Romain Duris incarne Vernon Subutex dans la série éponyme, inspirée des romans de Virginie Despentes.
Séries

Vernon Subutex : pourquoi il n’y aura pas de saison 2

Romain Duris incarne Vernon Subutex dans la série éponyme, inspirée des romans de Virginie Despentes. © Xavier Lahache / Canal+

Basée sur les romans de Virginie Despentes, la série de Canal+ se contentera d’une seule saison, avec un format de mini-série, mais sans être allée au bout de l’histoire racontée dans les livres. Bah pourquoi ?

Jamais deux sans trois… sauf cette fois

Dès le début, Vernon Subutex avait tout de la série sur le papier. Rythmé, suivant plusieurs personnages, mais avec toujours un fil conducteur (la recherche des enregistrements de la rock star Alex Bleach) permettant un arc narratif faisant le lien entre les différents protagonistes et nombreuses situations. Le récit semblait donc bien davantage destiné à être adapté à la télévision plutôt qu’au cinéma. D’ailleurs, le projet de le porter en série a été très vite lancé, avant même la parution du tome 3, sorti en 2017. Ce qui explique pourquoi la série Vernon Subutex ne traite que des deux premiers tomes. Mais il ne s’agit pas de la seule raison…

En effet, avec les deux premiers tomes condensés en une seule saison, le réflexe logique est de penser qu’une seconde saison pourrait se concentrer sur le troisième tome. Mais non. Car sauf gros revirement de situation, cela ne sera pas le cas. Les événements décrits dans la suite des aventures de Vernon Subutex ont été jugés bien trop sombres. Attention aux spoilers dans les lignes qui vont suivre : à la fin de la trilogie de Despentes, dans une France encore traumatisée par la vague d’attentats de 2015, un massacre est commis au sein de la communauté “Subutexienne”, alors en pleine convergence, leur fameux rassemblement permettant d’atteindre l’extase sans consommation de stupéfiants, mais grâce aux sons d’Alex Bleach mixés par Vernon. Il était peut-être trop tôt pour montrer de telles images dans une série française… Surtout que quand les livres décrivaient une cruelle réalité sociale dans un registre proche des écrits d’Irvine Welsh, la série a plutôt opté pour le ton de la comédie.

Smells like teen spirit

Un grand adolescent. Ou un jeune adulte. En tout cas un homme plus jeune dans sa tête que dans son corps. Voilà ce qu’est Vernon Subutex, disquaire insouciant et dépassé joué par Romain Duris, qui se retrouve sans logement, et va commencer à frapper à la porte de ses anciens camarades pour trouver refuge. L’ancien acteur du Péril Jeune et de L’Auberge Espagnole se retrouve donc à errer de lit en canapé, de plan foireux en plan cul, avant de se retrouver à mixer dans une soirée qui va changer le cours de sa vie.

La réalisatrice Cathy Verney (Hard, Fais pas ci, fais pas ça) a surtout voulu se concentrer sur cet homme à la dérive et l’incroyable galerie de personnages qu’il va être amené à rencontrer, à commencer par La Hyène. Cette cyberdétective, campée par une impeccable Céline Sallette, est au cœur de l’intrigue principale, visant à retrouver les confessions vidéo de la rock star Alex Bleach, ami de Vernon décédé dans le premier épisode. La série est donc un gros condensé des tomes 1 et 2, ayant pris une partie de l’histoire pour qu’elle soit cohérente en neuf épisodes de 30 minutes, avec une vraie résolution, un rythme soutenu et en évitant les événements trop dramatiques du troisième volet. Si la fin est ouverte, elle laisse augurer du futur de Vernon Subutex et son destin chamanique. La série n’ira donc jamais aussi loin que les bouquins, ni plus loin, au grand regret des lecteurs de l’œuvre ou encore de Virginie Despentes, qui s’est d’ailleurs déclarée déçue du traitement réservée à son histoire. Le bon côté, c’est une bande son résolument rock. Car qui aurait pensé pouvoir entendre les Thugs en 2019 sur Canal+ ?

Les aventures de Vernon Subutex semblent donc terminées, tant en livres qu’en série. Prochaine étape, le cinéma ? Rien n’est moins sûr. Car comme le dit l’adage : les paroles s’envolent, les écrits restent…

Sources : Allociné, Première

Par Sébastien Delecroix