Ozymandias, personnage clé de Watchmen
Séries

Watchmen : pourquoi Ozymandias est le personnage le plus important de la série ?

Ozymandias, personnage clé de Watchmen © 2019 Home Box Office

La série Watchmen a son lot de mystères. Parmi eux, Adrian Veidt, alias Ozymandias, qui pourrait bien être le personnage le plus important de la série.

Bien que la série Watchmen, diffusée en France sur OCS, ne soit pas une adaptation mais une suite lointaine de l'œuvre originale, cela n'a pas empêché les scénaristes d'intégrer des personnages bien connus des fans de la franchise. Sont notamment concernés Laurie Blake, le Dr. Manhattan dont l'ombre plane constamment sur le show et un certain Adrian Veidt, figure énigmatique de cette suite ambitieuse.

Incarné à l'écran par Jeremy Irons, il est le grand méchant des comics et du film Watchmen. Mais pour l'instant, l'intrigue d'Ozymandias évolue en marge de l'histoire principale, dans un lieu qui semble suspendu dans le temps. Sera-t-il le grand vilain de la série, à compter qu'il y en ait un ? Est-il plus important qu'il en a l'air ? On étudie la question dans la suite, pleine de spoilers sur les comics et le début de la série Watchmen.

Qui est Ozymandias et quel est son but ?

Pour comprendre la potentielle importance d'Ozymandias dans la série, il faut avant tout savoir qui il est dans l'œuvre originale. Généticien de son état, Adrian Veidt est un personnage fondateur de Watchmen. C'est en partie grâce à lui que les super-héros et autres justiciers masqués obtiennent un rôle important dans la société américaine. Et c'est surtout lui qui comprend que le Dr. Manhattan, être aux pouvoirs gigantesques qu'il a obtenus après un accident nucléaire, peut changer la face du monde et mettre un terme à la Guerre Froide.

Malgré tout, il comprend que la Terre est condamnée et destinée à une destruction. Il décide donc de berner le monde et élabore un plan presque machiavélique pour tenter de la sauver. Son objectif : amasser une fortune considérable grâce à ses travaux de généticien, devenir l'homme le plus riche de la planète et convaincre les différents gouvernements que la Terre se trouve face à une attaque imminente venue d'autres mondes. Tout cela dans un seul but : unifier les peuples face à un ennemi commun. Même factice. Cet ennemi contre lequel tout le monde s'unit, c'est le Dr. Manhattan. Bouc émissaire, il est identifié comme une menace, qui pourtant n'existe pas

Une répétition pure et simple de l'histoire

Le problème, c'est que ce plan démoniaque et bienfaisant basé sur un mensonge fonctionne. Dans les quelques secondes après sa mise à exécution. Les États-Unis et la Russie mettent un terme à leur conflit et pointent toutes leurs armes sur une seule et même entité. Tous les super-héros, horrifiés, décident de ne pas révéler la vérité pour sauvegarder cette nouvelle paix naissante. Seul l'un deux s'oppose à cette idée, guidé par son fort sens moral : Rorschach. Il est désintégré et emporte le secret avec lui dans l'au-delà.

Une fin amère qui laisse une grande question en suspens : qui est vraiment le méchant ? Ozymandias et ses méthodes peu éthiques qui mènent à la paix ou Rorschach et son désir de vérité qui mène à la guerre ? Et plus largement, qu'est-ce qui doit prévaloir : le libre-arbitre ou la paix ? Une question qui n'a, à ce jour, toujours pas trouvé sa réponse.

Le Hibou, Spectre Soyeux et Rorschach dans le film Watchmen - Les Gardiens en 2009.
Le Hibou, Spectre Soyeux et Rorschach dans le film Watchmen - Les Gardiens en 2009. © Warner Bros

Et c'est justement ce même conflit qu'induit la série Watchmen, de manière moins tranchée toutefois. Bien entendu, les actions de la Septième Kavalerie, groupe de suprémacistes blancs sont méprisables. Mais de l'autre côté, celles de la police ne sont pas plus louables. Dès les premiers épisodes, on comprend clairement que les forces de l'ordre masquées outrepassent les pouvoirs qui devraient être les leurs. Qu'elles ne sont pas simplement garantes de la paix mais qu'elles sont à la source du conflit. On se retrouve une fois encore dans un cas de figure où les deux parties sont mauvaises, chacune à leur manière et où un avenir pacifique est menacé.

C'est dans ce tableau qu'arrive Adrian Veidt. Sans lien particulier avec l'intrigue principale. Et pourtant... C'est lui qui a créé cet avenir à la fin de l'œuvre originale des Watchmen. Et dès lors, il nous apparaît évident qu'il est la seule personne à pouvoir apporter une solution pour restaurer la paix. Pas Angela Abar, alias Sister Night, qui baigne dans l'idéologie de cette police abusive. Ni Laurie Blake, désabusée par un système qui se mord la queue. Mais bien Ozymandias, qui n'est pas là pour rien et n'attend que son évasion de ce lieu mystérieux où il est retenu en captivité.

Le super-héros et super-vilain à la fois est inévitablement la clé de ce problème inextricable. Et encore une fois, il devrait solutionner ce dilemme moral par un autre dilemme moral, encore plus complexe que le premier. Les événements se dérouleront-ils de cette manière ? Pour le savoir, une seule solution : rendez-vous chaque lundi soir, à 21 heures, sur OCS, accessible depuis votre box SFR, pour un nouvel épisode de Watchmen.

Sources : Nerdist, The Hollywood Reporter, Polygon

Par Clément Capot