Avec la série Arkham, Batman a eu le droit à des jeux dignes de sa légende.
Consoles

Arkham, quand la légende de Batman continue en jeu vidéo

Avec la série Arkham, Batman a eu le droit à des jeux dignes de sa légende. © Rocksteady

En 2009, Rocksteady frappait aussi fort que le Chevalier Noir en présentant Arkham Asylum, un jeu d'action inflitration qui permettait aux fans de devenir Batman. Le début d'une saga qui est devenue une référence, au point de grandement inspirer le jeu Marvel's Spider-Man, sorti l'année dernière.

Dès le début, le jeu se présente comme un incroyable blockbuster. Le Joker, arrêté et escorté par Batman, arrive au tristement célèbre asile d'Arkham. L'ambiance est sombre, les décors d'un gothique rendant parfaitement hommage aux meilleurs comics parus : on se croirait presque dans un des films de Nolan. La suite, on la devine, c'est l'évasion du plus incorrigible des bouffons, et sa poursuite dans l'établissement et ses alentours par le le Dark Knight. Et bien évidemment, à Arkham, on retrouve les pires criminels de Gotham, qui y ont été enfermés...

La révolution du jeu super-héroïque

Les gamers prennent alors possession de Bruce Way..., pardon, de Batman, et peuvent enfin reproduire tous les mouvements qu'ils ont toujours rêvé de faire. Monter sur des gargouilles pour observer les ennemis et les émininer discrétement, en mode Assassin's Creed. Utiliser des Bat-gadgets plus incroyables les uns que les autres pour affronter Bane, Poison Ivy ou Killer Croc. Ou mener l'enquête en analysant des indices, comme "le plus grand détective du monde". Mais surtout, surtout, envoyer des gros Bat-coups de poings et Bat-coups de pieds grâce à un système de combat efficace et incroyablement prenant : combiner des touches et enchaîner des combos de folie. Avec pour renforcer le côté spectaculaire, des finishes au ralenti, qui donnent vraiment la sensation d'être Batman !

Même les fans les plus hardcore s'y retrouvent, avec de multiples références dissimulées partout dans l'asile d'Arkham, ou les énigmes placées dans les coins les plus improbables par le Sphinx. Bien qu'en huis clos, le jeu est incroyablement prenant, avec notamment les séquences d'affrontements face à L'Épouvantail, où jamais des cauchemars n'auront été aussi bien restranscrits en jeu vidéo. Arkham Asylum ressemble au jeu Batman ultime. Et pourtant, ce n'est que le début...

Arkham City, la Bat-perfection

Le studio Rocksteady parvient à frapper encore plus fort qu'un Batarang en 2011, avec Arkham City. Cette fois, le Dark Knight peut voler de ses sombres ailes sur un Gotham une nouvelle fois mis à feu et à sang par le Joker, Double-Face, le Pingouin et toute la compagnie. Tous les super-vilains sont de la partie, ainsi que de multiples easter eggs : par exemple, en découvrant Crime Alley sur la map au détour d'une ruelle sombre, une séquence se déclenche, avec Batman déposant des fleurs à l'endroit où les parents de Bruce Wayne ont été assassinés. Bonjour l'émotion. Et les frissons aussi, dans un incroyable scénario à rebondissements, permettant également de prendre les commandes de Catwoman à de nombreuses reprises. De quoi varier un peu le gameplay et d'explorer autrement une magnifique Gotham, sublimée par un level design spectaculaire. Pour faire simple, Arkham City est le meilleur jeu de la série. Et peut-être même le meilleur jeu de super-héros à ce jour... Un régal du début à la fin.

Il était tellement difficle de passer après ce véritable chef d'œuvre que Rocksteady a préféré faire une pause. C'est ainsi que c'est Warner Montréal qui prend les commandes de Batman en 2013, pour Arkham Origins, qui propose de revenir sur les événements s'étant déroulés juste avant Arkham Asylum. Une bonne idée et un jeu réussi, bien que se reposant énormément sur le travail effectué dans les autres volets. Mais en même temps, quand Alfred a une recette qui plaît à Bruce Wayne, pourquoi est-ce qu'il en changerait les ingrédients ? Là, c'est pareil. Le changement, il sera pour un peu plus tard...

Dark was the knight

Rocksteady reprend les Bat-manettes sur la nouvelle génération de console. Arkham Knight arrive sur PS4, et forcément, l'évolution graphique est spectaculaire ! Le scénario est une nouvelle fois tentaculaire, avec l'arrivée à Gotham d'une milice qui transforme la ville en zone de guerre. À la tête de ces mercenaires, un certain Arkham Knight qui va mener la vie dure à Batman et tous ses amis. Car la Bat-family est plus présente que jamais, avec Batgirl dans sa magnifique Tour de l'Horloge, Robin, ou Batwing, dont on peut prendre les commandes durant quelques niveaux !

Et comme si cette armée ne suffisait pas, on peut compter sur Mr Freeze, Harley Quinn et tous les tarés habituels pour mener la vie dure à notre justicier, qui va être sur tous les fronts pour empêcher la destruction de Gotham (mais pourquoi les habitants restent vivre dans cette ville si souvent menacée ? On n'y paie pas d'impôts ou quoi ?). Pour cela, Batou peut cette fois compter sur... la Batmobile ! C'est la grosse nouveauté dans Arkham Knight, la possibilité de prendre le Bat-volant du véhicule le plus mythique de tous les temps. Et autant dire que l'engin ressemble plus à un tank qu'à une deux-chevaux. La Batmobile permet de nouvelles séquences de jeu, et offre un Batman encore plus desctructeur et des séquences de jeu mythiques, pour un épilogue sublime à la saga Arkham.

Car malgré les nombreuses rumeurs, quatre ans après, aucun nouveau jeu n'a vu le jour. Mais à l'occasion des 80 ans du héros créé par Bob Kane en 1939, on peut peut-être espérer que quelqu'un, quelque part, ait la bonne idée d'allumer le Bat-signal pour demander au chevalier noir de revenir sur nos consoles...

En attendant, la bonne nouvelle, c'est que l'on peut (re)jouer à ces merveilles en illimité sur SFR Jeux, un service accessible depuis la page d’accueil de votre box TV.

L'occasion parfaite de prendre à nouveau sa plus grosse voix pour crier dans son salon : "JE SUIS BATMAN" !

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur