Quentin Tarantino et Leonardo DiCaprio au photocall du film "Once Upon a Time... in Hollywood" au Festival de Cannes, le 22 mai 2019.
Cinéma

Once Upon a Time… in Hollywood : Tarantino imagine la suite des aventures de Rick Dalton

Quentin Tarantino et Leonardo DiCaprio au photocall du film "Once Upon a Time... in Hollywood" au Festival de Cannes, le 22 mai 2019. © VALERY HACHE / AFP

Dans un long entretien accordé au magazine The Wrap, le réalisateur nommé aux Oscars s’est amusé à raconter – en détails – ce qu’il serait advenu du fameux personnage incarné par Leonardo DiCaprio après les évènements (incandescents !) de la fin du film. Et ça vaut le détour. Attention, spoilers !

Quentin Tarantino fait partie des grands prétendants aux Oscars 2020 avec Once Upon a Time… in Hollywood. Un film au casting cinq étoiles, véritable hommage à l’industrie du cinéma américain des années 1960, qui revisite par la même occasion l’assassinat de l’actrice Sharon Tate (Margot Robbie) par les disciples de Charles Manson, en lui offrant une fin plus heureuse – et des plus Tarantinesques ! Nommé dans dix catégories, nul ne sait encore si celui qui raconte avant tout une belle histoire d’amitié entre un acteur de western has-been (Leonardo DiCaprio) et sa doublure officielle (Brad Pitt) saura faire le poids notamment face au film de guerre de Sam Mendes, 1917. Mais alors qu’on en aura le cœur net ce dimanche soir (ou plutôt lundi matin très tôt en France), une chose est sûre : le réalisateur est complètement investi dans son œuvre.

Preuve en est avec cette interview pour le magazine spécialisé The Wrap, dans laquelle Tarantino explique que ce qui fait selon lui la force du duo DiCaprio-Pitt dans le film, c’est qu’on "a presque l’impression que Rick Dalton et Cliff Booth sont de vrais gars" – alors qu’il s’agit de personnages fictifs, contrairement à ceux de Sharon Tate et Charles Manson notamment. Et ce, justement parce qu’il s’est "investi à 100% dans toute la carrière et filmographie" du premier. Le cinéaste se permet alors de dériver quelque peu pour raconter une histoire : "Je me suis mis à imaginer récemment sa carrière après le film. Et je suis allé très, très loin", prévient-il. C’est le moins qu’on puisse dire…

Le lance-flamme, élément déclencheur

Quentin Tarantino commence par rappeler la mythique scène de fin de ce Once Upon a Time… in Hollywood, qui voit Cliff Booth et Rick Dalton mettre une sacrée raclée aux fanatiques de Manson... L'ancienne vedette de western se servant notamment d’un lance-flamme qu’il avait hérité d’un tournage (mentionné auparavant dans le film). Quant à l’avenir professionnel de son personnage emblématique, le réalisateur estime ainsi :

"Ce qu’il s’est passé avec le lance-flamme et les hippies a beaucoup joué. Personne ne sait vraiment à quel point c’était quelque chose, mais c’était quelque chose. D’autant qu’il les a tués avec le lance-flamme, soit l’accessoire d’un de ses films les plus populaires."

De quoi faire le buzz, même si on n’employait pas ce terme encore à l’époque. "Du coup il commence à être de nouveau demandé", affirme Tarantino. "Enfin, pas comme Michael Sarrazin était demandé à cette époque", souligne-t-il, en évoquant l’acteur qui s’était fait connaître pour son rôle dans le film de Sydney Pollack On achève bien les chevaux. D’après le cinéaste à l’imagination décidément débordante – et la connaissance surtout profonde du cinéma de l’époque – le fameux film dans lequel Rick Dalton se sert du lance-flamme, The 14 Fists of McCluskey, aurait depuis eu droit à plusieurs rediffusions sur le petit écran et l’acteur se verrait offrir "quelques rôles, sur des productions à petit budget, mais des productions de studio".

Rick Dalton, une (presque) authentique vedette de l’époque

Pour donner une idée du niveau de notoriété dont Rick Dalton jouirait désormais, Quentin Tarantino cite deux autres noms d’anciennes stars américaines : "Il n’est pas tout à fait comme Darren McGavin (…) Rick se situe plutôt où John Saxon était, peut-être juste un peu plus haut." Persuadé que sa carrière serait maintenant sur le petit écran, le réalisateur poursuit en estimant que son personnage "gagne bien sa vie et fait de bons feuilletons". Surtout, "tous les épisodes sont construits autour de lui", même celui où "il joue le méchant dans Mission : Impossible" ! Et d’énumérer encore quelques (vrais) acteurs avec de (vrais) programmes dans lesquels son Rick serait invité, comme s’il avait réellement vécu à cette époque :

"Ah et puis il participe à des séries de Vince Edwards comme Matt Lincoln, ou le Cade’s County de Glenn Ford. Et c’était quelque chose parce qu’il avait fait Hell-Fire Texas avait Glenn Ford et ils ne s’étaient pas très bien entendus. Mais maintenant ils ont enterré la hache de guerre et ça fait jaser de voir les deux retravailler ensemble. Puis il fait quelques téléfilms avec Paul Wendkos."

À force de nous donner autant de détails, Quentin Tarantino nous ferait presque croire que Rick Dalton a bel et bien existé ! The Wrap nous fait savoir qu’il a même soumis la filmographie de son personnage à la base de données cinématographique iMDB, sans succès. Et alors que le cinéaste conclut tout simplement, sur un sourire en coin, "voilà, il s’en sort bien", on ne peut pas s’empêcher d’imaginer à notre tour ce que ça donnerait à l’écran, tout ça…

Source : The Wrap

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur