Cheer, série documentaire en six épisodes sur le cheerleading à retrouver sur Netflix.
Séries

Cheer : 5 bonnes raisons de regarder l'incroyable série documentaire Netflix

Cheer, série documentaire en six épisodes sur le cheerleading à retrouver sur Netflix. © Netflix

Cheer est probablement l'un des meilleurs programmes jamais diffusés par Netflix. On vous donne 5 bonnes raisons de regarder immédiatement la série documentaire centrée sur le cheerleading.

Cheer : focus sur un sport sous-estimé

Le 8 janvier dernier, Netflix sortait une nouvelle série documentaire qui passait pour le moins inaperçue : Cheer. Six épisodes centrés sur le club de cheerleading de l'université de Navarro à Corsicana, au Texas. Rien de bien impressionnant au premier abord. Pour certains, ce sport n'en est pas un, il s'agit d'une simple activité qui consiste à encourager les joueurs de l'équipe de football locale au bord du terrain, avec des pompons brillants aux mains.

Mais à mesure qu'on entre un peu plus profondément dans Cheer, on se rend compte que c'est bien plus que ça, qu'il s'agit d'un sport hautement technique et plus que dangereux pour ceux et celles qui le pratiquent. Figures acrobatiques, athlètes qui voltigent dans les airs avant d'être rattrapées à mains nues par deux de leurs coéquipiers... Des exercices qui nous donnent le tournis rien que d'imaginer les exécuter. Netflix redonne ses lettres de noblesse à ce sport, nous montre ses enjeux et nous prouve une bonne fois pour toutes que non, les cheerleaders ne sont pas de simples pom-pom girls. Le bouche à oreille a donc rapidement fait son travail et le programme a gagné en popularité en quelques semaines seulement.

Plus de drames et de rebondissements que dans n'importe quelle fiction

Ça ne vous aura pas échappé, Cheer est une série documentaire. Vous vous dites peut-être que ce n'est pas votre tasse de thé et que vous préférez une bonne vieille fiction pleine de rebondissements avec des scénarios qui vous surprennent à tous les coins de rue. Mais le show joue dans une autre dimension. Netflix réussit à nous offrir un divertissement encore plus dramatique et sensationnel que n'importe quelle fiction. Entre les blessures spectaculaires, les retournements de situation inattendus et l'immense pression, il y a largement de quoi faire.

Gabi Butler, star de l'équipe de Navarro dans Cheer.
Gabi Butler, star de l'équipe de Navarro dans Cheer. © Netflix

Car Cheer ne manque pas d'enjeux. Elle suit ce club de cheerleaders durant 60 jours avant le championnat national de Daytona, compétition la plus prestigieuse que le club de Navarro et sa coach implacable Monica Aldama ont gagné près de 14 fois. On est donc transporté de la sélection des jeunes qui monteront sur scène, jusqu'au grand jour, au gré de nombreuses émotions qui nous tordront le cœur à maintes reprises !

Des récits de vie poignants

En plus de nous offrir ce fil rouge qui nous tient en haleine jusqu'à la fin, le documentaire s'intéresse à quelques personnalités de l'équipe, parmi les 40 qui composent le club de Navarro. Chacun d'entre-eux et chacune d'entre-elles a son histoire poignante à laquelle on s'intéresse au fil des épisodes. De l'ancienne délinquante juvénile, à l'enfant star étouffée par ses parents, en passant par celui qui a été sexuellement agressée ou celle qui a été abandonnée par ses parents... On suit ces récits de vie inimaginables, on pleure, on s'émeut et on constate avec effroi que tout ça est bien vrai, que rien n'a été inventé pour la série.

Cheer voltige dans tous les sens et nous donne des frissons.
Cheer voltige dans tous les sens et nous donne des frissons. © Netflix

À tel point qu'après avoir regardé les 6 épisodes de Cheer, on ressent comme un lien d'amitié indéfectible avec ces cheerleaders. On les connait mieux qu'on se connait nous mêmes, ce, grâce à une structure narrative extrêmement intelligente, pleine de profondeur, qui nous évite les conclusions trop hâtives et nous pousse à la réflexion.

Un épisode final complètement explosif

La série documentaire suit donc les cheerleaders de Navarro durant les 60 jours de leur préparation pour le championnat national de Daytona. Les cinq premiers épisodes dévoilent donc la sélection des sportifs par la coach Monica pour cette compétition, la préparation de la pyramide humaine qui semble irréalisable et nous montre qui survivra aux horribles blessures pour être en forme le jour J.

Pour le dernier épisode, la tension est à son comble. L'équipe de Navarro réussira-t-elle à faire sa chorégraphie sans bavures ? Remportera-t-elle le trophée pour la quinzième fois ou rentrera-t-elle bredouille ? On vous promet des larmes, des hauts le cœur et de l'angoisse comme vous n'en avez jamais vécu dans cet épisode final, plus rocambolesque que l'ultime épisode de Game of Thrones.

Daytona, point d'orgue de Cheer.
Daytona, point d'orgue de Cheer. © Netflix

Cheer : team Jerry

Parmi tous les portraits présentés dans Cheer, il y en a un qui nous a touchés plus que les autres : celui de Jerry. Pas la peine de vous efforcer à retenir son nom pour vous en souvenir lorsque vous regarderez la série, vous comprendrez tout de suite de qui il s'agit. Un jeune garçon passionné de cheerleading, pour qui la vie n'a pas été facile. Ce qui ne l'empêche en rien d'être une gigantesque boule de bonne humeur et de positivité, un jeune à la personnalité scintillante et qui surpasse tous les obstacles à force de travail et d'optimisme. Après avoir regardé la série documentaire signée Netflix, Jerry sera comme votre meilleur ami. Vous n'aurez qu'une seule obsession : qu'il ne lui arrive que du bien dans la vie, parce qu'il le mérite. Vraiment.

Cheer est une véritable petite pépite à retrouver sur Netflix, accessible depuis votre box SFR. Ne passez pas à côté, vous rateriez quelque chose !

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Clément Capot Rédacteur