SFR Actus
Découverte

Kimberose nous raconte son album Out, en 5 chansons

"Out", le premier album solo de Kimberose, est disponible dans les bacs et sur les plateformes musicales. © Clément Dezelus

On vous a déjà parlé de la nouvelle sensation pop et soul de la scène musicale hexagonale, notre coup de cœur de ce début d'année 2021. Et son dernier album, qui est son premier en solo, on a déjà pu vous en donner un petit aperçu à travers notre interview en vidéo. Mais il nous restait quelques extraits en boîte, qu'on tenait à vous retranscrire par écrit cette fois, pour explorer davantage cette petite pépite… En musique, évidemment ! Voici 5 chansons tirées de Out, racontées par Kimberose herself.

#1 Back on My Feet : le titre qui donne la couleur d'un album pétillant

J'avais envie de revenir avec quelque chose de positif, quelque chose qui se tourne vers l'avenir. Surtout en ce moment, je pense qu'on a tous besoin ça. On a quand même perdu beaucoup de libertés, on voit moins nos proches, on est plus isolés, il y a moins de choses qu'on peut faire… Et revenir en musique dans un moment comme celui-là, c'est quand même particulier, c'est risqué aussi d'une certaine manière. Donc par rapport à ma propre vie et aussi à ce qu'on vit tous en ce moment, j'avais envie de revenir avec quelque chose de positif, de solaire.

#2 Sober : une reprise à double sens

C'est une chanson d'une artiste américaine qui s'appelle Joy Oladokun, une artiste très talentueuse. Et il y a un double sens à cette chanson : la sobriété à l'alcool mais aussi la sobriété à une histoire d'amour. Je trouvais ce parallèle très intéressant, entre l'addiction qu'on peut avoir à une substance et l'addiction qu'on peut avoir à certaines personnes aussi, cette fameuse dépendance affective dont on parle beaucoup… Ça m'a vraiment parlé. Puis l'alcool, au féminin, on n'en parle pas beaucoup, c'est un sujet qui reste encore assez tabou. Donc le chanter, c'est libérateur aussi, je trouve qu'il n'y a pas de honte à avoir. Quant à mon propre rapport avec l'alcool, je tiens à rassurer tout le monde : tout va bien !

#3 Weak and ok : la force d'accepter ses faiblesses

Quand on entend ça, on peut se dire que c'est un peu cheesy, facile, mais c'est une réalité : accepter ses failles, je pense que c'est une force, et ce qui l'est peut-être encore davantage c'est d'en parler. Ce n'est pas toujours facile, je pense qu'on vit dans une société où on a envie de voir des gens parfaits, forts, beaux, performants… Et ce n'est pas toujours sexy de dire "ça ne va pas", "je suis déprimé(e)" ou "j'ai de l'anxiété", "je suis angoissé(e)". Ce sont des choses qui ne sont pas faciles à dire, et je trouve que quand on les dit, quand on arrive à les nommer, à en parler autour de soi, pour ma part à les chanter, ça fait comme une libération. Ça m'a fait beaucoup de bien d'en parler, de dire qu'être vulnérable ce n'est pas une faiblesse, c'est "ok"… Et je pense que ça nous arrive à tous.

#4 We never said goodbye : l'hommage au père

C'est une promesse que je me suis faite, qu'il y aurait toujours un clin d'œil à mon père sur chacun de mes albums. C'est quelqu'un qui a marqué ma vie, qui est parti beaucoup trop tôt. Et de ne pas pouvoir dire au revoir, je pense qu'il n'y a que les personnes qui l'ont vécue qui peuvent comprendre cette douleur, cette double douleur. Ça m'a vraiment blessé et j'ai mis des années à m'en remettre, même si je crois qu'on ne s'en remet jamais vraiment… En tout cas pouvoir en parler comme ça, sans verser de larme, ça a mis du temps. Mais oui, la musique c'est de la sublimation, alors prendre un moment de sa vie comme ça, qui fait mal, qui n'est pas beau, et en faire une chanson, je trouve qu'il n'y a pas meilleur hommage. Et la musique c'est une passion que j'avais en commun avec mon père, donc encore une fois c'est symbolique. Lui dire au revoir en musique, ça me donne aussi la sensation d'être entendue, qu'il m'entend d'où il est.

#5 By the Sun : la collab' avec le "pianiste du rap français"

Cette collaboration est née de quelque chose de très peu original : c'est notre éditeur qui nous a mis en relation… Mais ça a été pour moi un coup de foudre artistique. Pour moi, Sofiane (Pamart), c'est le king du piano ! Il est extrêmement talentueux, donc travailler avec lui ça a été un vrai kif. Et ça a été une rencontre très facile, autant humainement que musicalement. La journée où on s'est rencontrés au studio, on a écrit une dizaine, une quinzaine de chansons ! Je crois beaucoup au destin, je pense que c'est une rencontre que je n'ai pas faite pour rien, et il y a d'autres choses qui viendront avec Sofiane…

Il y a à vrai dire déjà un autre featuring avec Sofiane Pamart sur cet album, L'Envie de valser, qui est par ailleurs la toute première chanson de Kimberose en français... Mais on vous invite maintenant à explorer l'opus par vous-même : Out est disponible dans les bacs, ainsi qu'en écoute sur les plateformes de streaming musicales.

Deezer et Napster sont notamment proposées en option chez SFR, pour seulement 6 euros par mois. Sans engagement.

Puis retrouvez notre vidéo de Kimberose, qui évoquait déjà quelques-uns de ces titres entre autres sujets de conversation, dans notre interview précédemment publiée sur SFR Actus.

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur