Qu'il est mignon ce petit Shiba Inu !
Consoles

Little Friends Cats & Dogs : des animaux virtuels qui ne perdent pas leurs poils

Qu'il est mignon ce petit Shiba Inu ! © Sold Out

Le jeu Little Friends Cats & Dogs sur Nintendo Switch redonne un vent de fraîcheur à l'élevage d'animaux virtuels.

En 2005, Nintendogs faisait une arrivée fracassante sur Nintendo DS. Successeur des précieux Tamagochis des années 1990, on y élevait une tripotée de petits chiots plus mignons les uns que les autres. Mais il manquait un petit quelque chose : les félins. Six ans plus tard, la firme japonaise transforme l'essai à nouveau et sort Nintendogs + Cats, sur Nintendo 3DS. Cette fois, on peut choisir entre chien et chats, en adopter un de chaque, les possibilités sont décuplées. Depuis ? Plus rien. Huit longues années durant lesquelles nous avons été orphelins de simulateurs d'élevage d'animaux virtuels. Ça, c'était avant la sortie de Little Friends Cats & Dogs en 2019.

Caniche, Labrador ou félin ?

Avec un tel héritage, la barre était placée très haute pour ce nouveau jeu sur Nintendo Switch. Notre première partie commence bille en tête avec des chiens. Le saint Graal que représentent les chats n'est pas accessible dès le début du jeu. Il faudra progresser pour y avoir accès. On a donc le choix entre six races de canidés : Berger Allemand, Bouledogue, Caniche, Chihuahua, Labrador ou Shiba Inu. Un nombre restreint, toutefois compensé par une large variété de robes pour votre futur petit compagnon.

Pour les chats, le choix est un peu plus limité et, comme on vous l'a dit, ils ne seront pas accessibles dès le départ. Trois races sont à notre disposition : American Shorthair, Chat Japonais et Scottish Fold. Si tout va bien, c'est à ce moment-là que vous vous rendez compte que vous n'y connaissez rien en matière de félins... Pas de panique, nous non plus.

C'est parti pour les activités !

Il n'est pas question de regarder votre petit compagnon dans le blanc des yeux en attendant que l'horloge tourne. Sortez la laisse et le harnais : c'est l'heure de la traditionnelle promenade pour se dégourdir les pattes, trouver des petits trésors ou simplement renforcer vos liens avec votre petite bête. À vous de diriger la laisse avec le Joy-Con, tout a été prévu, on vous en reparlera un peu plus bas.

Si vous avez l'esprit plutôt compétitif, vous pouvez également vous entraîner au lancer de frisbee. De quoi vous préparer pour les différentes compétitions et vous permettre de remporter un petit pécule pour assurer l'entretien de vos chiens et chats.

L'entretien, justement ! Là où dans les différentes versions de Nintendogs, la chose était plutôt simpliste, on retrouve dans Little Friends Cats & Dogs un système beaucoup plus élaboré qui rend l'exercice beaucoup plus intéressant. Votre animal ne se contentera pas de simples croquettes. Vous aurez à votre disposition différents types de nourritures avec une certaine variété de composition, en fonction de ce que préfèrent Kiki et Monsieur Moustache.

Les fonctionnalités de la Switch pleinement exploitées

Le véritable exploit du jeu, c'est de s'adapter complètement aux différentes fonctionnalités de la Nintendo Switch. Si l'on regrette bien souvent que les jeux ne prennent pas en compte le mode portable, ce n'est pas le cas de Little Friends Cats & Dogs. Que ce soit en mode salon, sur votre téléviseur ou avec la console directement en main, vous pourrez apprécier le jeu de manière différente et toujours bien adaptée. À distance, c'est en secouant le Joy-Con que vous effectuez vos différentes actions. En mode portable, l'écran tactile révèle toute son utilité et vous voilà à caresser du bout des doigts la tête innocente de votre nouveau copain dont vous ne pouvez déjà plus vous séparer.

Little Friends Cats & Dogs est donc une relève efficace aux simulateurs d'élevages d'animaux virtuels. Si l'on regrette tout de même un certain manque de diversité, la complexité du jeu, par rapport à ses ancêtres des années 2000, en fait un héritier solide et digne de nombreuses heures de jeu !

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur