Christian Bale dans la peau du Chevalier noir, dans Batman Begins (2005) de Christopher Nolan.
Ciné / Séries

Quels acteurs ont incarné Batman ?

Christian Bale dans la peau du Chevalier noir, dans Batman Begins (2005) de Christopher Nolan. © TM & © 2005 Warner Bros. Entertainment Inc. All rights reserved

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe. Et fait couler beaucoup, beaucoup d’encre. Dévoilé en mai dernier, le nom du successeur de Ben Affleck, interprète déchu du célèbre justicier dans l’univers cinématographique DC Comics, en a choqué (voire outré) plus d’un. J’ai nommé : Robert Pattinson. L’ancienne star de Twilight sera-t-elle à la hauteur d’un rôle si emblématique ? Réponse en 2021, date de sortie du quoiqu’il en soit très attendu The Batman. Mais une chose est sûre, la barre a été placée bien haute par ses prédécesseurs…

L’affaire Ben Affleck

Bon, lui, il divise. Certains n’ont jamais réussi à se faire à l’idée de voir Ben Affleck, ex-Daredevil rappelons-le, se glisser dans la peau de Bruce Wayne (et encore moins dans ce costume surmusclé de son alter ego). D’autres louent au contraire sa performance, décrétant ni plus ni moins qu’il est le "meilleur Batman de tous les temps", pour citer les mots d’un certain Zack Snyder sur le réseau social Vero. Après tout, c’est lui qui l’avait recruté pour enfiler la cape dans Batman v Superman, le premier volet des films DC dans lequel la star hollywoodienne est apparue en 2016.

S’en sont suivis un bref caméo dans Suicide Squad (2016) et le décrié Justice League (2017). Puis, le dernier interprète en date de l’Homme chauve-souris a claqué la porte de la saga. Alors même que, à la base, c’est lui qui était chargé d’écrire et réaliser le prochain opus centré sur le Chevalier noir. Entre différents avec la production et problèmes personnels, son départ était tout bonnement inévitable. Pour le mieux… ?

Christian Bale, le plus sombre des Chevaliers noirs

Qui eut cru que le golden boy serial killer d’American Psycho aurait fait un superbe Batman ? La carrière de Christian Bale a carrément pris un nouveau tournant grâce à la trilogie de Christopher Nolan, considérée par beaucoup comme la plus solide adaptation du héros jamais réalisée. Bien avant l’avènement du DCEU sur le grand écran, Batman Begins, en 2005, a en tout cas su redorer le blason du Chevalier noir. Plus encore, ses suites The Dark Knight (2008) et The Dark Knight Rises (2012) lui ont permis de rencontrer un succès inégalé au cinéma.

Et pour cause : la trilogie de Nolan a (enfin) exploité son côté sombre, rejetant l’aspect carrément bouffonesque de ses prédécesseurs. En plus de la performance de Christian Bale, saluée de toutes parts, il faut rappeler les autres membres d’un casting resté dans les annales. Gary Oldman dans la peau du commissaire Gordon, Morgan Freeman dans celle du bon Lucius Fox, Michael Caine en parfait Alfred, Joseph Gordon-Levitt en (futur) Robin, Anne Hathaway en surprenante Catwoman, Tom Hardy incroyable sous le masque de Bane, sans oublier bien sûr le regretté Heath Ledger, récompensé aux Oscars à titre posthume pour son interprétation mémorable du Joker. Et on en passe. Oui, il est surtout une certaine participation française dont on aurait pu se passer...

Les (faux) Batman de l’ère Schumacher

Avant la trilogie Nolan, Batman n’avait plus mis les pieds dans une salle de cinéma depuis… 1997. La faute à Joel Schumacher, le public a mis près de 20 ans à s’en remettre. Eh oui, souvenez-vous quand le Chevalier noir était cette sombre farce, incarnée successivement par Val Kilmer et George Clooney. Le premier a endossé le costume en 1995, dans Batman Forever, aux côtés d’un Tommy Lee Jones en Double-Face et d’un Jim Carrey en Enigma. Des personnages aussi bigarrés que les décors…

