SFR Actus
Cinéma

Le Prince oublié : un joli conte pour Noël à (re)voir sur Canal+

Omar Sy, héros de son monde imaginaire dans "Le Prince oublié". © 2020 Prélude / Pathé / StudioCanal / TF1 Films Production / Belga Productions / Korokoro

Il était une fois, une belle comédie familiale mise en scène par Michel Hazanavicius, avec Omar Sy en héros, qui ravira petits et grands en ce jour de fête… Ne manquez pas Le Prince oublié, ce vendredi 25 décembre à 21 heures sur la chaîne cryptée.

Le Prince oublié, c'est l'histoire de Djibi, qui élève seul sa fille, Sofia. Tous les soirs, il lui raconte d'incroyables histoires pour l'aider à s'endormir. Des histoires qu'il invente de toute pièce, les transportant dans un merveilleux monde imaginaire où elle devient une princesse et lui un "prince courageux", qui la sauve à chaque fois des griffes du méchant Pritprout. Mais un beau jour, Sofia, ne veut plus que son père lui raconte des histoires. Le monde de ce dernier, à la fois imaginaire et bien réel, s'écroule alors sous ses yeux. Djibi étant qui plus est remplacé par un nouveau prince, un jeune garçon du nom de Max…

Plus qu'un joli conte de fée, Le Prince oublié raconte ainsi le terrible passage à l'adolescence, vécu du point de vue parental. Comment, quand son enfant grandit (trop vite), un père autrefois élevé au rang de véritable héros se retrouve soudainement seul dans son royaume imaginaire, presque jeté — littéralement dans le film — aux oubliettes, au même titre que les anciens jouets de sa princesse… Une métaphore qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle de Toy Story, si ce n'est que c'est donc cette fois la figure paternelle qui doit avant tout faire face à ce moment tant redouté, devant apprendre à reconstruire, autrement, sa relation avec sa fille.

Un monde imaginaire pensé comme le cinéma

Le film de Michel Hazanavicius (réalisateur de petites pépites du nom d'OSS 117 et The Artist) raconte somme toute une histoire bien ordinaire, mais de manière vraiment extraordinaire. Car doté d'un joli budget, le cinéaste invite le spectateur dans le monde imaginaire de Djibi, alternant constamment entre celui-ci et le monde réel pour pousser la métaphore. Et c'est bien la belle surprise de cette comédie, outre l'humour de situation et les répliques bien senties, forcément, que ce soit de la bouche d'Omar Sy ou de celle de François Damiens (le méchant Pritprout).

En plus d'être haut en couleurs, avec des effets spéciaux à la hollywoodienne, le monde imaginaire de Michel Hazanavicius est une sympathique petite mise en abîme puisqu'il est construit comme sur un tournage de cinéma, avec ses décors en carton-pâte, où les héros ont leur loge et les figurants déambulent dans les allées en attendant d'être appelés sur le plateau. Une allégorie qui rappelle, encore, une certaine séquence dans un autre chef-d'œuvre signé Pixar, Vice-Versa cette fois (où ce sont les rêves qui sont mis en scène dans des studios)… Et qui émerveillera ainsi autant les plus petits qu'elle fera sourire les plus grands.

À la fois réaliste et fantaisiste, drôle et féérique, épique et touchant, ce portrait d'un père qui voit sa fille grandir, bien malgré lui, donne tout simplement lieu à une belle comédie qui ravira toute la famille. L'idéal, pour perpétrer la magie de Noël…

Retrouvez Le Prince oublié ce vendredi 25 décembre, à 21 heures sur Canal+. Une chaîne proposée en option, et même en pack en ce moment avec les plateformes Netflix et Disney+, sur la box SFR.

Source : Pathé Films

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur