Votre panier est vide
TV

Notre père à tous : le docu choc de Netflix

Donald Cline lors de son procès © Courtesy of Netflix

Disponible sur Netflix, depuis ce mercredi 11 mai, Notre père à tous est un documentaire glaçant ! L’histoire vraie de plusieurs dizaines de victimes d’un seul et même homme : le docteur Donald Cline. Durant plusieurs années, ce spécialiste de la fertilité a inséminé ses patientes avec son propre sperme… Pourquoi a-t-il fait ça ? Comment ? Qu’est-il devenu ? On vous dit tout (Attention spoilers).

C’est une histoire qui retourne l’estomac. Notre père à tous, le nouveau documentaire choc de Netflix est aussi captivant qu’il est terrifiant. Après L'Arnaqueur de Tinder qui avait beaucoup fait parler en février dernier, et Bad Vegan au mois de mars, c’est une nouvelle histoire vraie que propose la plateforme au N rouge à ses abonnés. Le Dr Donald Cline, spécialiste de la fertilité, a inséminé des femmes, à leur insu, avec son propre sperme. Le téléspectateur ne peut faire autrement que d’être absorbé par l’histoire de ce docu aux allures de thriller. Entre les témoignages bouleversants des victimes et les musiques angoissantes, on plonge littéralement dans cette histoire (malheureusement) digne d’un scénario hollywoodien.

De quoi parle ce documentaire ?

Tout commence par Jacoba Ballard. Dans Notre père à tous, son nom est accompagné du “#0”. On comprend rapidement qu’il s’agit du premier enfant connu du docteur. C’est aussi avec elle que l’histoire débute. La jeune femme explique avoir su à 10 ans que sa mère avait eu recours à une insémination car son père était stérile. Fille unique, elle va vouloir savoir, vers l’âge de 18 ans, si elle a d’autres frères et sœurs issus du même donateur. Mais à l’époque (au début des années 2000), les tests ADN sur Internet n’étaient pas aussi accessibles qu’aujourd’hui. En 2014, Jacoba voit plusieurs publicités à la télévision pour des tests ADN. Elle se lance. À l'automne de cette même année, les résultats tombent. La jeune femme semble avoir sept frères et soeurs. Elle s’interroge. Comment une telle chose a pu arriver ? À l’origine, lorsque ses parents ont rencontré le docteur Cline, le spécialiste en fertilité leur avait expliqué qu’il n’utilisait jamais les spermatozoïdes d’un même donneur plus de trois fois. Le test ADN semble le faire mentir…

Jacoba et ses frères débutent alors leur enquête pour découvrir qui est leur géniteur. En remontant l’arbre généalogique, ils tombent sur une cousine d’un certain Donald Cline. À cet instant, Jacoba décide de porter plainte.

Le soutien d’Angela Ganote

Suite à cette découverte, Jacoba décide de s’adresser au bureau du procureur de l’Indiana, au procureur général des Etats-Unis et à de nombreux médias régionaux et nationaux. En vain. En février 2015, elle contacte Angela Ganote, journaliste pour la Fox 59. C’est la seule personne à croire à l’histoire de ces enfants. Cette dernière décide de contacter le principal intéressé et lui demande d’avoir recours à un test ADN. Cline refuse. La journaliste et les victimes sont dans une impasse. Jacoba décide alors de contacter les enfants du médecin. Lors de leur rencontre avec deux des enfants “officiels”, ces derniers avouent à la jeune femme que Cline est bien leur géniteur à tous. À ce moment-là, le gynécologue aurait affirmé que seule une dizaine d’enfants seraient concernés.

“Chaque fois que le site repère un nouveau frère ou une nouvelle soeur, je sais que je vais devoir l’appeler et que je vais dévaster sa vie”, explique Jacoba.

Les tentatives de déstabilisation

Durant un peu plus d’une heure et demi, les témoignages de victimes s’entrecroisent. Il y a les histoires des enfants, celles des parents, de son ancien associé, et celle d’Angela Ganote. Cette dernière avait déjà subi une première tentative d'intimidation, par téléphone, de la part de Donald Cline. Au cours du documentaire, on découvre qu’elle n’est pas la seule à avoir subi une certaine pression. Écrous des pneus dévissés, ordinateur piraté, coups de fil étranges, menaces verbales : tous les moyens sont bons pour tenter de faire taire les personnes un peu trop curieuses au sujet du spécialiste.

Un passé trouble

En 1963, alors qu’il roulait tranquillement en voiture, Donald Cline a percuté une petite fille de 4 ans, à vélo. L’enfant meurt de ses blessures. On apprend que cet accident à changé la vie du médecin. Traumatisé, il décide de se réfugier dans la foi. Cline se rapproche, alors, du mouvement Quiverfull. Il s’agit d’un groupe de chrétiens fondamentalistes qui préconisent, notamment, d’avoir le plus d'enfants possible et prêchent la soumission des femmes. Pour lui, il s’agit de la seule religion vraiment importante. Est-ce cette appartenance à ce mouvement qui a incité le gynécologue à agir de la sorte ? Notre père à tous ne nous donne pas la réponse, bien que tout laisse à penser qu’il s’agit de cela.

Les poursuites judiciaire

Dans le documentaire, on apprend que juridiquement, il était, au moment de l’affaire, impossible de poursuivre Donald Cline pour viol et/ou violences volontaires. Selon la loi, ses agissements ne pouvaient pas être qualifiés ainsi. Par ailleurs, aucune loi n’existe pour condamner ce type d’agissements. Mais l’erreur que fait Cline, est d’informer la journaliste Angela Ganote de ses échanges avec le procureur général en affirmant qu’il n’a jamais utilisé son sperme pour inséminer ces femmes. En effet, le 21 janvier 2015, ce ponte de la fertilité avait rédigé un courrier, destiné au procureur, dans lequel il nie les faits. Il est alors accusé d’entrave à la justice pour avoir délibérément menti aux enquêteurs. Le non-consentement de l’insémination de la victime n’est donc pas pris en compte dans le procès. Donald Cline sera condamné à seulement, 500$ d'amende, et pas de prison ferme.

“Je ne voudrais pas que vous pensiez que j’ai inséminé ces femmes avec mes propres gamètes de façon désinvolte. Est-ce que mes actes revêtaient un acte sexuel ? Absolument pas ! Et aujourd’hui, je ne considère pas du tout ces gens comme mes enfants”, peut-on entendre à la fin de ce documentaire poignant.

Qu’en est-il aujourd’hui de cette histoire ?

Pour clôturer son documentaire, la réalisatrice Lucie Jourdan informe par écrit qu’en 2018, les victimes ont réussi à faire adopter une loi dans l’Indiana. Cette dernière condamne l’insémination par don de sperme illicite. À ce jour, il n’existe toujours pas de loi fédérale. On apprend enfin que, grâce aux tests ADN, 44 autres médecins ont utilisé leur sperme pour inséminer leurs patientes. Au total, 94 personnes ont découvert être des enfants de Cline...

Source : Netflix

Margaux Sailly
Margaux Sailly Rédactrice