SFR Actus
Final Fantasy VII Remake permet de retourner à Midgar en compagnie de Cloud et ses compagnons d'Avalanche
Consoles

Final Fantasy VII Remake : les 7 points forts

Final Fantasy VII Remake permet de retourner à Midgar en compagnie de Cloud et ses compagnons d'Avalanche © Square Enix

Annoncé depuis 5 ans, espéré depuis 20 ans, Final Fantasy VII Remake est arrivé en exclusivité sur PS4 ce vendredi 10 avril, nous permettant de retourner à Midgar, pour (re)découvrir une véritable légende du jeu vidéo. Et c'est une totale réussite. L'attente en valait vraiment la peine. On vous explique pour quelles raisons en sept points, sans aucun spoiler à l'intérieur.

Plus beau, plus grand, plus fort

C'est forcément la première chose qui saute aux yeux, la beauté infinie de Final Fantasy VII Remake. Évidemment, en sortant 23 ans après l'original, on ne pouvait que s'attendre à un sacré bond en avant en termes de graphismes (et heureusement). Mais là, le titre est tout simplement l'un des plus beaux de la PS4. Techniquement, FFVII Remake est impeccable, avec des personnages superbes, un gameplay dynamique, des environnements incroyables et immersifs, et une ville de Midgar qui est plus vivante que jamais (la virée à Wall Market est juste incroyable par les sensations procurées). Une sacrée performance qui montre parfaitement l'évolution des RPG à travers les époques et les consoles. Ou comment on est passé des jeux en 2D, musique 8-bits, en donjons et avec le combat au tour par tour, à une démonstration technique en 3D où l'action est continue. Une évolution que l'on peut d'ailleurs vivre directement dans les très bons jeux justement basés sur ce principe, Evoland et Evoland II, à retrouver sur SFR Jeux pour une aventure fun et rétro !

(Re)découvrir un mythe

Sorti en 1997, Final Fantasy VII tient une place à part dans l'industrie du jeu vidéo. C'est celui qui a popularisé le genre RPG, déjà très populaire au Japon, en Occident. Pour beaucoup de gamers qui l'ont découvert sur la première PlayStation, c'est aussi souvent le premier choc vidéoludique, avec une histoire riche, dense, des personnages attachants, et une durée de vie incroyable. À l'époque, le jeu tenait sur... trois disques ! Devenu culte, FFVII est resté l'objet de tous les fantasmes, et même les générations d'après le connaissent, sans jamais y avoir joué. L'aspect cartoon de l'original pouvant rebuter les plus jeunes, ce remake est une occasion parfaite pour enfin découvrir le mythe. Mais surtout, les fans nostalgiques de la licence légendaire y trouveront un intérêt supplémentaire, avec de nombreux ajouts bien sentis, comme démontré dans les deux point suivants...

Un story telling renforcé

Retour sur l'évolution du RPG à travers les âges. Dans l'original, les dialogues apparaissaient sous la forme de blocs de texte, avec des fois de sacrés problèmes de traduction... Certains éléments du scénario n'étaient donc pas très clairs, et certaines explications seulement évoquées au détour d'une phrase. Dans Final Fantasy VII Remake, l'histoire a été repensée plus en profondeur, notamment pour les personnages secondaires. Si les relations entre Cloud, Tifa et Aerith sont bien mieux expliquées, plus crédibles et incroyablement prenantes, les personnages secondaires ont également le droit à un nouveau traitement. Ainsi Wedge, Biggs et Jessie, les autres membres du groupe éco-terroriste Avalanche (avec Barett et Tifa), ont droit à beaucoup plus que les quelques minutes qu'ils avaient en 1997. Leurs histoires personnelles sont développées et expliquées, notamment celle très touchante de Jessie, pour un chapitre étonnant qui permet de comprendre pourquoi elle s'est engagé à combattre la Shinra, la terrifiante compagnie qui épuise les ressources de la planète.

Les personnages secondaires comme Jessie ont le droit à une histoire personnelle plus aboutie dans Final Fantasy VII Remake
Les personnages secondaires comme Jessie ont le droit à une histoire personnelle plus aboutie dans Final Fantasy VII Remake © Square Enix

Des surprises en pagaille

Depuis deux ans, la mode est vraiment aux remakes dans les jeux vidéo. Notamment pour la saga Resident Evil, qui a tenté deux approches différentes. Une version similaire à l"originale mais remise à niveau en terme de graphismes et de gameplay pour Resident Evil 2, ou une revisite de l'histoire, avec des ajouts et suppressions de passages entiers pour Resident Evil 3. On est un peu entre les deux pour Final Fantasy VII Remake. L'histoire orginale, qui se déroulait durant les cinq premières heures de jeu en 1997, s'étend ici sur une quarantaine d'heures. La partie à Midgar étant la plus icônique de FFVII, on ne peut que se réjouir de pouvoir en découvrir de nouveaux secrets, ou de revisiter des lieux mythiques entièrement repensés. Et quand de nouvelles scènes ou de nouveaux personnages apparaissent, les plus anciens fans peuvent carrément avoir la mâchoire qui en tombe... Attention à la table basse.

Une immersion totale, une addiction fatale

Comme la démo dévoilée en mars avait permis de le pressentir, l'action est continue dans Final Fantasy VII Remake. Les chapitres se suivent directement, avec comme dans les meilleures séries un cliffhanger à la fin, qui donne envie de voir la suite très vite, maintenant, tout de suite. Il est physiquement impossible de lâcher la manette, et la tentation de l'insomnie est grande pour continuer à suivre les aventures de Cloud, articulées autour du scénario principal et de quêtes de mercenaire, toutes agréables et permettant de découvir les secrets des secteurs 5, 6 ou 7. Les combats sont parfaitement répartis, sans zone où les monstres surgissent toutes les 17 secondes, et on passe de l'action à l'exploration ou aux dialogues avec une fluidité remarquable.

Dans Final Fantasy VII Remake, les chapitres se suivent et s'assemblent parfaitement
Dans Final Fantasy VII Remake, les chapitres se suivent et s'assemblent parfaitement © Square Enix

La bande-son incroyable

Certains thèmes de Final Fantasy VII Remake sont devenus aussi cultes que le jeu. Celui de l'introduction, celui après une victoire au combat ou celui des Chocobos... Quand ces notes résonnent, la nostalgie ne peut que s'emparer instantanément des joueurs. La musique originale, comme le gameplay, a été revisitée et améliorée, avec une orchestration symphonique lui donnant encore plus d'ampleur. Les affrontements contre les boss, notamment, deviennent encore plus épiques, et donnent vraiment l'impression de ne pas seulement jouer à l'aventure, mais d'en faire entièrement partie.

Enfin comprendre les règles des fléchettes

Il y a toujours eu des mini-jeux dans les Final Fantasy. En attendant l'épisode (ou les épisodes) suivants et le passage à Gold Saucer, cité inspirée par Las Vegas où l'on peut perdre une petite fortune à trop vouloir s'amuser, on en retrouve quelques-uns à Midgar. Dont le jeu de fléchettes au Septième Ciel, dans le bar de Tifa. Bien entendu, devenir premier au classement permet de remporter un trophée, mais surtout, ce mini-jeu va permettre à beaucoup d'enfin comprendre les règles des fléchettes. En fait, il ne faut pas faire que viser le centre de la cible. Encore mieux : cela permet de réviser ses soustractions !

Final Fantasy VII Remake, le jeu qui permet d'enfin comprendre les règles des fléchettes
Final Fantasy VII Remake, le jeu qui permet d'enfin comprendre les règles des fléchettes © Square Enix

Voici donc 7 points forts, parmi bien d'autres, qui font de Final Fantasy VII Remake une véritable petite claque, aussi bien pour les anciens fans que les nouveaux. Et peut-être même l'un des tous meilleurs Final Fantasy ? Vivement la suite !

Et une fois Final Fantasy VII Remake terminé, vous pouvez retrouver Evoland, Evoland II et encore plus de jeux en monde ouvert et RPG, rendez-vous sur SFR Jeux, votre service de jeux disponible de façon illimitée et sans engagement, disponible depuis votre box SFR. Et si vous préférez rester dans le mood Final Fantasy, vous pouvez aussi (re)découvrir Final Fantasy : les créatures de l'esprit, le long métrage inspiré du jeu, disponible sur le service VOD de SFR.

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur