Taron Egerton dans le rôle d’Elton John, dans le film Rocketman de Dexter Fletcher, qui sera présenté hors compétition lors du Festival de Cannes 2019.
Cinéma

Cannes 2019 : 5 films qui vont marquer la Croisette

Taron Egerton dans le rôle d’Elton John, dans le film Rocketman de Dexter Fletcher, qui sera présenté hors compétition lors du Festival de Cannes 2019. © Rocketman / Paramount Pictures

L’édition 2019 du Festival de Cannes arrive à grands pas ! Mais quels sont les films les plus attendus de la compétition ?

La compétition s’annonce rude pour l’édition 2019 du Festival de Cannes. Le choix ne devrait pas être facile pour Alejandro González Iñárritu, président du jury. Entre les films en lice pour la Palme d’Or, ceux hors compétition, le Prix Un certain regard et la Caméra d’Or, les spectateurs et spectatrices devraient s’en mettre plein les yeux. Avant même le début de la montée des marches et du tapis rouge, on pressent déjà que certains films vont marquer les esprits ! Mais avec quoi ?

The Dead Don’t Die, de Jim Jarmusch

En ouverture du Festival de Cannes, les spectateurs et spectatrices auront le privilège de découvrir The Dead Don’t Die en avant-première, un jour avant sa sortie nationale. Pour son film, Jim Jarmusch réunit un casting exceptionnel : Bill Murray, Adam Driver, Tilda Swinton, Chloë Sevigny, Steve Buscemi ou encore Danny Glover. Et on pourra également retrouver de grandes stars musicales dans des rôles plus petits : Selena Gomez, Iggy Pop, Tom Waits et le rappeur RZA. De quoi s’assurer un véritable carton au box office.

The Dead Don’t Die renouvelle le film de zombies. On se retrouve dans une petite ville paisible et campagnarde, avec un groupe formé par trois policiers et une écossaise énigmatique qui tente de vaincre l’invasion. Une intrigue horrifique qui mise tout sur la comédie et l’absurdité. Et si, pour la première fois de sa carrière, avec son treizième long-métrage, Jim Jarmusch remportait enfin la récompense suprême du Festival de Cannes ?

Rocketman, de Dexter Fletcher

C’est l’un des films les plus attendus de 2019, c’est donc en toute logique que Rocketman, le biopic d’Elton John, fait déjà rugir d’excitation les futurs spectateurs et futures spectatrices du Festival de Cannes. Avec Taron Egerton (Kingsman : Services secrets) dans le rôle de la star étincelante, Jamie Bell (Billy Elliot) pour interpréter son parolier Bernie Taupin, Richard Madden (Game of Thrones, Bodyguard) son manager et Bryce Dallas Howard (Jurassic World) sa mère, on ne peut qu’à s’attendre qu’à un grand succès, tant populaire que critique.

Aux commandes, on retrouve Dexter Fletcher, qui avait remplacé Zack Snyder sur Bohemian Rhapsody, biopic de Freddie Mercury, chanteur de Queen. Les biographies des grands chanteurs anglais ne se seront jamais si bien portées ! Rocketman sera présenté au Festival de Cannes hors compétition, ce qui ne l’empêchera pas de causer son lot d’émotions. Il arrivera ensuite dans les salles obscures françaises le 29 mai 2019 pour que nous puissions découvrir la genèse d’un des artistes les plus atypiques de l’histoire.

Parasite, de Bong Joon-ho

Décidément, les films horrifiques ont le vent en poupe sur la Croisette en 2019 ! Après les zombies de Jim Jarmusch, c’est l’horreur coréenne qui s’invite au Festival de Cannes. Dans Parasite, on retrouve deux familles radicalement opposées qui sont rassemblées pour lutter contre l’effroi. L’une est richissime, l’autre est au chômage. Une alliance énigmatique pour un film bien mystérieux.

Bong Joon-ho ne montera pas les marches à Cannes pour la première fois de sa carrière. En 2017, son film Okja était en compétition pour la Palme d’Or. Son film Mother concours dans la catégorie Un certain regard en 2009. Idem pour The Host, qui avait été présenté en 2006 à la Quinzaine des réalisateurs. Quand Bong Joon-ho réalise un film, il y a fort à parier pour que ça finisse au Festival de Cannes. Et avec Parasite, il représente un concurrent sérieux pour remporter la Palme d’Or.

Le Daim, de Quentin Dupieux

Quentin Dupieux est un réalisateur pour le moins original. Un film sur un pneu psychopathe tueur en série ? C’est lui. Un autre sur un réalisateur qui cherche le gémissement parfait ? c’est encore lui. Un homme en slip de bain qui dirige un orchestre avant de se faire arrêter par la police ? C’est toujours lui. Quentin Dupieux est dans sa bulle, il avance dans sa propre réalité, au son de son absurdité personnelle. On ne sait jamais quoi attendre de ses films et c’est pour cette raison que Le Daim est plus qu’attendu au Festival de Cannes. Il sera présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs.

En tête d’affiche, on retrouve l’emblématique Jean Dujardin et l’étoile montante Adèle Haenel. Un duo qui devrait faire des étincelles. L’histoire qui les réunit est irrationnelle et saugrenue : un homme qui plaque toute sa vie pour réaliser son rêve en s’achetant un blouson entièrement en daim. Et malgré le peu d’informations mis à notre disposition, on meurt d’envie de voir Le Daim !

Douleur et Gloire, de Pedro Almodóvar

Enfin, on retrouve un autre monstre du cinéma : Pedro Almodóvar. Après avoir intégré six fois la sélection officielle du Festival de Cannes, après avoir remporté deux prix et après en avoir été président du jury en 2017, le réalisateur espagnol revient cette fois en tant que candidat à la Palme d’Or avec Douleur et Gloire. Sur le tapis rouge, il sera accompagné d’Antonio Banderas et de Penélope Cruz, les deux têtes d’affiche de son film !

On les retrouve dans une mise en abyme où l’on suit un réalisateur et une série de retrouvailles auxquelles il est confronté. Des acteurs avec qui il a travaillé, ses premiers amours, de toutes les années, de toutes les décennies. Mais c’est surtout avec la solitude qu’il renoue, malgré ces nombreuses rencontres. Comme à l’habitude, on retrouve Almodóvar dans une esthétique minimaliste qui sent bon l’Espagne et qui a de quoi faire peur à tous ses concurrents !

Par Clément Capot