Angèle aux Victoires de la musique en février 2019.
France

Angèle : l'année de tous les succès

Angèle aux Victoires de la musique en février 2019. © Thomas SAMSON / AFP

Récompensée de deux trophées lors des 34e Victoires de la musique et des NRJ Music Awards 2019, Angèle est la nouvelle coqueluche des jeunes. Elle collectionne des millions de vues sur YouTube et son premier album Brol est disque de diamant (plus de 500 000 exeplaires vendus). Portrait de l’artiste belge suivie par plus de deux millions de personnes sur Instagram.

Un teint diaphane, une blondeur lumineuse, un brin d’humour et d’autodérision décapant et un talent indéniable : la tornade de 23 ans venue de Belgique s’est imposée comme la nouvelle icône des jeunes. Il faut dire qu’elle a été à bonne école pour percer dans le milieu artistique. Car si dans la famille Van Laeken il y a la fille, Angèle, il y a aussi le père qui n'est autre que le chanteur belge Marka et la mère, la comédienne Laurence Bibot. Mais il y a aussi et surtout le frère : le rappeur Roméo Elvis. L’artiste du plat pays s’est donc lancée très tôt dans la musique, comme une évidence, inspirée par une famille très créative.

"J'ai commencé (le piano, ndlr) à cinq ans (…) j'ai fait du piano en classique jusqu'à 18 ans", a confié en 2018 la jeune femme au site Jack. Inscrite dans un collège catholique à l’éducation stricte, la jeune Angèle ne s’y plaît guère : "Vu le parcours de mes parents, on était vus comme des enfants un peu étranges. J’avais des cours de religion qui nous disaient que l’homosexualité était contre-nature. Je ne comprenais pas ce que je foutais là", glisse-t-elle à Greenroom. Au lycée, elle rejoint l’École Decroly, un établissement qui lui propose enfin des options artistiques. Un nouveau monde s’ouvre à elle, "c’était magique, je me suis fait plein de potes, il y avait des options d’art, d’histoire de l’art, de théâtre…" En rejoignant ensuite une école de jazz et le groupe de son père, Angèle se plonge à corps perdu dans sa passion : la musique.

La loi de Murphy, le premier carton 

De la génération réseaux sociaux, c’est sur Instagram qu’elle se fait remarquer. Elle s’amuse alors à faire de courtes vidéos mêlant chant et humour. 

À partir de là, des artistes comme le rappeur Damso ou le groupe Ibeyi lui proposent de faire leurs premières parties. Fin 2017, elle sort son premier single, La loi de Murphy, dont la vidéo compte plus de 27 millions de vues sur YouTube. Et puis tout s’accélère pour la Belge. 

Elle enchaîne plusieurs singles à succès : Je veux tes yeux, La thune et Jalousie, qui apparaissent sur son premier album, sorti en octobre 2018. Sur Brol (qui signifie bordel en argot belge) dans lequel elle a écrit et composé tous les morceaux, on retrouve les titres entraînants qui l’ont fait découvrir. Et qui vont faire du disque le carton de fin 2018 et de 2019. On y trouve par exemple un featuring avec son frère Roméo Elvis. Dans Tout oublier, les deux artistes ironisent sur la facilité d’être heureux dans des combinaisons de ski… à la plage.

L’humour belge triomphe

On ne sait pas si c’est l’humour belge, mais Angèle est dotée d’un second degré décapant, comme en témoigne le post Instagram ci-dessous, ou bien ses textes, tantôt percutants, denses et parfois plus détachés.

En affichant ses inspirations, de la chanteuse jazz américaine Ella Fitzgerald à Hélène Ségara, Angèle donne le ton de son univers pop décalé. Dans Le Parisien, Emmanuel Marolle explique que "dans cinquante ans, quand on se demandera ce qu'était la jeunesse de 2018, il suffira d'écouter ce disque (Brol). Une bande-son générationnelle. Il y est question d'Instagram (Victime des réseaux), de filles qui aiment les filles (Ta Reine), de filles qui aiment les garçons (Jalousie), de sexisme (Balance ton quoi), de journée galère (La Loi de Murphy), de solitude (Les Matins)."

Le carton est tellement complet que l'album Brol a même le droit à une nouvelle édition, Brol, la suite, agrémentée de sept nouveaux titres, et sortie le 8 novembre 2019. Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Car la force d'Angèle, c'est quelle marque son époque avec des thématiques actuelles. Par exemple, le titre pop et reggae La Thune évoque notre relation avec les réseaux sociaux et les smartphones. Dans le clip, les téléphones côtoient les armes. C’est un portrait acerbe et sarcastique dénonçant le narcissisme et la perpétuelle mise en scène de sa génération sur les photos publiées sur les réseaux.

Angèle, une fille de son temps qui donne des concerts à guichets fermés dans toute la France et en Belgique. 2019 aura vraiment été son année, avec deux Victoires de la Musique, deux NRJ Music Awards, un featuring sur le nouvel album de Phlippe Katerine et même une participation au casting vocal de la version française de Toy Story 4 (c'est elle qui double Gabby Gabby).

Si la loi de Murphy désigne normalement une succession de galères, pour Angèle, elle aura plutôt signifié un sacré enchaînement de succès !

Sources : Greenroom, Jack

Emma Faury
https://twitter.com/Emma_Faury Emma Faury Rédacteur