SFR Actus
Cinéma

3 bonnes raisons de (re)voir Hors normes sur Canal+

Vincent Cassel et Reda Kateb, un duo de choc en tête d'affiche de "Hors Normes". © 2019 ADNP / Ten Cinéma / TF1 Films Production / Belga Productions / Quad+Ten

Un peu moins d'un an après avoir rencontré un succès à la fois public et critique en salle, le dernier film d'Éric Toledano et Olivier Nakache débarque sur le petit écran. SFR Actus vous donne trois (bonnes) raisons de ne pas manquer Hors normes, ce mardi 22 septembre sur Canal+.

#1 La nouvelle pépite de Toledano & Nakache

Ces noms, vous les connaissez, ce sont ceux derrière le succès monstre qui a fait tant rire que pleurer l'Hexagone entière en 2011, avant de connaître même un remake improbable made in USA, sorti l'année dernière… On vous parle bien sûr d'Intouchables — ledit remake s'appelle quant à lui The Upside au cas où vous seriez intéressés, c'est d'ailleurs sur Amazon Prime Video, la plateforme de streaming disponible sur la box SFR.

Certes, Éric Toledano et Olivier Nakache n'ont pas chômé depuis, ayant d'abord retrouvé Omar Sy pour Samba, puis dirigé (entre autres) Jean-Pierre Bacri dans l'excellent Sens de la fête. Mais ce Hors normes, le dernier d'une filmographie décidément de plus en plus belle, nous ramène dans une autre dimension, celle d'un cinéma français à son apogée, arrivant — presque — au niveau des fameux Intouchables. Il n'y a qu'à voir le déluge de nominations qui a suivi sa sortie en salle : une à Cannes, une aux Golden Globes même, et pas moins de sept aux César. Pour cause, le duo a ressorti sa bonne vieille recette, toujours aussi efficace : emprunter des faits réels et les mettre en musique sur une partition mêlant gravité et légèreté en toute virtuosité. S'emparant qui plus est d'un sujet de société quelque peu tabou, l'autisme, les deux réalisateurs signent encore un vrai feel good movie, la prise de conscience en prime.

#2 Un autre regard sur l'autisme

Car c'est effectivement un sujet dont on parle peu, qui représente pourtant une vraie problématique sociale, à savoir la prise en charge d'enfants et adolescents souffrant des formes les plus complexes d'autisme. Dans Hors normes, Éric Toledano et Olivier Nakache racontent le combat que mènent au quotidien deux associations pour venir en aide à ces jeunes malgré leurs moyens limités. Deux associations qui existent — sous d'autres noms — dans le monde réel, portées par deux hommes appelés Bruno et Malik dans le film, Stéphane Benhamou et Daoud Tatou dans la vraie vie. Ce sont eux qui ont inspiré le long-métrage, leur visage étant même révélé au générique, à l'image de ceux de Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou à la fin d'Intouchables.

Plus que jamais un véritable mélange entre fiction et réalité, ayant fait l'objet d'une véritable immersion de deux ans des réalisateurs au sein desdites associations, Hors normes présente même de vrais encadrants ainsi que des jeunes réellement atteints d'autisme dans son casting. "C’était impensable qu’on ait des acteurs qui jouent des jeunes en situation d’autisme", confiait ainsi Olivier Nakache au micro du Huffington Post à la sortie du long-métrage. À commencer par Benjamin Lesieur, qui incarne le dénommé Joseph dans le film, au premier rang juste derrière les acteurs principaux. Rien qu'à voir sa performance, rayonnante, c'est tout de suite adopter un autre regard, plus emphatique, sur ce trouble alors que la mise en exergue des difficultés auxquelles les familles et les aidants doivent faire face ressortent comme un véritable appel à l'action.

#3 Vincent Cassel et Reda Kateb, l'autre duo de choc

Pour incarner les (autres) héros du film que sont les responsables associatifs susmentionnés, Éric Toledano et Olivier Nakache ont fait appel à deux pointes du cinéma hexagonal. Dans le rôle si l'on peut dire de Daoud Tatou, qui forme des jeunes issus des quartiers au contact de ces cas dits "hyper complexes" d'autisme, on retrouve ainsi Reda Kateb. Celui qui la même année s'illustrait dans Le Chant du Loup, interprète épatant quelques temps plus tôt de Django, offre une performance toujours aussi impeccable.

Mais c'est surtout son compagnon de choc qui surprend et bouleverse d'autant plus. Car si l'on connaît bien évidemment ses talents d'acteurs, on a rarement vu Vincent Cassel dans un tel rôle. L'énervé de La Haine n'est plus, les années l'ont de toute évidence adouci puisqu'on le retrouve ici plein de compassion, avec même un brin de timidité — quand il ne s'agit pas de se donner corps et âme pour ses protégés — qui le rend d'autant plus attachant. Et les deux acteurs ensemble, témoins évidents d'une réelle complicité entre ceux qui ont inspiré leurs personnages, nous offrent une vraie alchimie réconfortante, des moments tantôt d'humanité tantôt de gentille déconnade qui redonnent le sourire.

Promis, vous ne resterez pas indifférent face à cette petite pépite, alors ne manquez pas Hors normes ce mardi 22 septembre, à 21 heures en exclusivité sur Canal+. Une chaîne disponible avec la box SFR.

Source : Huffington Post

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur