Pierre Lescure et Thierry Fremaux imposent leurs conditions à Netflix pour le Festival de Cannes
Cinéma

Pourquoi le Festival de Cannes ne déroule pas le tapis rouge pour Netflix

Pierre Lescure et Thierry Fremaux imposent leurs conditions à Netflix pour le Festival de Cannes © Bertrand Guay

Lors de l’édition 2018, la plateforme de streaming avait été déclarée persona non grata sur la Croisette et s’en était retirée avec fracas. Depuis, chacun des deux acteurs du drama a fait un pas vers l’autre, mais la scène du bisou n’a pas encore été tournée…

Je t’aime, moi non plus

Pourtant en 2017, Netflix avait deux films inscrits en compétition officielle : Okja et The Meyerowitz Stories. Le premier, film coréen avec des grands acteurs hollywoodiens comme Tilda Swinton et Jake Gyllenhaal, avait enthousiasmé Pierre Lescure et les administrateurs du festival. Thierry Frémaux, le Directeur Général, avait déclaré “Bong-Joon Ho est un grand cinéaste contemporain. On nous montre un film, le film nous plaît, le film est montré”. Un raisonnement qui paraît alors d’une pure logique et semble faire fi des considérations de supports de diffusion dans le marché du cinéma. Sauf que depuis, le Festival de Cannes a fait machine arrière, ne désirant présenter que des films sortis en salles. Alors les deux se sont ignorés durant l’année 2018, comme deux exs qui se croiseraient à une soirée, tous deux invités par des amis communs. Et puis chacun a cherché un compromis pour tenter de renouer les liens.

“Roma” n’a pas tout fait en un jour

Du côté du Festival de Cannes, nul doute que l’on nourrit de grands regrets de ne pas avoir projeté Roma, le film d’Alfonso Cuaron produit par Netflix. Il avait été proposé et aurait été projeté pour la toute première fois. Finalement, c’est dans d’autres festivals qu’il a brillé, raflant le Lion d’Or à la Mostra de Venise, allant même jusqu’à décrocher 10 nominations aux Oscars, pour quatre statuettes, dont celle du meilleur réalisateur. Quand on pense que l’une des prochaines productions Netflix est The Irishman, le film de Scorcese avec Robert De Niro, Al Pacino, Harvey Keitel et Joe Pesci, on comprend qu’un terrain d’entente serait plus que souhaitable. C’est ainsi que Thierry Frémeaux, soucieux de bien respecter la loi française sur la chronologie des médias (les plateformes de streaming ne peuvent pas diffuser de films moins de 36 mois après leurs diffusions en salles), a proposé une alternative qui pourrait bien convenir à tout le monde.

Pour les petits et grands écrans

Selon des bruits de couloir entendus par les oreilles indiscrètes de RTL, la condition pour que les productions Netflix intègrent à nouveau la sélection officielle serait qu’ils soient également diffusés au cinéma. Rien de nouveau ? Si, car de son côté, Netflix a semble-t-il déjà fait un pas en ce sens, en décidant de sortir dans les salles obscures Roma, justement, mais aussi The Ballad Of Buster Scruggs des frères Coen et Bird Box. Ces sorties ont eu lieu dans quelques salles aux États-Unis, en Angleterre, au Mexique, en Allemagne et en Italie. Preuve que Netflix semble avoir vu les clins d’œil de l’industrie cinématographique et n’est pas resté insensible aux charmes de la Croisette. À force de se chercher, ces deux-là devraient bien finir par se trouver...

Sources : RTL, Presse Citron

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur