Virginie Despentes, écrivaine française, en 2002, sur le plateau de l’émission “Des livres et moi”, sur la chaîne Paris Première.
Séries

Vernon Subutex : qui est Virginie Despentes, l'auteure derrière le livre ?

Virginie Despentes, écrivaine française, en 2002, sur le plateau de l’émission “Des livres et moi”, sur la chaîne Paris Première. © JOEL SAGET / AFP

La série Vernon Subutex est arrivée sur Canal+ en avril 2019. Mais qui est Virginie Despentes, l’auteure qui a écrit les livres ?

L’arrivée sur nos écrans de Vernon Subutex ne vous a probablement pas échappée. Diffusée sur Canal+ depuis le 8 avril 2019, il s’agit là d’une des séries les plus attendues de l’année. On y suit un disquaire nostalgique à la rue, qui vivote et se lance dans une grande enquête à la recherche du testament d’un de ses amis rockstar, dont l'importance est cruciale, mais surtout à la recherche d’une époque disparue.

La série rassemble un casting cinq étoiles : Romain Duris, Céline Sallette, Fishbach, ou encore Philippe Rebbot, Sylvie Langlois ou Laurent Lucas. De quoi faire de cette production un véritable événement et marquer l’année 2019.

Mais Vernon Subutex n’est pas une création originale. Elle est adaptée de plusieurs romans du même nom écrits par une certaine Virginie Despentes. Qui est l’auteure si atypique derrière la série ?

Virginie Despentes : une auteure au parcours difficile

Si vous imaginez Virginie Despentes grandir dans un cadre bourgeois et protégé, c’est tout le contraire. Enfance tumultueuse, elle se bat avec les garçons, fugue à de nombreuses reprises et est internée en hôpital psychiatrique à 15 ans. Mais ce n’est que le début du cauchemar. À 17 ans, alors qu’elle fait du stop, elle est victime d’un viol. Traumatisée, elle se mure dans le déni. Les années qui suivent ne sont pas plus faciles. Comme elle manque d’argent, elle se retrouve à se prostituer par minitel, de manière délibérée, mais occasionnelle. Comme elle le dira elle-même, plusieurs années après, dans une interview télévisée : “Maintenant, je me rends bien compte que je me suis vraiment mise en danger, mais j’ai toujours eu de la chance.”

C’est face à ce passé terrible que Virginie Despentes découvre l’écriture. C’est de manière crue qu’elle pose sur le papier ses propres expériences. Son premier roman, Baise-Moi, sort difficilement en librairie en 1994. Elle y conte l’histoire de deux filles, l’une prostituée, l’autre actrice pornographique, qui se rencontrent après avoir toutes les deux commis leur premier crime. La prose est vive, sans détour, presque dérangeante. Mais ainsi commence sa carrière d’écrivaine.

En 1998, son troisième roman, Les Jolies Choses, reçoit le prix de Flore. Virginie Despentes est en route vers le succès. Elle publie alors Bye Bye Blondie, en 2004, ou encore King Kong Théorie en 2006, un essai autobiographique où elle revient sur son vécu et ses traumatismes, sans aucun filtre. Elle est avant tout une auteure qui écrit comme elle nous parle. Lire Virginie Despentes, c’est surtout l’écouter raconter. Mais sa véritable consécration arrive en 2010, lorsqu’elle est récompensée du Prix Renaudot pour Apocalypse Bébé, une sorte de préquel à Vernon Subutex.

Virginie Despentes, de la littérature au cinéma

Son succès, Virginie Despentes le doit à son style unique, à sa forte personnalité et à son féminisme. Mais elle le doit aussi à ses adaptations au cinéma. En 2000, elle adapte son roman Baise-moi en long-métrage. Elle est réalisatrice et scénariste. Non sans controverse. Le film comprenant des scènes de violence et de sexe non-simulées, est d’abord distribué avec une interdiction aux moins de 16 ans. C’était sans compter l’intervention du Conseil d’État qui considère qu’il s’agit d’un film pornographique et le fait classer X. Il est interdit en salle. Première défaite pour Virginie Despentes.

En 2012, elle retente l’expérience cinématographique. Son roman Bye Bye Blondie est adapté par l’écrivaine elle-même, comme la première fois. Elle réussit à réunir un casting alléchant : Emmanuelle Béart, Béatrice Dalle ou encore Soko. Le film raconte étrangement une histoire qu’on connaît déjà : celle d’une ado rebelle, qui fugue, porte un look punk et se fait interner en hôpital psychiatrique alors qu’elle n’a que 15 ans. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Malheureusement, le long-métrage ne reçoit pas un bon accueil de la presse et ne dépasse pas les 40 000 entrées au box-office. Mais Virginie Despentes n’a pas dit son dernier mot.

Et Vernon Subutex dans tout ça ?

Vernon Subutex arrive beaucoup plus tard dans la vie de Virginie Despentes. Le premier tome sort en 2015, alors qu’elle est âgée de 45 ans. Il reçoit plusieurs prix et s’écoule à près de 300 000 exemplaires. Le deuxième tome sort six mois plus tard. Il faudra attendre deux ans pour que soit publié le troisième et dernier volume de Vernon Subutex. La série littéraire est un best-seller. Virginie Despentes confirme qu’elle est une écrivaine à succès.

Ça ne s’arrête pas là, puisque son roman est désormais adapté à la télévision. Elle ajoute Romain Duris à la collection des acteurs et actrices célèbres qui ont interprété l’un de ses personnages. Mais contrairement à ses deux premiers films, l’écrivaine ne s'implique que très peu dans le projet. Ce n’est pas elle qui réalisera le projet, ou adaptera le scénario. Pour ce qui s’annonce comme l’un des projets audiovisuels les plus réussis sur l’une de ses oeuvres, elle semble quelque peu manquer d’enthousiasme et de passion. “Je ne me suis pas entendue avec eux, du coup je ne souhaitais pas m’en occuper du tout”, déclare Virginie Despentes à l’occasion d’une interview dans L’Est Républicain.

Avec la série diffusée sur Canal+, le chapitre Vernon Subutex de la vie de l’écrivaine est désormais clos. Reste à savoir de quoi sera fait la suite. Mais on sent déjà que La Hyène, personnage récurrent dans les oeuvres de Despentes, aura droit à sa postérité.

Sources : Brut, L'Est Républicain

Par Clément Capot