Quand le groupe de metal Ultra Vomit prend son petit-déjeuner
Découverte

Ultra Vomit, le groupe de metal parodique qui cartonne

Quand le groupe de metal Ultra Vomit prend son petit-déjeuner © Charlotte Gonzalez

Après neuf ans d’absence, le groupe nantais est revenu en 2017 avec l’album Panzer Surprise, et s’est retrouvé en véritable tête d’affiche du métal français actuel. Ou la rencontre de parodies hilarantes et d’un son surpuissant.

Rammstein VS. Calogero

La recette est simple, efficace, et du coup géniale. Prenez le plus en apesanteur des chanteurs de variété, Calogero, et revisitez-le à la sauce Gojira, l’un des meilleurs groupes de metal français (qui cartonne dans le monde entier). Le résultat, c’est la chanson Calojira, une version incroyable de Face à la Mer. Mais sans Passi. Encore plus fort, le premier single extrait de l’album, Kammthaar, est une parodie juste parfaite de Rammstein. Grosse production, et chant alternant français, allemand et frallemand, pour accompagner des paroles parfaitement débiles : “Sur l’autoroute, jamais kaput (...) il a les yeux revolver / il a deux garde-boues / j’ai passé la première / je vais rouler comme un fou”.

Ultra Vomit a même déclaré dans une interview à Ouï FM qu’ils avaient entendu dire que les Rammstein avaient vu le clip, et avaient rigolé. Rammstein. Aurait. Rigolé. Si ça c’est pas un signe ! On comprend du coup parfaitement comment et pourquoi ces métalleux rigolos parviennent à plaire à autant de monde. Car faites le test autour de vous : de votre neveu de 12 ans fan de metal à votre pote de 44 ans qui ne jure que par le punk, tous les gens qui écoutent un peu de rock vont se marrer à l’écoute de Panzer Surprise. Par contre, ne tentez pas l’expérience avec tatie Jeannette la fan de Claude François, ou le fils de la voisine, adorateur de JUL. Il faut quand même un minimum de références pour capter le délire...

Pipi VS. Caca

Et si Ultra Vomit plaît aux gens de 6 à 666 ans, c’est sans doute pour leur côté pas prise de tête, décomplexé et là avant tout pour la rigolade. Comme si Wayne’s World se déroulait dans la réalité. Les quatre musiciens ne respectent rien et s’amusent de tout, en détournant les codes. Le fameux “wall of death”, où quand la fosse d’un concert se sépare en deux pour se rentrer dedans (comme dans le film Braveheart), est devenu avec eux un “wall of shit”, où un côté incarne le pipi, et l’autre le caca, pendant une chanson parodique de Sum 41, intitulée pas très sobrement Pipi VS. Caca. Toujours dans un registre bucolique, il y a même un hommage au film Tron. Vous le voyez venir, le E-Tron (Digital Caca) ? Et la chenille, la fameuse chanson sur laquelle tout le monde aime danser dans les fêtes de famille ? Ils la revisitent de quatre façons différentes, en version black metal ou en parodie du groupe Ghost, par exemple. Les grands noms de groupes passent également sur la table d’opération de ces docteurs mabouls du metal, avec AC/DC qui a le droit au morceau JE/US, qui on l’espère sera un jour joué au Hellfest, juste pour voir des dizaines de milliers de métalleux reprendre en chœur le nom de Jésus dans le plus rock’n’roll des gospels. Et ainsi faire plaisir aux associations voulant chaque année interdire ce festival décrit comme “satanique”...

Olympia VS. Zénith

Fondé en 1999, Ultra Vomit avait déjà fait connaître son metal comique, avec des titres comme Je Collectionne des Canards (vivants), Judas Prost ou Boulangerie Pâtisserie. Mais avec l’album Panzer Surprise, le groupe a rencontré un succès démentiel et imprévu, sans doute grâce à la goutte d’humour qu’ils apportent dans l’océan de sérieux du metal. Leur popularité croissante se constate d’ailleurs par la taille des salles qu’ils remplissent. Pour prendre un échantillon représentatif très parisien, ils ont rempli le Trianon (1091 places) en 2017. En 2018, c’était au tour du mythique Olympia (1996 places), dans lequel ils ont tourné un DVD live et fait exprès une faute à leur nom sur les fameuses lettres rouges ornant la façade. On pouvait y lire “Utlra Vomit”. Et en 2019, c’est carrément au Zénith de Paris (6804 places), qu’ils débarqueront le 2 novembre, en compagnie de No One Is Innocent et Tagada Jones. Ou comment il sera possible de voir des milliers de métalleux hurler leur amour pour un évier. Et pas parce qu’ils seront en train de vomir hein, mais pour rendre hommage au désormais mythique Évier Metal :

Par Sébastien Delecroix