SFR Actus
Cinéma

Jean-Pierre Bacri : ses plus grands films sont à (re)voir en VOD

Jean-Pierre Bacri dans l'un de ses premiers grands succès au cinéma, "Un air de famille". © 1996 Téléma

Le cinéma français est en deuil. Il vient de perdre une de ses grandes figures. Un éternel râleur aussi capable de tendresse et d'humour, comme le démontre sa longue filmographie, d'Un air de famille au Sens de la fête, en passant par l'inoubliable Didier. Quelques-unes de ses plus grandes œuvres sont aujourd'hui réunies dans une collection hommage sur la plateforme VOD de la box SFR.

C'est avec stupeur que l'on a appris, ce lundi 18 janvier 2021 en fin de journée, la disparition de Jean-Pierre Bacri. Une annonce qui n'a pas manqué de bouleverser, tant par la précocité de son décès — il a été emporté à 69 ans d'un cancer, face auquel il luttait dans la plus grande discrétion depuis des mois — que par l'éminente place qu'il occupait sur le grand écran hexagonal. Lui dont la seule présence dans un film suffisait à convaincre bon nombre de spectateurs, que ce soit dans le registre comique ou dramatique. Lui qui incarnait un véritable anti-héros, le plus sympathique des râleurs, qui derrière son air grognon cachait une bienveillance sincère et surtout un grand sens de l'humour.

C'est dans ce rôle de grande gueule au grand cœur que Jean-Pierre Bacri a conquis le public à travers sa longue et fructueuse carrière au cinéma, étalée sur quatre décennies. Retour sur sa grande filmographie, à retrouver en VOD à travers une collection hommage sur la box SFR.

Son éternel duo avec Agnès Jaoui

Impossible de parler de Jean-Pierre Bacri sans évoquer tout d'abord sa tout aussi célèbre complice, Agnès Jaoui. Ils s'étaient rencontrés en 1987 sur les planches et, depuis, ne s'étaient plus quittés. Même après leur séparation, après 25 années de vie commune, ils restaient inséparables. De vraies "âmes sœurs", comme il l'estimait lui-même. À la fois comédiens et auteurs, ils ont transformé leur succès théâtral en l'une des plus fructueuses collaborations que le cinéma hexagonal ait jamais connu. Ça a commencé avec Cuisine et dépendances, ça s'est confirmé avec Un air de famille, deux œuvres qu'ils ont écrites et jouées au théâtre avant de les adapter au grand écran, en 1992 et 1996. Le couple passe des Molière aux César, et alimente par la suite sa filmographie commune, en tant que co-scénaristes, avec le musical On connaît la chanson en 1997, puis Le Goût des autres en 2000. Alors que celui-là, premier essai de Jaoui derrière la caméra, décroche même une précieuse nomination aux Oscars, s'en suivent Comme une image (2004), Parlez-moi de la pluie (2008), Au bout du conte (2013), et plus récemment encore Place Publique (2018). Des films peut-être moins renommés, certes, mais qui n'ont certainement pas déçu les fidèles du duo, toujours heureux de les retrouver côte-à-côte.

Entre potes avec Alain Chabat

Outre son éternelle acolyte, on peut en citer plusieurs des acteurs avec lesquels Bacri a multiplié les collaborations au cinéma. On pense notamment à un autre Jean-Pierre, Darroussin de son nom, qui était aussi à l'affiche des plus grands succès du couple et avec lequel le défunt acteur a tourné en tout et pour tout six fois. Mais l'autre duo particulièrement marquant que ce dernier aura formé sur le grand écran, c'est en compagnie d'Alain Chabat. Vous l'aurez deviné : on en vient à son rôle inoubliable dans Didier. Ovni du cinéma français, néanmoins culte, c'était la première réalisation en 1997 de l'ancien des Nuls. Alors que lui se glissait (avec brio) dans la peau d'un chien, il offrait à son ami l'occasion de lui donner la réplique en tant que "dog"-sitter malgré lui. Mythique. La paire, à jamais gravée dans les esprits, s'est ensuite retrouvée dans Le Goût des autres. Et sachez que pour son grand pote qu'était effectivement Alain Chabat, Jean-Pierre Bacri s'est aussi laissé aller à quelques caméos… Dans La Cité de la Peur d'abord, où il incarnait l'un des malheureux projectionnistes. Puis dans Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre, où il a donné de sa voix (off) pour un petit clip sur la langouste. Et enfin dans Santa & Cie, où il a enfilé le costume rouge d'un (faux) Père Noël. Saurez-vous remarquer ces apparitions aussi drôles que furtives ?

Parmi la crème de la crème

Avec ou sans ses fameux complices, Jean-Pierre Bacri a fait partie de ces acteurs incontournables sur la scène française. Quoique abonné dans un premier temps aux seconds rôles, il a multiplié les apparitions remarquées auprès d'autres grands noms du cinéma hexagonal : Subway de Luc Besson en 1985 (avec Isabelle Adjani, Christophe Lambert, Richard Boringer, Michel Galabru, Jean-Hugues Anglade, Jean Reno…), Mes meilleurs copains de Jean-Marie Poiré en 1989 (avec Gérard Lanvin, Christian Clavier, Jean-Pierre Darroussin, Marie-Anne Chazel…), La Baule-les-Pins de Diane Kurys en 1990 (avec Nathalie Baye, Richard Berry, Zabou Breitman, Vincent Lindon…). Puis l'acteur s'est offert de belles têtes d'affiches, en particulier dans les années 2010. On peut ainsi citer Cherchez Hortense (2012) de Pascal Bonitzer, où il donnait la réplique à Isabelle Carré, Claude Rich et Kristin Scott-Thomas. La Vie très privée de Monsieur Sim évidement, un rôle taillé sur-mesure par Michel Leclerc en 2015. Puis sa prestation, toujours impeccable, dans la peau d'un croque-mort pour le Grand Froid de Gérard Pautonnier en 2017. La même année, c'est dans une nouvelle œuvre phare d'Éric Toledano et Olivier Nakache que l'acteur a d'autant plus brillé, le merveilleux Sens de la fête. Et, en 2018, il s'est entouré de Chantal Lauby, Vanessa Paradis, Camille Cottin et Pierre Deladonchamps dans Photo de famille, signé Cecilia Rouaud. Un rôle de patriarche, râleur toujours, pour émouvoir une dernière fois le public.

La collection spéciale Jean-Pierre Bacri, qui rend ainsi hommage à son immense carrière en réunissant la grande majorité des œuvres précitées, et d'autres, est disponible dès à présent sur la plateforme VOD de la box SFR.

Source : Allociné

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur