David Hallyday sur la scène du Téléthon, à Paris, le 3 décembre 2004.
France

David Hallyday, pas convaincu par Johnny

David Hallyday sur la scène du Téléthon, à Paris, le 3 décembre 2004. © BERTRAND GUAY / AFP

Dans une interview accordée au média belge 7sur7, le fils du Taulier a eu l’occasion de donner son avis sur le dernier album posthume qui revisite à travers des arrangements tantôt symphoniques, tantôt acoustiques, certaines des plus grandes chansons de son père.

Quelques mois après Mon pays c’est l’amour, un nouvel album posthume de Johnny Hallyday débarquait dans les bacs. Celui-ci, intitulé en toute sobriété Johnny et paru chez les disquaires le 25 octobre dernier, n’est pas un disque de chansons originales mais un disque de reprises. Des reprises, certes pas comme les autres, puisque sur douze de ses célèbres chansons, comme Diego libre dans sa tête ou encore Requiem pour un fou, des arrangements soit symphoniques soit acoustiques viennent accompagner la voix retentissante du Taulier. Une approche originale du répertoire de la star disparue il y a près de deux ans de cela, qui ne semble toutefois pas convaincre son fils…

David Hallyday, qui a notamment composé le fameux Sang pour sang, dont la chanson-titre fait partie des morceaux ainsi revisités dans Johnny, a tout d’abord déclaré auprès du magazine 7sur7 qu’un "héritage artistique, c’est une question de qualité et pas nécessairement la quantité". Voilà qui est dit, d’emblée. Ensuite, s’il souligne qu’il "aime beaucoup Yvan Cassar", directeur artistique de l’album posthume avec lequel lui et son père ont d’ailleurs travaillé par le passé, le chanteur et auteur-compositeur estime : "C’est joli mais j’aurais bien aimé, d’un point de vue musical, que ça aille plus loin." Car comme il le dit, "quitte à sortir quelque chose, autant que ça soit différent".

Ce n’est donc pas tant la qualité du travail accompli sur Johnny que David Hallyday remet en cause, précisant même que "ça n’enlève rien à la beauté des arrangements symphoniques d’Yvan Cassar", mais plutôt la pertinence de ce nouvel album posthume. Ce qui ne l’empêche toutefois pas de faire une jolie performance dans les bacs… Trois jours après sa sortie, Johnny s’est en effet écoulé à plus de 97 000 exemplaires. Un peu plus (précisément 3 000 de plus), et il sera sans doute fait disque de platine en une semaine.

Comparativement, on reste néanmoins (très) loin des chiffres enregistrés par Mon pays c’est l’amour. Ce qui constitue le 51ème album studio de Johnny Hallyday s’était écoulé à quelque 680 000 exemplaires en trois jours, et rien que 300 000 dès le premier jour de sa sortie. Des chiffres qui montent jusqu'à 1,7 million de disques écoulés en 2018, permettant de se hisser dans le Top 5 des ventes… mondiales, juste derrière une certaine Lady Gaga et juste devant d'autres stars internationales que sont Ed Sheeran, Queen, Pink et Eminem.

Sources : 7sur7, BFMTV, IFPI

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur