Final Fantasy XV, un action-RPG
Astuces

RPG et MMORPG : quelles différences ?

Final Fantasy XV, un action-RPG © Square Enix

Dans le jeu vidéo, il y a plein d’acronymes qui peuvent faire très peur quand on n’est pas initié. Mais une fois que l’on a mis des mots sur ces lettres, tout devient beaucoup moins compliqué…

Drôle de jeu de rôle

Commençons par la base. RPG signifie en anglais “Role Playing Game”. Ce genre de jeu vidéo est apparu dans les années 1980, en se basant sur les jeux de rôle sur table existant déjà. Les mécaniques sont ainsi reprises, permettant aux joueurs d’incarner un ou plusieurs personnages à faire évoluer durant une quête.

Pour se distinguer des jeux d’aventure classiques, les RPG proposent la création d’avatars personnalisables des joueurs, qui auront certaines capacités à développer grâce aux points d’expériences (souvent gagnés en remportant des combats), et des objets à récupérer pour monter en puissance. En gros, ce n’est pas le joueur qui vise son adversaire et réalise l’action, mais son personnage.

Pour que les décisions prises aient le plus d’influence sur l’univers, le type de combat le plus répandu est le tour par tour. Ainsi les décisions prises se basent sur ce qui a été fait avant, et ce qui peut se passer après. Les actions possibles, selon la classe des personnages, sont l’attaque physique, la magie noire, la magie blanche, ou l’utilisation de différentes potions. Parce qu’on ne va pas se mentir, en général, les personnages disponibles en début de partie ont des caractéristiques qui rappellent un peu Gandalf, Aragorn et leurs petits potes de la Communauté de l’Anneau.

En quête de puissance

Pour prendre des exemples de RPG connus, on peut notamment citer la saga culte Final Fantasy. Une autre caractéristique classique du RPG est le farming. Un terme qui peut évoquer la recherche d’équipements plus puissants, en général obtenus en faisant des quêtes secondaires. Car dans un bon RPG, les joueurs peuvent déplacer leurs personnages dans un monde ouvert, et explorer des contrées qui ne sont pas concernées par le scénario principal, mais peuvent déclencher des quêtes annexes qui rendent les personnages plus forts.

Si vous avez déjà joué à un RPG, il est fort probable que vous ayez passé des heures à massacrer des ennemis plus faibles dans une zone facile pour faire monter vos personnages de quelques niveaux. Ou que vous ayez fait une nuit blanche pour trouver une épée légendaire cachée dans une grotte que vous ne pouvez trouver qu’après avoir battu 177 monstres sans prendre une seule potion de guérison...

C-RPG, J-RPG, MMORPG, A-RPG : tout est GG

Devenu un vrai phénomène dans les années 1990, le RPG commence à se diviser en plusieurs catégories. Il y a tout d’abord le RPG dit “occidental”, et appelé C-RPG. On n’y incarne en général qu’un seul joueur, que l’on peut modeler à son image, et les jeux empruntent également aux jeux d’action aventure. Les séries The Elder Scrolls, Fallout ou Deus Ex en sont de bons exemples.

Le J-RPG, ou RPG japonais se veut plus dirigiste. Moins de monde ouvert, plus de structuration du jeu par niveaux et la possibilité d’incarner plusieurs personnages en font ses caractéristiques. Les séries Dragon Quest et Final Fantasy en sont les plus fiers représentants. Même si le dernier Final Fantasy XV, par exemple, tient plutôt du Action-RPG. Les ennemis sont ainsi visibles sur la carte et se combattent directement sur le terrain, sans passer par une arène. Un peu comme dans The Legend Of Zelda, The Witcher III : Wild Hunt, ou les derniers God Of War et même Assassin’s Creed. Et alors que le RPG était le jeu vidéo solitaire par excellence, où l’on ne pouvait pas jouer à deux sur console (mais où on pouvait se passer la manette dans une soirée entres potes), le MMORPG est apparu.

MMORPG : massivement multijoueurs

C’est en 1991 que le phénomène apparaît. Neverwinter Nights est considéré comme le tout premier Massively Multiplayer Online Role-Playing Game.

Comme son nom l’indique, le jeu se joue en ligne, où chaque joueur incarne son propre personnage, dans un monde ouvert également appelé “persistant”. C’est-à-dire que quand on se déconnecte, le monde continue d’évoluer, des événements de se déclencher. Et c’est comme cela que beaucoup deviennent accros.

Le phénomène World Of Warcraft est sans doute le meilleur exemple pour illustrer cela, ainsi que son hilarante parodie dans un épisode de South Park. Un MMORPG est donc un RPG en ligne et multijoueurs, dans lequel la notion de scénario est moins importante. C’est plutôt la communauté et les événements s’y déroulant qui vont motiver les gamers, car la durée de vie de ce genre de jeu est absolument infinie, et il faut donner envie d’y revenir encore et encore.

Tandis que dans un RPG classique, l’histoire va vraiment être très importante, la durée de vie se comptant en dizaines d’heures, les joueurs ne vont donc rester dessus que quelques semaines, mois (ou jours pour les plus acharnés), et ne pas forcément revenir dessus une fois l’histoire finie. Bref, un RPG peut être vu comme un film hollywoodien, et un MMORPG une série qui dure 10 saisons. Et leur grand point commun, c’est le nombre d’insomnies qu’ils peuvent causer…

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur