On connaît un dragon qui ne va pas tarder à se faire découper...
Consoles

Darksiders : Warmastered Edition débarque sur SFR Jeux

On connaît un dragon qui ne va pas tarder à se faire découper... © THQ Nordic

Jeu d'action et d'aventure qui avait fait sensation à sa sortie en 2010 sur PS3 et Xbox 360, le premier opus de la franchise Darksiders a eu le droit à une version revue et corrigée, rendant hommage à la direction artistique bien plaisante du titre.

Depuis la nuit des temps, les cieux et les enfers se combattent. Et pas dans une guerre froide façon espionnage industriel et compagnie, hein ! Mais entre le Paradis et l'Enfer, il y a ce qu'on appelle dans Darksiders le troisième Royaume, celui des Hommes.

Le mystérieux Conseil Ardent, formé par le Créateur en personne, a pour mission de protéger ce troisième Royaume, et fait donc observer aux anges et aux démons une interdiction totale d'attaquer le monde des Hommes. Sauf qu'au début du jeu, celle-ci est brisée et c'est l'Apocalypse qui s'abat sur New York, ravagée par des hordes d'anges et de démons, souvent en crachant du feu. Pour apprendre la politesse à tout le monde, le joueur apparaît, sous les traits d'un personnage très imposant physiquement. Genre, il fait 2m50, 200 kilos, et a les avant-bras épais comme des troncs d'arbres. Et pour cause : voici Guerre, un des quatre Cavaliers de l'Apocalypse !

Beaucoup de Zelda, un zest de God of War et un soupçon de Devil May Cry

Whaaat ? Oui, il faut incarner Guerre et il ne s'appelle pas comme cela parce qu'il aime caresser des petits chats. On est directement plongé dans l'action, et il faut vaincre tous ses ennemis avec une énorme épée. On se rapproche de Devil May Cry dans l'atmosphère, avec des créatures fantastiques qui envahissent un monde réaliste et contemporain. Mais aussi de God of War, pour les affrontements qui se montrent particulièrement brutaux. Après tout, pour être sûr qu'un démon est mort, quoi de mieux que de le découper en plusieurs morceaux ?

Mais en croisant Abaddon, le général de l'armée angélique, Guerre comprend qu'il est le seul Cavalier de l'Apocalypse à avoir été réveillé, contrairement à ce que voulait la prophétie. Quelque chose ne tourne pas rond, et c'est Guerre qui est accusé d'être responsable de tout ce bazar. On lui retire donc tous ses pouvoirs, et il doit repartir au combat, développer des compétences et récupérer du matériel pour progresser dans l'histoire, comprendre ce qu'il s'est passé et prendre sa revanche.

L'action est continue dans Darksiders : Warmastered Edition, et il est impossible de s'ennuyer une fois la manette dans les mains. Logique que le jeu ait été très bien reçu à sa sortie, recueillant des notes proches de la perfection par les magazines spécialisés. Les combats sont au centre du gameplay et donnent une bonne sensation de puissance au fur et à mesure des coups qu'on assène. Mais là où le jeu est particulièrement efficace, c'est avec son articulation en donjons, qui lui donne des airs de Zelda en plus costaud.

Il faut se déplacer, franchir des obstacles, trouver des points de vie et répondre à des énigmes qui viennent rappeler qu'avoir des gros muscles, c'est bien, mais un cerveau, c'est pratique aussi... Le tout sans oublier de massacrer tout ce qui essaie de venir vous caresser les chevilles. Avec comme point d'orgue à chaque niveau des bons vieux combats de boss, qui permettent de relâcher toute la fureur de Guerre.

Pour devenir un Cavalier de l'Apocalypse surpuissant et sauver le monde, plongez dans la fureur de Darksiders : Warmastered Edition, disponible sur SFR Jeux, accessible depuis le menu de votre box SFR.

Sources : Jeuxvidéo.com, Gameblog

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur