Waco, une histoire vraie qui explore le monde des sectes à l'américaine.
Séries

4 séries qui se centrent sur des sectes

Waco, une histoire vraie qui explore le monde des sectes à l'américaine. © Weinstein Television LLC

Les sectes ont toujours fasciné. En voici quatre qui sont le point de départ de l’intrigue d’une série.

Waco, l’histoire vraie (13ème Rue)

Pour commencer par se faire peur, voici une série basée sur des événements réels. Tout ce qu’il se passe dans cette série est plus ou moins vrai. Une histoire remplie de zones d’ombre, celle d’un culte, les Davidiens, en plein Texas, à Waco, au début des années 1990. Les fidèles vivent autour de David Koresh (Taylor Kitsch), ses 140 femmes et sa quinzaine d’enfants.

Tout va bien dans le “meilleur” des mondes, jusqu’à ce que l’ATF, bureau fédéral de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs, découvre que la secte possède pas moins de 150 armes semi-automatiques et 200 000 munitions. Une simple perquisition se transforme en un siège de 51 jours, relaté dans les six épisodes de la mini-série Waco ! Une histoire qui a marqué les États-Unis, en 1993, et a causé de nombreuses morts.

The Following, la tueuse en série (TF1)

Vous avez peut-être déjà vu quelques épisodes de la série The Following, sur TF1, en première partie de soirée. On y suit un agent du FBI, Ryan Hardy (Kevin Bacon) et la traque d’un tueur en série, Joe Carroll (James Purefoy) récemment évadé de prison. Mais voilà, Carroll, c’est un petit sadique et il veut jouer avec l’agent du FBI qui l’avait fait emprisonner neuf ans plus tôt. Comme c’est aussi un petit malin, il va créer un réseau tout autour de lui, une sorte de secte, de fidèles meurtriers qui vont accomplir sa volonté et rendre sa traque presque impossible tout en répandant la mort autour de lui.

Durant trois saisons, Ryan Hardy et Joe Carroll vont jouer au chat et à la souris. Qui gagnera à la fin : le bien ou le mal ?

The Path, la prise de conscience (Amazon Prime)

Avec The Path, on est en plein coeur de la secte “traditionnelle”. Pas de tuerie, pas de criminel fou, juste de simples illuminés. Au programme, un casting de folie : Aaron Paul, Michelle Monaghan ou encore Hugh Dancy. On les retrouve au sein d’un culte américain, le Meyerisme. Ses adeptes vivent reclus dans une société autogérée et tentent de s’élever spirituellement. Jusqu’au moment où l’un des fidèles, Eddie Lane (Aaron Paul) se retrouve à douter de sa foi. Et si tout cela n’était mensonge ? Il n’a plus qu’une seule envie : quitter le Meyerisme. Mais tous ses proches en font partie et on ne s’échappe pas d’une secte si facilement. Du moins, pas sans conséquences.

Unbreakable Kimmy Schmidt, la note d’humour (Netflix)

Bon, d’accord, on triche un peu, Unbreakable Kimmy Schmidt ne parle pas vraiment d’une secte. Elle raconte l'histoire de Kimmy Schmidt (Ellie Kemper), enfermée par un révérend douteux (John Hamm) dans un bunker pendant 15 ans, avec trois autres femmes, après qu’il leur ait fait croire à l’apocalypse. La série Netflix commence sur leur libération par les forces de police et avec humour, absurdité et hilarité, elle raconte comment on se reconstruit après une telle expérience et comment on tente, souvent en vain, d’échapper à son passé. Le show créé par Tina Fey se livre surtout à une déconstruction du mythe. Après avoir regardé Unbreakable Kimmy Schmidt, les sectes ne nous font plus peur : elles nous font rire.

Par Clément Capot