Les policiers masqués de la série Watchmen.
Séries

Watchmen : tous les easter eggs des premiers épisodes

Les policiers masqués de la série Watchmen. © 2019 Home Box Office

Adaptée d'un comics et par extension d'un film, la série Watchmen compte de nombreuses références à l'œuvre dont elle est tirée. On fait le point sur tous les easter eggs des trois premiers épisodes.

Des smileys partout !

L'un des éléments graphiques forts de Watchmen est le smiley. On en retrouve partout, à toutes les sauces. Dès le début du premier épisode, on en remarque un qui est impossible à louper : des jeunes d'œufs filmés de bas dans un saladier, de telle sorte qu'ils prennent la forme de deux yeux et d'une bouche souriante. Et ça ne s'arrête pas là. Un reflet dans une vitre ? Un smiley en arrière-plan. On le voit partout. Ils font référence à un badge porté par le Comédien, super-héros de la franchise originale dont l'assassinat est le point de départ de l'intrigue de Watchmen.

Robert Redford Président

Dans les comics, il est mentionné la possibilité qu'un jour, l'acteur et réalisateur Robert Redford devienne président des États-Unis. Une référence que les scénaristes ont décidé d'exploiter dans la série diffusée en France sur OCS et accessible depuis votre box SFR. On apprend alors que l'acteur a succédé à Richard Nixon pour sept mandats consécutifs. Et il semblerait qu'il soit toujours chef de l'exécutif américain à l'époque où la série se déroule. Apparaîtra-t-il à l'écran, dans l'usage de ses fonctions présidentielles ?

Le sénateur Joe Keene

Dans la série Watchmen, le sénateur Joe Keene est un personnage pivot de l'intrigue. Si pour l'instant, on ignore beaucoup quant à son implication dans la suite de l'histoire, on sait tout de même qu'il est le politicien à l'origine de la loi rendant la police anonyme et masquée. Un élément central du show, qui fait suite à la Nuit Blanche lors de laquelle des suprémacistes blancs ont attaqué les membres de la police de Tulsa et leur famille.

Un policier masqué de la série Watchmen, diffusée en France sur OCS City.
Un policier masqué de la série Watchmen, diffusée en France sur OCS City. © 2019 Home Box Office

Dans les comics, le père de Joe Keene, John Keene, est lui aussi derrière une loi fondatrice de l'intrigue : elle rend illégal les super-héros. Ironie du sort, donc, le père interdit les justiciers masqués quand le fils donne un masque aux policiers.

Le Hibou, toujours présent

En plus du smiley, on trouve plusieurs symboles récurrents dans Watchmen : des hiboux. On peut donc voir Angela Abar, alias Sister Night, boire dans une tasse en forme de hibou ; dans une autre scène, l'un de ses enfants porte un déguisement du volatile ; Laurie Blake possède même un hibou qu'elle garde en cage chez elle. Une référence directe à l'un des super-héros de l'histoire originale : le Hibou.

Et ce n'est pas la seule référence à son propos ! Dans le premier épisode, Judd Crawford vole dans un vaisseau bizarroïde qui était à l'origine possédé par ce fameux Hibou. Idem pour Sister Night, qui mène systématiquement l'enquête avec des lunettes inspirées de celles du super-héros dans le film de 2009. Reste maintenant à savoir comment la police s'est procurée une telle technologie.

Une goutte de sang sur le badge

À la fin du premier épisode (attention spoilers !) le chef de la police Judd Crawford est retrouvé mort, pendu à un arbre. Alors que l'on découvre son corps inanimé, une goutte de sang glisse de son cadavre pour aller se poser sur son badge de police au sol. Une référence à la mort du Comédien au début des comics Watchmen. Alors que ce dernier est assassiné, une goutte de sang est retrouvée sur son badge smiley, dont on vous parlait plus haut.

Ozymandias incarné par Jeremy Irons dans la série Watchmen.
Ozymandias incarné par Jeremy Irons dans la série Watchmen. © Colin Hutton / HBO

La pièce de théâtre d'Ozymandias

Il y a un personnage plutôt intriguant de cette série qui évolue en marge de l'intrigue : Adrian Veidt, alias Ozymandias dans les comics. Dans le deuxième épisode, il demande à ses domestiques de jouer une pièce de théâtre qu'il a lui-même écrite. Mais il est loin de s'agir d'une œuvre originale. Elle raconte comment le Dr. Manhattan, dont le spectre plane constamment sur la série, a acquis ses pouvoirs faisant de lui l'égal d'un Dieu.

L'arc scénaristique d'Ozymandias est d'ailleurs truffé d'autres références aux comics. À la fin du troisième épisode, il rédige une lettre à ses mystérieux geôliers. Il écrit alors qu'il n'est pas "une sorte de vilain en série de la République", une phrase directement tirée de son discours, qui clôt l'histoire originale des Watchmen. Juste après, il en profite pour enfiler son costume de justicier, qu'il porte dans les comics.

Sources : ScreenRant, ComicBook

Par Clément Capot