Bilal Hassani, le jeune YouTubeur ayant représenté la France à l’Eurovision en 2019 sort son premier album, Kingdom.
France

Bilal Hassani : 5 titres incontournables de son nouvel album, Kingdom

Bilal Hassani, le jeune YouTubeur ayant représenté la France à l’Eurovision en 2019 sort son premier album, Kingdom. © Dorothée Murail

Le 26 avril 2019, Bilal Hassani a dévoilé son premier album, Kingdom. La rédaction l’a écouté et a sélectionné 5 titres incontournables qui vont marquer cette année.

Bilal Hassani est la personnalité émergente la plus médiatisée de cette année 2019. À l’approche de l’Eurovision, le jeune YouTubeur de 20 ans a dévoilé le 26 avril son premier album, Kingdom, où il s’y impose comme un véritable monarque.

Seigneur d’une nouvelle pop française, quelque peu en déperdition ces dernières années, écrasée par la variété. Mais avec ce jeune homme à la forte personnalité et au grand talent, elle connaît un nouveau souffle. On a écouté cet album et on vous a sélectionné cinq titres incontournables !

“Roi”, l’indémodable

On l’a déjà entendue des milliers de fois, et pourtant on ne s’en est toujours pas lassé ! Première chanson présentée au public, quelques semaines avant les étapes de sélection pour l’Eurovision, c’est un véritable raz-de-marée qu’il a causé avec Roi. Et c’est ce qui lui a permis de décrocher son ticket pour Tel Aviv et porter les couleurs de la France au grand concours de chanson. Ce titre lui permettra-t-il d’accéder à la victoire ? En tout cas, il aura touché les français et cumule près de 20 millions de vues sur YouTube.

“Jaloux”, la réponse aux critiques

Pour en arriver là, Bilal Hassani a dû passer par une gigantesque salve de critiques. Et en qualité d’homme gay qui transcende les normes de genre imposées, forcément, ces critiques ont été d’autant plus intenses, se transformant parfois en menaces. Comment le jeune chanteur queer riposte-t-il face à ses détracteurs ? En compilant tout ce dont on l’accuse dans les paroles d’une chanson et en leur répondant : “Qu’ils me les lancent, ces mots qui blessent. Jamais je ne baisserai la tête. Je reste fort”. Avant d'asséner le coup de massue final : “C’est tous des jaloux”. C’est absolument brillant et c’est encore la meilleure chose à faire !

“BASIC”, au coeur de la culture queer

Une fois qu’on a répondu aux critiques, il n’y a plus qu’une seule chose à faire : célébrer sa différence. Ne pas aller là où est attendu mais suivre son propre chemin. Et c’est justement le propos de Bilal Hassani dans le titre Basic lorsqu’il scande : “Don’t be basic, be fantastic”. Au-delà du message, il signe là un morceau qui devrait mettre une ambiance de feu dans les soirées même les plus mornes. Il reprend les codes de la culture queer, mélangées avec cette ironie propre aux années 2000 que l’on retrouvait notamment chez Helmut Fritz, PZK ou Fatal Bazooka. Encore un hit !

“Fais Beleck”, le deuxième single

Avec son deuxième single dévoilé près de deux semaines avant la sortie de son album Kingdom, Bilal Hassani continue son voyage éducatif et entraînant. Mais au fait, ça veut dire quoi “fais beleck” ? Fais attention. Un avertissement à toutes les déceptions, aux rêves brisés, à la violence sur les réseaux sociaux. Le jeune YouTubeur est complètement dans l’air du temps et au fait des problématiques de son époque. Et tout en entraînant ses fans dans une grande fête, il n’hésite jamais à glisser un message ou deux dans les paroles de ses chansons.

“Poison”, une chanson d’amour, forcément !

Un bon album ne peut pas se faire sans une bonne chanson d’amour. C’est un incontournable, mais surtout un indémodable. Et Bilal Hassani nous rappelle que ce n’est pas réservé aux romances hétérosexuelles ! Dès les premières secondes de Poison, on n’a plus qu’une seule envie : danser. Et ce sont aussi beaucoup de questions qui se posent ! Par qui le jeune chanteur est-il obsédé, qui est donc ce poison ? Malheureusement, la réponse ne se trouve pas à la fin de la chanson. Peut-être faudra-t-il attendre un troisième album !

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur