Philippe Lellouche, Bruce Jouanny et Le Tone, le trio infernal de présentateurs de Top Gear France
TV

Qui sont les présentateurs de Top Gear France ?

Philippe Lellouche, Bruce Jouanny et Le Tone, le trio infernal de présentateurs de Top Gear France © Laurent Zabulon / Abacapress.com

La plus fun des émissions sur les sports automobil vient de passer la cinquième saison. L’occasion de s’intéresser d’un peu plus près aux présentateurs montés à bord de Top Gear France.

Philippe Lellouche, le comédien

C’est la touche comique de l’émission et accessoirement le grand-frère de Gilles Lellouche. Acteur, réalisateur, scénariste, metteur en scène : en touchant à tous les métiers de la comédie, il sait parfaitement comment animer une émission, mettre du rythme et distribuer des punchlines. En fait c’est un peu la boîte de vitesses de Top Gear France, celui qui présente, s’occupe des interviews en plateau et lance les sujets face caméra. Mais il participe aussi aux épreuves, souvent dans le rôle du challenger, le pilote considéré comme les plus mauvais des trois, mais qui ne se démonte pas et lance des vannes pour défier ses camarades. Côté carrière, on a pu le voir au cinéma, notamment dans Camping 2 et Camping 3, mais dans deux rôles différents. C’est surtout au théâtre qu’on peut l’apercevoir, jouant dans des pièces écrites par lui-même comme Le Jeu de la Vérité, ou encore Boire, Fumer et Conduire Vite. Un titre qui laissait peut-être présager de son futur dans Top Gear France

Bruce Jouanny, le pilote

Pour une émission sur le sport automobile, c’est tout de même mieux d’avoir un professionnel de la profession, comme disent les gens qui disent aussi “au jour d’aujourd’hui” et “politique politicienne”. Bruce Jouanny s’est pris de passion pour les engins qui vont vite dès l’âge de dix ans, en squattant régulièrement la piste de karts près de chez lui. Devenu jeune pilote, il remporte à 21 ans le Championnat de France de Formule Renault en 1999, arrive en Formule 3, avant de se diriger vers l’endurance, participant régulièrement aux 24 Heures du Mans. Il est donc la caution technique du trio d’animateurs, le moteur de Top Gear France, qui va pouvoir apporter des retours crédibles sur la conduite dans l’émission. Pourtant il ne gagne pas tout le temps les défis… Et comme il n’est pas le dernier à répondre aux vannes de ses camarades, son mélange de bonne humeur et de gros niveau de conduite font de lui un pilote idéal pour Top Gear France.

Le Tone, le musicien

Top Gear France étant une émission entre journalisme, divertissement et fiction, il fallait quelqu’un capable de suivre le tempo. Et pour cela, rien de mieux qu’un musicien. De son vrai nom Yann Larret-Menezo, Le Tone a débuté dans la musique à la fin des années 1980, en traînant d’abord dans la scène hip-hop. Au milieu des années 1990, il se lance dans l'électro, en produisant des sons instrumentaux hip-hop alors que la French Touch (Air, Daft Punk…) et explose à la face du monde. Il a également occupé de 2010 à 2014 le poste de rédacteur en chef du magazine Intersection, spécialisé dans les objets liés au mouvement, et parlant donc évidemment d’automobiles. Un rôle de journaliste qui lui permet d’apporter un regard d’expertise dans l’émission. Le Tone, c’est peu l’auto-radio de Top Gear France

Le Stig, le mystérieux

Il est de tous les épisodes, en combinaison blanche et casque toujours vissé sur la tête. Personne ne sait de qui il s’agit. C’est un pilote de talent, le volant de l’émission, qui participe aux défis et accompagne les invités durant l’épreuve “Star dans une voiture peu coûteuse”. Et qui ne parle absolument jamais. C’est donc le plus grand secret Top Gear France. Dans la version anglaise, un épisode avait été tourné avec Michael Schumacher, qui retirait son casque à la fin d’une émission spéciale. En Angleterre, on a appris qu’il s’agissait de Ben Collins, pilote de Stock-cars et doublure de Daniel Craig sur les tournages des films James Bond. Il l’a révélé en 2010 dans sa biographie et ainsi perdu sa place. En France, tout le monde cherche à savoir qui est le Stig. Philippe Lellouche aimerait réussir à faire croire que c’est lui, tandis qu’interrogés, certains pensent que c’est un Daft Punk, alors que Vincent Lagaf’ semble lâcher un nom ressemblant à Jean Alesi… Un coup de bluff ?

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur