SFR Actus
Séries

La Casa de Papel : on débriefe le premier épisode de la partie 4

El Profesor, dans la saison 4 de la Casa de Papel, disponible sur Netflix depuis votre box SFR. © Netflix

Ça y est, la partie 4 de La Case de Papel est en ligne sur Netflix, et d'après les experts, beaucoup de gens devraient regarder les huit épisodes qui la composent en moins de 24 heures. On a regardé le premier pour voir comment vont El Profesor, Nairobi, Tokyo et toute la bande... Un debrief garanti sans -trop de- spoilers.

On les avait laissés en mauvaise posture à la fin de la partie 3, on les retrouve dans de beaux draps au début ce cette partie 4. Sans surprise, les choses reprennent exactement là où elles s'étaient arrêtées. Car c'est là-dessus que repose le concept de La Casa de Papel : une action continue.

Dans le dernier épisode de la troisième partie, Nairobi se fait tirer dessus par un sniper, El Profesor est manipulé au téléphone et pense que Raquel / Lisbonne a été abattue par la police, et Tokyo et Rio envoient des roquettes sur un char d'assaut. Un sacré bazar, qui reprend de plus belle, dans un premier épisode où la tension se lit sur tous les visages, à chaque instant. Durant 52 minutes, on retrouve tous les ingrédients qui ont fait de La Casa de Papel une recette qui fonctionne aussi efficacement que n'importe quelle pizza. Tout peut basculer à chaque minute, et les scènes s'enchaînent à grande vitesse. Même si El Profesor rappelle dans un flashback qu'il faut "garder le contrôle", il est le premier à être déboussolé, et pour la première fois depuis le début de la série, va passer tout un épisode sans avoir ce contrôle auquel il tient tant. Dans un éclair de lucidité durant sa fuite au milieu des bois (dont une recontre impromptue), il parvient tout de même à lancer "la phase 2". Comme dans le Marvel Cinematic Universe ? Il veut convoquer les Avengers à la rescousse ?

La Casa de Papel se transforme en partie de Docteur Maboul géante

Non, il s'agit plutôt de Marseille, dont on avait presque oublié l'existence, qui va tenter d'éloigner la police d'El Profesor. À l'intérieur de la Banque d'Espagne, tout le monde cherche à sauver Nairobi, qui demande à être livrée à la police pour pouvoir être soignée. Tokyo veut accomplir son souhait, mais Palerme s'y oppose et toute la petite bande en combinaison rouge se divise. Dans un flashback, on découvre que Tokyo voulait être responsable des opérations sur le terrain pendant le braquage, n'hésitant pas à dire :

"En cas de cafouillage, je sais garder la tête froide."

Ah bon ? Elle est au courant qu'on a vu les trois premières parties, et qu'on sait très bien qu'en général c'est elle qui fait tout capoter parce qu'elle est beaucoup trop impulsive ? Mais ces querelles ne sont pas très importantes (pour l'instant ?), l'objectif étant de garder Nairobi en vie. On se retrouve dans une ambiance digne d'un épisode de Grey's Anatomy, avec une intervention médicale de fortune, guidée par un chirgurgien pakistanais en visioconférence. À peu près aussi crédible que de vouloir faire une opération à cœur ouvert soi-même après avoir regardé un tuto sur YouTube. La survie de Nairobi passe donc par une partie géante de Docteur Maboul... On comprend pourquoi elle voulait sortir.

Denver, pas vraiment le dernier dinosaure...

Ce premier épisode de La Casa de Papel reste efficace, rythmé par trois timelines différentes, comme souvent. L'action au présent, une première au passé durant la formation pour le braquage (qui continue), et une seconde, revenant sur le mariage de Berlin, qui est d'ailleurs le titre du second épisode (avec un extrait musical... surprenant). On retrouve également cette bonne vieille fripouille d'Arturito, qui tente par tous les moyens d'énerver Denver. Et on sait que quand Arturito veut être énervant, Arturito est trèèèès énervant... Voilà qui risque de créer de nouvelles tensions au sein de l'équipe de choc.

À défaut d'être particulièrement marquant, ce retour de La Casa de Papel assure la transition entre les deux parties, et rétablit le rapport de force. Mais comme d'habitude, l'épisode à peine terminé, on n'a qu'une seule envie : enchaîner sur le suivant. Comment on dit binge watching en espagnol, au fait ?

Retrouvez la partie 4 de La Casa de Papel sur Netflix, disponible depuis votre box SFR.

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur