The Enemy Within, votre nouvelle série policière en juin sur Altice Studio.
Séries

5 bonnes raisons de regarder The Enemy Within

The Enemy Within, votre nouvelle série policière en juin sur Altice Studio. © NBC Universal

Ancienne agent de la CIA, Erica Sheperd a trahi le gouvernement, devenant la personne la plus détestée des États-Unis. Mais après trois ans de prison, le FBI vient la chercher pour contrer une menace terroriste de grande ampleur… La rédaction vous pose cinq bonnes raisons de donner sa chance à cette nouvelle série, diffusée sur Altice Studio.

#1 - Retrouver la sœur de Dexter

On avait un peu perdu de vue Jennifer Carpenter depuis la fin de Dexter, où elle incarnait la sœur policière du plus connu des tueurs en série. Après huit saisons et le grand succès du show, l’actrice a alterné entre petits rôles au cinéma et d’autres plus importants dans des séries comme Sea of Fire et Stanistan, dont les pilotes n’ont malheureusement pas été retenus. En 2015, elle est à l’affiche de Limitless, série basée sur le film du même nom avec Bradley Cooper. Celui-ci reprend d’ailleurs son rôle de sénateur dans le show. Habituée aux rôles policiers, incarner Erica Sheperd, une ex-agent de la CIA, ne devrait pas être un souci pour l’actrice…

#2 - Équation froide

Ce n’est pas le genre de problèmes de mathématiques que l’on aborde au collège. Les équations froides, ce sont ces moments gênants où l’on se demande combien de vies on serait prêt à sacrifier pour en sauver un plus grand nombre. Vous voyez à la fin du premier Avengers, quand Tony Stark est prêt à se faire exploser avec la bombe pour éviter qu’elle ne le fasse à New York ? Voilà une équation froide.

L’héroïne de la série, Erica Sheperd, a également dû en résoudre une. En 2015, un terroriste russe du nom de Mikhail Vassily Tal l’appelle pour lui montrer qu’il est juste à côté de sa fille, qu’il tuera si Erica ne lui fournit pas les noms des quatre agents de la CIA à ses trousses. Poussée dans ses retranchements, elle craque et lui donne les noms voulus. Coupable de trahison et prenant 15 peines de prison à vie cumulées (ça fait beaucoup), elle est envoyée en prison sans expliquer son geste. Elle a donc choisi de sacrifier ces quatre agents plutôt que sa fille. Une équation froide qui permet de présenter un personnage plus complexe que les “gentils-agents-qui-arrêtent-les-méchants” habituels.

Jennifer Carpenter incarne Erica Sheperd dans le thriller The Enemy Within
Jennifer Carpenter incarne Erica Sheperd dans le thriller The Enemy Within © NBC Universal

#3 - Duo chic, ticket choc

Trois ans plus tard, Tal (le criminel, pas la chanteuse hein) est de retour et déclenche une série d’attentats meurtriers. L’agent du FBI Will Keaton (joué par Morris Chestnut, vu dans Rosewood) est en charge du dossier et reçoit comme instructions d’engager Erica Sheperd pour l’aider dans sa traque. S’il refuse, le cas lui est retiré. Et il a une très bonne raison de vouloir continuer : sa fiancée, Laine Heffron, est l’une des quatre agents de la CIA tués par Tal. C’est aussi lui qui a procédé à l’arrestation d’Erica. Après que celle-ci l’ait aidé dans une première affaire, elle lui avoue la raison pour laquelle elle a trahi ses collègues : sauver sa fille. Un duo commence à se former, car le combat contre Tal est loin d’être terminé…

#4 - Il faut se méfier de tout le monde

Durant les trois années qui se sont écoulées, Tal n’a fait que renforcer sa position, notamment en faisant rentrer sur le sol des États-Unis des agents dormants, infiltrés dans la société. Ils se dissimulent parmi la population, travaillant comme plombiers, agents d’accueil ou avocats et n’attendant que les consignes de leur chef pour passer à l’action et semer le chaos sur le sol américain. C’est là qu’interviennent Erica et Will, lancés à la poursuite de ces criminels, grâce notamment à la puissance de déduction de la femme la plus détestée du pays, qui peut rapidement tirer des conclusions en se basant sur de simples observations.

#5 - Erica Sheperd is the new Jack Bauer

Les séries d’espionnage en mode thriller n’ont plus vraiment de porte-étendard, comme 24 Heures Chrono ou Homeland pouvaient l’être en leur temps. Il y a clairement une place à prendre et The Enemy Within espère bien être la série qui y parviendra, grâce à son histoire pouvant faire penser à un croisement entre Sherlock et… Le Silence des Agneaux. Comme dans le film, le FBI recrute une personne incarcérée pour l’aider dans une affaire qui paraît bien complexe. La comparaison s’arrête là, le personnage d’Erica Sheperd étant loin d’être une dangereuse psychopathe comme pouvait l’être Hannibal Lecter. Si ça avait été Dexter, en revanche…

Par Sébastien Delecroix