Et encore, ce n’était rien comparé à sa suite, Batman et Robin, sortie deux ans plus tard. Avec donc Clooney dans la peau de Bruce Wayne, lui qui à l’époque était encore surtout connu pour jouer le fameux Dr. Ross à la télé – oui, ça remonte. Là aussi, le casting se voulait all-stars pour finalement tomber tragiquement dans le ridicule : alors qu’Uma Thurman se la jouait Poison Ivy, et Chris O’Donnell un Robin un peu trop musclé, on retrouvait Arnold Schwarzenegger himself dans le rôle du grand méchant, Mister Freeze. Aïe aïe aïe. Un combo si catastrophique, que le projet d’un Batman 3 signé Joel Schumacher a finalement été avorté. Merci les studios.

Michael Keaton, le Batman à la sauce Tim Burton

Et si l’on vous disait que l’un des Chevaliers noirs les plus emblématiques aurait bien pu ne pas être ? Allons encore un peu plus loin dans le temps, fin des années 1980. C’est à Tim Burton de remettre l’histoire du célèbre justicier au goût du jour. Mais la nouvelle ne fait d’abord pas que des heureux, surtout à l'annonce de l’acteur qui va camper le héros : Michael Keaton. Le créateur de l'Homme chauve-souris, Bob Kane, ne comprend pas ce que vient faire un comique dans sa cape. Dans le public, on s’insurge. Warner Bros. aurait reçu quelque 50 000 lettres de fans indignés.

Pas de quoi faire fléchir les studios toutefois, et c’est tant mieux. Les films de Burton, Batman (1989) et Batman, le défi (1992) restent encore gravés dans l’histoire du cinéma. L’interprétation de Keaton, aussi. Si bien que des années plus tard, en 2014, c’est avec une comédie dramatique aux allures parodiques qu’il refait fureur, dans un rôle d’acteur oublié connu pour avoir incarné un certain… Birdman.

Adam West, le Batman historique

Il faut remonter jusque dans les sixties pour retrouver l’acteur qui a, le premier, marqué toute une génération en enfilant la cape et le masque de chauve-souris. Dans une série, aussi kitsch qu’improbable, Adam West a joué aux justiciers aux côtés de Burt Ward dans le rôle de Robin. On se souvient encore de ce générique, façon comics avec ses "pow" et ses "oooof", et sa musique trépidante. Comme de ces magnifiques costumes en collants et slips moulants. Magique.

Feuilleton très populaire, débarqué sur le petit écran américain en 1966, Batman a connu un succès tel que son format de 25 minutes a été adapté en un film de plus d’une heure et demie la même année. Il est ensuite retourné dans la petite lucarne pour deux saisons supplémentaires avant de finalement faire ses adieux en 1968. Il faudra alors attendre pas moins de deux décennies pour revoir le Chevalier noir en action.

Et tant d’autres…

Ces six (et bientôt sept) acteurs ne sont pas les seuls à avoir eu l’honneur de protéger Gotham City. Loin de là. Le phénomène Batman est tel que les adaptations du comics sur les écrans ont été (et continuent d’être) nombreuses, que ce soit sous forme de longs-métrages, de séries télévisées, de dessins et autres films d’animation. Ainsi Adam West n’était-il même pas le premier à avoir campé le rôle. Le tout premier Batman est en réalité Lewis Wilson, qui a interprété le justicier dans un sérial divisé en 15 chapitres diffusé en 1943 outre-Atlantique.

Plus récemment, toujours dans la petite lucarne, c’est un jeune acteur qui a prêté ses traits à Bruce Wayne. David Mazouz jouait dans Gotham une version jeune du Chevalier noir, bien avant donc qu’il n’obtienne sa fameuse Batmobile pour faire régner l’ordre dans sa ville, mais déjà aux côtés d’Alfred (Sean Pertwee), du commissaire Gordon (Benjamin McKenzie) et même de Catwoman, ou plutôt Selina Kyle (Camren Bicondova). Quant aux versions animées du comics, c’est la voix d’un certain Kevin Conroy (Richard Darbois en français) qui a bercé toute notre enfance au début des années 1990. Une série dans laquelle le Joker était d’ailleurs incarné, en version originale, par… Mark Hamill. Classe.

Sources : Première, Screen Rant

Par Jessica Rat