Sylvester Stallone prend une dernière fois les armes dans "Rambo : Last Blood".
Cinéma

Un préquel pour Rambo ? Sylvester Stallone a sa petite idée…

Sylvester Stallone prend une dernière fois les armes dans "Rambo : Last Blood". © Metropolitan FilmExport

Alors qu’un cinquième volet à sa célèbre saga s’apprête à débarquer au cinéma, l’acteur et réalisateur américain a évoqué la possibilité d’un nouveau film retraçant cette fois la jeunesse du héros.

Ressortez le bandeau et l’artillerie lourde : Rambo revient au cinéma ! Dans une nouvelle suite, déjà, Last Blood, un titre non seulement digne d’un gros film d’action mais aussi évocateur de l’intitulé original du premier volet de la saga (First Blood). Doit-on alors comprendre que l’ancien commando versera sa "dernière goutte de sang" dans ce cinquième chapitre ? C’est ce qui était voulu, en effet. Le nouveau long-métrage, qui débarquera dans les salles obscures françaises le 25 septembre prochain, devait être l’ultime de la saga culte de Sylvester Stallone.

Mais c’était sans compter l’imagination de l’acteur américain – et de toute évidence son profond attachement au personnage. Dans une interview accordée à ScreenRant, celui-ci a en effet récemment confié qu’il aimerait bien voir un énième Rambo au cinéma. Quitte à laisser un autre incarner l’illustre vétéran du Vietnam à sa place…

Car plutôt que d’aller à l’encontre du grand final annoncé avec Rambo : Last Blood, Sylvester Stallone évoque la possibilité de raconter une autre histoire. La sienne, toujours, mais avant qu’il ne devienne cette machine de guerre qui aura fasciné le monde entier sur plusieurs générations.

Rambo, "un mec parfait" avant le traumatisme du Vietnam

"J’ai toujours pensé à Rambo quand il avait 16 ou 17 ans", affirme en effet la star hollywoodienne au site de divertissement, avant d’annoncer de but en blanc : "J’espère qu’ils pourront faire le préquel." Ainsi l’acteur aimerait-il voir une toute autre facette de son personnage, estimant qu’à cet âge-là "il était le meilleur de tous". Et d’expliquer : "C’était le capitaine de l’équipe, l’ado le plus populaire de son école, un super athlète." "C’était un vrai Jim Thorpe", poursuit Sylvester Stallone, en faisant référence à ce grand sportif polyvalent américain, considéré ni plus ni moins comme le plus grand athlète du 20ème siècle outre-Atlantique. Il estime ainsi que "c’est la guerre qui l’a changé".

Dit comme ça, c’est vrai qu’on arrive bien à concevoir une origin story pour Rambo, "ce mec parfait" qui démontre non seulement des capacités physiques hors normes mais aussi des valeurs patriotes fortes. De quoi susciter l’intérêt du colonel Trautman, son fameux mentor dans le premier volet… Homme imbattable mais droit, ce ne serait donc qu’en arrivant dans l’horreur du champ de bataille de la jungle vietnamienne qu’il en sera changé à jamais.

Oui, on l’imagine bien le scénario. Un seul hic : et Sylvester Stallone dans tout ça ? Certes, on le voit déjà venir, le caméo inéluctable... Mais on n’arrive toujours pas à entrevoir un autre visage prêter ses traits au célèbre personnage. Rambo c’est Sylvester Stallone, Sylvester Stallone c’est Rambo. Un point c’est tout.

Source : ScreenRant

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur