Vous souvenez-vous de la Game Boy Micro $1
Consoles

5 consoles qui n’ont pas du tout marché

Vous souvenez-vous de la Game Boy Micro $1 © estradaanton / Adobe Stock

On connaît bien la Switch, la PlayStation 4 et la Xbox One. Et pour cause : elles représentent de véritables succès commerciaux. Ce qui est loin d’être le cas de toutes les consoles. De la Sega Saturn à la Wii U, voici 5 consoles qui se sont très peu vendues et ont été un échec sur le marché !

Game Boy Micro

La Game Boy Micro, ça vous dit quelque chose ? Pas vraiment. En 1990, la Game Boy est le grand succès de Nintendo. Cinq ans plus tard, on voit arriver la version “pocket”, plus petite et plus transportable. Dès 1998, c’est avec la Game Boy Color que nous jouons et qui vient casser la monotonie du noir et blanc. Puis, en 2001, Nintendo sort la Game Boy Advance, plus performante, avec une nouvelle prise en main, suivie de sa version “SP” deux ans plus tard, pliante et rétro-éclairée.

Mais la firme s’emballe ! Elle décide de sortir un nouveau modèle, plus petit, plus simple, avec plus de boutons sur le côté que sur le devant. Mais il n’y a pas assez de nouveautés, la console n’est pas assez ergonomique et les ventes ne décollent pas. Si jusqu’ici, les différents modèles de la Game Boy se sont vendus au total à près de 197 millions d’exemplaires, la Game Boy Micro ne convainc pas et ne s’écoule qu’à 2 millions d’unités.

PSX

La PSX est un autre parfait exemple de géant du jeu-vidéo qui s’emballe et veut sortir un modèle supplémentaire inutile. En cause : Sony et sa folie des grandeurs. La PlayStation 2 est le plus grand succès commercial de tous les temps. Mise sur le marché en 2000, elle cumule près de 157 millions de ventes. Gigantesque.

Mais une fois encore, Sony voit grand. Après avoir lancé une version “Slimline”, plus compacte, l’entreprise décide de créer un nouveau modèle : la PSX. Une PlayStation, beaucoup plus grosse, équipée d’un graveur de disque et d’un dispositif capable de d’enregistrer la télévision. En somme, un lecteur DVD couplé à une PlayStation. 

Problème : l’investissement de sa conception est si important qu’elle est commercialisée au prix délirant de 79 800 yens soit environ 615 €. Résultat, c’est un tel échec qu’elle n’est même pas exportée en Europe ni aux États-Unis et ne dépassera pas les frontières du Japon.

Dreamcast

Avant que Nintendo, Sony et Microsoft ne se partagent le marché des consoles, il y avait un quatrième concurrent : Sega. Avec son héros phare Sonic, surfant sur le succès de la Mega Drive depuis 1988, la firme sort sa 13ème console en 1998 : la Dreamcast. 

Peut-être est-ce le chiffre qui leur a porté malheur, mais l’engin est bien loin d’être un rêve. Elle s’écoule à seulement 8 millions d’exemplaires, marquant la fin de la production de consoles pour l’entreprise. Pourtant, elle est révolutionnaire car il s’agit de la première console que l’on peut connecter à internet afin de jouer en ligne. Mais commercialement, elle ne fonctionne pas. Désormais, Sega ne concevra plus que des jeux et laisse de côté la production de consoles.

Wii U

Les grands échecs de consoles ne se sont pas produits que dans les années 1990. Il y en a également qui sont très récents. Surfant sur les ventes astronomiques de la DS (154 millions), de la Wii (101 millions) et de la 3DS (74 millions), Nintendo est au sommet de sa forme. Connue pour ses innovations visionnaires, la firme japonaise est attendue au tournant pour sa nouvelle console. Et le projet à un nom : Wii U. Mais personne ne s’attendait à ce que le résultat soit si désastreux.

Sortie en 2012, la console est de loin l’un des plus gros échecs de Nintendo. Les innovations sont quasiment inexistantes. La seule nouveauté réside dans le fait que la manette de jeu est équipée d’un écran. C’est tout. La console est beaucoup trop proche de sa grande soeur, la Wii, sans pour autant avoir toutes ses qualités. 

Le manque de jeux disponibles sur cette console fait également souffrir des ventes. La Wii U se vend ainsi à moins de 14 millions d’exemplaires et se fait avaler par la concurrence avec la PlayStation 4 qui s’écoule 91 millions d’exemplaires et la Xbox One à 43 millions d’unités.

Sega Saturn

Juste avant la Dreamcast, comme expliqué plus haut, Sega a essuyé un premier échec avec la Saturn. La console sort en 1994 et compte tenu de son nom, les ventes devaient être intergalactiques. Mais c’est loin d’être le cas.

Malgré la série de jeux emblématiques qu’elle comprend, elle est trop complexe pour son temps. La programmation est difficile et elle empêche les développeurs de sortir un jeu Sonic. Les ventes souffrent largement de l’absence du hérisson bleu sur la console et elle ne s’écoule qu’à une petite dizaine de millions d’exemplaires.

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur