachant sous une de leurs immondes capuches...

Pas franchement bien reçu en interne par les autres policiers, Ron Stallworth (incarné par John David Washington, depuis vu dans Tenet de Christopher Nolan, ou au côté de Zendaya dans Malcom & Marie sur Netflix) appelle donc l'organisation suprématiste locale, en répondant à une... petite annonce parue dans le journal (oui oui), se faisant passer pour un extrémiste, qui déteste les personnes de couleur, les homosexuels, les hispaniques, les Irlandais, les Italiens... En débitant des insanités, il parvient sans mal à convaincre le Klan de l'accepter. Et en particulier David Duke, "Grand Sorcier" du KKK, joué par Topher Grace (Eric dans That 70's Show). Le problème, c'est évidemment que s'il se pointe en personne, sa couleur de peau risquerait de poser comme un petit problème, dans cette drôle de communauté où on n'aime pas trop les étrangers, et où quand on porte des draps, ce n'est pas pour se déguiser en fantôme...

C'est l'histoire d'un Afro-Américain qui envoie un juif dans le Ku Klux Klan

Alors Ron décide d'entretenir la relation téléphonique, mais il doit envoyer son collègue Flip Zimmerman, juif non pratiquant, qui peut imiter sa voix, sur le terrain. Ce dernier est joué par Adam Driver, le Kylo Ren des derniers Star Wars, et mener cette mission d'infiltration va autant le mettre en danger qui lui faire vivre des situations improbables, alors que l'objectif du Klan est de rendre son discours acceptable, pour avoir une vraie place dans le débat démocratique. Bien entendu, tout ressemblance avec des personnes ou des événements de la vraie vie n'est pas du tout fortuite. Et c'est bien ce qui doit le plus embêter les racistes et le Klan avec ce film : que Spike Lee parvienne à les tourner en dérision grâce à une bonne dose d'humour noir...

Regardez BlacKkKansman : j'ai infiltré le Ku Klux Klan , Oscar du meilleur scnéario adapté 2019, sur OCS, en ce moment disponible à 8 euros par mois avec SFR Ciné Séries depuis la box SFR.

Sources : Allociné, OCS

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur