Elsa découvre une forêt enchantée dans "La Reine des neiges 2"
Cinéma

La Reine des neiges 2 : une suite féerique, drôle et émouvante

Elsa découvre une forêt enchantée dans "La Reine des neiges 2" © 2019 Disney. All Rights Reserved.

C’est l’événement de cette fin d’année : La Reine des neiges fait son grand retour dans les salles obscures ! Six longues années se sont écoulées depuis que Disney a envoûté le public avec des personnages aussi givrés qu’attendrissants – et, surtout, avec sa fameuse chanson que les enfants (et parents) tout autour du globe ont encore gravé en mémoire. Cette suite se sera donc fait attendre, mais c’est pour la bonne cause, la patience étant souvent récompensée par un travail bien achevé… On vous dit ce qu'il en est, avant de la découvrir en salle le 20 novembre prochain. Une critique garantie sans spoilers !

Ce n’est pas chose facile de proposer une suite à un blockbuster. Trop souvent, c’est même raté. Et d’ailleurs Disney, qui n’hésite pourtant pas à revisiter tous ses classiques avec toujours plus d’adaptations en live action, ne s’aventure pas souvent dans cet exercice délicat — en salle tout du moins. Si l’on retire de l’équation toutes les coproductions Pixar, la maison aux grandes oreilles ne l’a fait récemment qu’avec Les Mondes de Ralph et sa version donc 2.0. Aujourd’hui, elle réitère l’opération avec La Reine des neiges 2. Logique, au vu du succès du premier volet (plus d’un milliard d’euros de recettes autour du globe). Nul doute que celui de ce second opus sera tout aussi franc.

Parce que, oui, La Reine des neiges 2 est une suite réussie. Allez, on va s’aventurer à dire qu’elle est même mieux que l’original. Pourquoi ? Parce que l’histoire étant située trois ans après les événements du premier film, les personnages ont mûri. Ce qui permet aux mêmes thèmes fondateurs, de l’univers féerique au récit cathartique, d’être revisités avec plus de profondeur. On vous explique, sans spoilers c’est promis, en commençant par le fil conducteur : le scénario.

"Into the Unknown"…

Enfin "libérée, délivrée", dorénavant habilitée à partager sa magie avec son peuple, Elsa n’est pour autant pas tout à fait comblée. C’est que, ses pouvoirs continuant de grandir, elle sent bien que son dessein ne se limite pas au trône d’Arendelle. Et alors que se pose une question qui n’a pas été résolue dans le premier volet — pourtant primordiale : d’où viennent ses capacités surnaturelles ? —, la jeune monarque entend une voix qui l’appelle à l’horizon. C’est ainsi attirée par sa destinée, et poussée par une nouvelle menace sur son royaume, qu’elle s’en va, accompagnée bien évidemment de sa sœur Anna, Olaf, Kristoff et Sven, vers l’inconnu. Ou "Into the Unknown", en anglais : c’est le titre original de LA chanson phare de La Reine des neiges 2, qui va, c’est sûr, rencontrer autant d’engouement que le phénoménal Let It Go (Libérée, délivrée en VF). Soyez prêts…

Bon, il faut dire qu’à partir de là, le déroulement du scénario ne réservera que peu de surprises pour le public plus averti (de plus de 12 ans), tous les indices ayant été donnés dès la scène introductive où, dans un flashback, les parents d’Elsa et Anna racontent l’histoire vraie d’une certaine forêt enchantée... Ce qui n’empêchera toutefois pas petits et grands de suivre les aventures des sœurs d’Arendelle le sourire aux lèvres et les yeux écarquillés d’émerveillement — quand ils ne sont pas (juste un peu) mouillés. Car plus mature, comme l’exprime si bien la crise existentielle du bonhomme de neige tout au long du film, l’histoire de cette suite est aussi plus forte. Avec quelques scènes qui ne manqueront pas de faire pleurer à chaudes larmes les bambins (mais, après tout, on est tous passés par là… RIP Mufasa).

Un voyage féerique plein d’émotions

Rassurez-vous toutefois, s’il est effectivement par moments plus dur, plus triste, ce deuxième volet est aussi plus drôle. Sans vous en dire trop, on pense notamment aux séquences géniales d’Olaf, qui était certes déjà le sympathique trublion du premier film – NB : restez jusqu’à la toute fin de ce nouvel opus, c’est long à attendre, mais la scène post-générique en vaut la chandelle ! Mention spéciale aussi à la chanson de Kristoff et Sven : les plus petits n’y verront que du feu, mais les plus grands se régaleront de cet hommage aux power ballads ô combien dramatiques des groupes de hard rock dans les années 1980.

Sans compter que la magie est encore au rendez-vous de cette Reine des neiges 2, bien sûr, elle aussi poussée au niveau supérieur grâce à l’arc narratif de la forêt enchantée, où s’animent quelques esprits qui représentent les différents éléments : le feu, l’eau, la terre et le vent. On passe outre les similitudes avec Le Cinquième Élément de Luc Besson (oui, oui) et on se laisse envoûter par ce nouvel univers féerique qui, au passage, nous offre de nouveaux personnages intéressants. Dont, notamment, une salamandre trop chou – c’est la nouvelle caution mignonne du film – et un cheval majestueux qu’Elsa va rencontrer, entre autres, dans sa quête de soi.

Last but not least : la bande originale. Car comment parler de La Reine des neiges sans évoquer les morceaux qui ont largement participé, et participeront encore, c’est sûr, à faire tout son succès ? En plus de la ballade mélodramatique de Kristoff et Sven, Olaf vous fera aussi sourire avec sa chanson réflexive When I Am Older ("Quand je serai grand"), à laquelle les bouts de chou pourront s’identifier. Et alors que le film compte au total sept nouveaux titres, encore écrits et composés par le couple Lopez qui avait remporté l’Oscar de la meilleure chanson originale pour Let It Go, celle-ci a donc, comme évoqué plus haut, son digne successeur avec Into the Unknown.

Une chanson – ici interprétée dans sa version générique par Panic! At The Disco – aussi puissante au niveau des cordes vocales que dans son propos, résumant à elle seule toute l’aventure "vers l’inconnu" dans laquelle s’apprête à embarquer Elsa. Allez, laissez-vous transporter avec elle. Promis, vous ne serez pas déçus du voyage. Départ dès le 20 novembre prochain en salle !

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur