Le siège de Waco, gand fiasco pour le FBI, est devenu une référence pour la pop culture américaine
Séries

Quand le drame de Waco inspire la pop culture

Le siège de Waco, gand fiasco pour le FBI, est devenu une référence pour la pop culture américaine © Weinstein Television LLC

Il s’agit de l’un des événements les plus catastrophiques de l’histoire américaine contemporaine. 25 ans plus tard, des doutes existent encore entre bavures des autorités ou suicide collectif. Cette séquence dramatique a en tout cas inspiré de nombreuses œuvres…

Waco inspire le cinéma

Plus connu pour ses comédies à tendance geek, (Clerks, Dogma), le réalisateur Kevin Smith sort en 2011 un film d’horreur intitulé Red State, dans lequel un groupe d’adolescents tombe aux mains de fondamentalistes religieux après avoir reçu une invitation en ligne pour des faveurs sexuelles… Une façon sordide d’aborder un sujet épineux. De l’aveu même du cinéaste, le gourou de son film est inspiré par le pasteur homophobe Fred Phelps. Mais le scénario du film, avec une équipe de l’ATF (comme à Waco), menée par ce sacré bonhomme de John Goodman, ne laisse aucun doute sur l’origine de l’histoire de ce petit OVNI cinématographique adoré par Quentin Tarantino :

Waco : de la réalité, à la fiction TV

Le siège de Waco a souvent inspiré des épisodes dans des séries, des fois avec une simple allusion comme un exemple à ne pas reproduire, comme dans Stargate SG-1 ou Esprits Criminels. D’autres fois, c’est la dramaturgie même de l’assaut qui sert d’inspiration, comme pour l’épisode Le Pré Où Je Suis Mort dans X-Files. Et quand South Park s’empare du sujet, c’est forcément pour une version parodique, comme l’indique le titre de l’épisode où Waco est évoqué : Deux Hommes Nus Dans Un Jacuzzi. Voilà voilà. Pour un traitement plus sérieux, il faut plutôt se pencher sur le téléfilm La Secte de Waco, datant de 1993, ou plus récemment sur la mini-série sobrement intitulée Waco, relatant en six épisodes les événements du drame en adoptant plusieurs points de vue, et en retranscrivant au plus près la tension que devaient ressentir assaillants comme assiégés. Pour aller encore plus loin, le show est accompagné par Revelations Of Waco, une série documentaire qui propose des témoignages sur les faits, qui restent encore troubles 25 ans après. Suicide collectif ou bavures du FBI et de l’ATF ? La série diffusée sur 13ème Rue permet en tout cas d’y voir un peu plus clair sur un siège de 51 jours qui aura fait au total 82 victimes…

Du siège de Waco aux… jeux-vidéo !

Plus étonnamment, le siège de Waco a même inspiré certains jeux-vidéo. C’est notamment le cas dans Rainbow Six Siege, la carte Oregon ressemblant énormément -d’après les observateurs- à la maison des Davidiens sur le Mont Carmel. Plus polémique et interdit de vente en France, le jeu Postal² fait également référence à Waco avec la maison d’oncle Dave, dont les plans sont calqués sur la demeure des Davidiens, avec le même assaut en tank et l’attaque du FBI et de l’ATF. Plus récemment, GTA V s’est également inspiré de ces faits réels pour sa secte des Altruistes, dont l’emplacement rappelle fortement le Mont Carmel, de par son apparence et sa localisation.

Et aussi en musique

De nombreux groupes, essentiellement rock, ont été inspirés par ce triste épisode. On peut notamment citer le metal progressif de Dream Theater pour le titre In The Name Of God, celui très évocateur de Burn Waco par les métalleux de Cavalera Conspiracy, ou encore le punk mélodique de No Use For A Name pour le chanson 51 Days. Et pour revenir dans le metal, le groupe Machine Head fait également référence à la secte dans le titre Davidian, considéré comme l’un des tous meilleurs de sa discographie :

Par Sébastien Delecroix