Etienne Daho sur le plateau du Grand Journal en 2013.
France

Étienne Daho, snobé par les Spice Girls

Etienne Daho sur le plateau du Grand Journal en 2013. © JOEL SAGET / AFP

Interviewé dans Les Inrocks à l'occasion de son passage aux Trans Musicales de Rennes, Étienne Daho livre une anecdote étonnante.

Ce mercredi 4 décembre était lancé le coup d'envoi de l'édition 2019 des Trans Musicales de Rennes. Un événement bien connu des mélomanes, le festival ayant révélé ou fait connaître au public français bon nombre d'artistes (Nirvana, The Do, Lenny Kravitz, Niagara...). Cette année, il sera teinté de nostalgie, s'agissant de la première édition depuis le décès de Philippe Pascal, leader du groupe Marquis de Sade et figure incontournable de la scène musicale rennaise. Mais il s'agit également d'un événement à marquer d'une pierre blanche : Étienne Daho vient en effet y fêter ses 40 ans de carrière (ou plutôt les 40 ans de sa première scène). Il y jouera deux soirs de suite les albums Eden et Résérection, réédités récemment, là où tout à commencé en 1979.

En tournée à travers la France avec l'Eden Tour, Étienne Daho s'est entretenu avec Les Inrocks à l'occasion de son passage aux Trans, se remémorant en compagnie d'Arnold Turboust (avec qui il a écrit Eden, mais aussi Pop Satori), l'enregistrement de ce disque à Londres. C'est ainsi qu'au détour d'une question innocente, on apprend qu'il a croisé le chemin des Spice Girls, alors à l'apogé de leur célébrité (Eden a été enregistré en 1996, alors que Geri, Victoria et compagnie venaient de sortir le single Wannabe). Et autant dire que le girls band ne s'est pas montré particulièrement intéressé par celui qui est aujourd'hui le parrain de la pop française.

Dans les pages des Inrocks, Arnold Turboust raconte : "A Londres, on a eu la chance de collaborer avec quelques-uns des meilleurs techniciens et musiciens du moment : Fabien Waltmann, Andy Wright ou encore Alain Whyte, le guitariste de Morrissey." Et Daho de poursuivre : "Sans parler d'une flopée d'ingénieurs du son, à commencer par Mark "Spike" Stent, qu'on se partageait avec Madonna, U2 et ces horribles Spice Girls qui nous snobaient ouvertement".

Si Eden est composé de nombreuses collaborations (Astrud Gilberto, The Swingle Singers, David Whitaker, Comateens, Elli Medeiros, Saint Etienne), une chose est sûre, les Spice Girls ne faisaient pas partie de la fête...

Pour découvrir l'interview complète d'Étienne Daho dans Les Inrocks, rendez-vous sur SFR Presse.

La Rédac'
La Rédac' Rédacteur