Quand Daenerys Tragaryen se la joue Saroumane, et que Game of Thrones a des airs du Seigneur des Anneaux
Séries

Comment la fin de Game of Thrones a été inspirée par Le Seigneur des Anneaux

Quand Daenerys Tragaryen se la joue Saroumane, et que Game of Thrones a des airs du Seigneur des Anneaux © HBO

En matière de fantasy, l’œuvre de Tolkien fait figure d’autorité, de référence. Peut-être même de Bible, allons-y. À un point tel que l’ultime épisode la série phénomène y a rendu plusieurs hommages. Volontaires ou non.

L’objet de toutes les convoitises

Les deux histoires ont en commun que l’objet convoité est si important qu’il est dans le titre : l’Anneau de Pouvoir en Terre du Milieu, le Trône de Fer à Westeros. Et dans le sixième épisode de la saison 8, il est amusant de constater que leur sort finit par être le même. Alors que Frodo voit Gollum chuter avec son Précieux dans les flammes du Mont Destin, le fameux trône va également être brûlé, par le dragon Drogon, furieux et inconsolable de la perte de sa mère, Daenerys Targaryen. Les deux symboles de pouvoir, pour lesquels tant de combats ont eu lieu, tant de morts ont été données, finissent fondus dans les flammes.

Dany is the new Gollum

Elle périt alors qu’elle est sur le point de récupérer son précieux à elle. Ce trône de fer que l’on a piqué à sa famille et dont elle rêve depuis des années. Exactement comme Gollum, qui pense bien avoir récupéré l’anneau à la toute fin, mais finit par mourir avec. Et comme la drôle de créature, Daenerys a peu à peu basculé dans la folie, comme contaminée par le pouvoir émanant de l’objet. On aurait aussi pu la comparer à Sauron en termes de soif de pouvoir, mais finalement, ça matche pas mal avec Gollum…

Saroumane of the match

Après sa victoire explosive à Port-Réal dans l’épisode 5, l’armée de Daenerys envahit la ville dans une imagerie incroyablement sombre, déployant une immense bannière Targaryen évoquant le pire régime totalitaire possible. Et la Mère des Dragons va venir s’adresser à ses troupes, avec un plan de dos ressemblant énormément à celui de Saroumane qui motive ses Uruk-hai depuis la Tour d’Orthanc dans les films de Peter Jackson.

Le Conseil de Tyrion

Dans la saga de Tolkien, qu’il s’agisse du Hobbit ou du Seigneur des Anneaux, les grandes décisions sont prises lors de conseils, ou les grands seigneurs se réunissent. Le Conseil Blanc voyait Gandalf, Saroumane, Radagast, Elrond, Cirdan et Galadriel débattre pour évoquer la menace présente à Dol Guldur. Le Conseil d’Elrond, présenté dans La Communauté de l’Anneau, a permis la formation de celle-ci après concertation entre seigneurs humains, elfes et nains.

À la fin de Game Of Thrones, c’est Tyrion -et sa barbe à la Gimli- qui bien que fraîchement sorti de sa cellule, anime les débats d’un conseil qui va décider du sort de tout Westeros. Les Seigneurs de Dorne (prince inconnu), du Val (Robin Arryn), des Îles-de-Fer (Yara Greyjoy), de Corcolline (Samwell Tarly), du Conflans (Edmure Tully), du Nord (Arya, Bran et Sansa Stark), d’Accalmie (Gendry Baratheon) ou Torth (Brienne) sont ainsi réunis pour décider de qui va monter sur le Trône de Fer. Ah bah non, Drogon l’a détruit. Bon, ça tombe bien : ils ont choisi Bran, qui a déjà son propre trône mobile.

L’histoire dans l’histoire de l’histoire

Dans le premier Conseil restreint du règne de Bran le Brisé, Samwell, apparemment promu Grand Mestre sans être passé par la case Archimestre, présente à Tyrion le livre A Song Of Ice & Fire. Ce recueil revient sur les événements qui se sont déroulés à Westeros ces dernières années (et dont le nain est curieusement absent…). Blague méta s’il en est, le titre choisi est le même que celui des livres de George R.R. Martin, Game of Thrones : A Song of Ice & Fire. Et cette présentation du livre parlant des événements que l’on a vus auparavant est similaire aux livres rédigés par Bilbo et Frodo pour raconter leurs aventures dans Le Seigneur des Anneaux. Appelés par Tolkien le Livre Rouge de la Marche de l’Ouest, ces quatre volumes sont finalement rebaptisés par Frodo La chute du Seigneur des Anneaux et Le Retour du Roi. Ou quand la boucle est bouclée.

Un long et beau au revoir

La fin de Game of Thrones ressemble également à celle du Seigneur des Anneaux. Les protagonistes que l’on a suivis durant plusieurs années s’en vont chacun de leur côté ; après des adieux déchirants, dans des séquences que certains peuvent trouver trop longues, mais qui peuvent également paraître bien courtes tant on est attachés à certains d’entre eux.

Mais alors que l’on pourrait être tenté de comparer les destins de Frodo et Arya, par le simple raccourci du départ en bateau, c’est plutôt du côté de Jon Snow que l’on va pouvoir faire un parallèle. Et pas seulement pour la tête de victime qu’ils font en permanence…

Les deux bruns sont effectivement les héros de l’histoire, alors qu’ils passent la plupart du temps à subir les événements (ce qui est particulièrement vrai pour Jon Snow durant cette saison 8). Et tous les deux ont été poignardés au début de l’histoire. S’ils se sont relevés, pour pouvoir accomplir ce qui était leur destinée et libérer pour l’un Westeros, pour l’autre la Terre du Milieu, les deux en ont gardé des cicatrices. Physiques comme émotionnelles. Et tous deux décident de partir en exil à la fin. Frodo en embarquant avec Bilbo, Gandalf et Elrond pour Valinor et Jon Snow / Aegon Targaryen pour au-delà du Mur. Car bien que condamné à rejoindre une Garde de Nuit désormais totalement inutile, il décide comme Frodo de partir au-delà du monde connu, hors des cartes, pour vivre avec les Sauvageons. Et comme pour le Hobbit, de pouvoir enfin profiter d’un repos bien mérité…

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur