Sorti en 1991 sur l'album "Alice ça glisse", Fruit de la passion a cartonné grâce à la compilation du même nom parue en 1994.
France

Francky Vincent : combien a-t-il gagné avec Fruit de la passion ?

Sorti en 1991 sur l'album "Alice ça glisse", Fruit de la passion a cartonné grâce à la compilation du même nom parue en 1994. © DR

Invité de l’émission L’Instant de luxe, sur la chaîne Non Stop People ce vendredi 13 septembre 2019, le célèbre chanteur de zouk est revenu sur son plus grand hit, celui qui a lancé sa carrière dans l’Hexagone.

Petit bond dans le temps, environ un quart de siècle en arrière : l’été, dans les années 1990, on dansait sur la fameuse Saga Africa de Yannick Noah, l’inlassable Macarena de Los Del Río et la plus-que-suggestive Fruit de la passion de Francky Vincent. Si ce dernier était actif depuis déjà 20 ans sur la scène musicale antillaise et que sa chanson avait déjà été diffusée trois ans plus tôt dans les outre-mer, c’est en 1994 que le chanteur connaît la gloire avec ce titre sucré que tout le monde préfère appeler "Vas-y Francky, c’est bon".

Des paroles coquines sur un zouk venu "des îles", il n’en fallait pas plus pour subjuguer le public de la métropole, enivré par l’ambiance estivale, ses soirées Club Med et autres karaokés. "Fruit de la passion, cette chanson… On a vendu énormément", se rappelle, presque encore étonné, le chanteur dorénavant sexagénaire, sur le plateau de L’Instant de luxe sur la chaîne Non Stop People. Et de préciser : "J’ai été disque d’or, double disque d’or et disque de platine."

Mais alors combien a-t-il gagné grâce à ce morceau qui, devant Alice ça glisse ou le plus récent Tu veux mon zizi, reste encore aujourd’hui son plus grand tube ? Francky Vincent donne un chiffre en toute humilité : "Sur toute ma carrière, ça ne va pas chercher loin. Ça va chercher… un million d’euros." Ce qui est déjà pas mal, pour un genre musical bien à lui que l’on a appelé tout simplement "zouk grivois".

Les billets continuent de tomber

Le chanteur explique en outre d’où viennent les recettes de la compilation Fruit de la passion (vas-y Francky c’est bon), qui a révélé le désormais célèbre titre éponyme :

"Je suis producteur de cet album, le fameux album, que j’ai mis en licence chez Wagram, et je suis auteur-compositeur de presque toutes les chansons, allez 90 % des chansons, et j’ai pris un éditeur pour huit chansons qui s’appelle Sony. J’ai très bien gagné ma vie avec cette chanson, et je n’ai pas fini !"

C'est ainsi que c'est "sur plusieurs années" que Fruit de la passion lui a rapporté un joli million, Francky Vincent sait bien qu’il continue (et continuera pendant longtemps) à gagner de l’argent grâce à cette chanson. Et cela "chaque fois que ça passe en discothèque, parce que les discothèques ont un forfait à payer". De même que, bien évidemment, quand le titre est diffusé sur les ondes : "Certaines radios et télés, qui ont pignon sur rue, forcément paient en conséquence."

C’est que 25 ans après, le tube continue d’avoir un certain succès. Notamment, comme le remarque si bien le chanteur, "quand la nostalgie s’empare des gens". On pense par exemple aux nombreuses soirées hommage à la décennie qui peuvent être organisés ici et là dans les clubs : "On leur passe des chansons des années 1990 par exemple, Fruit de la passion c’est une chanson de 1994, donc forcément je suis de la fête parce que (…) j’y suis !"

Confiant de la force de frappe de son tube, Francky Vincent semble même le considérer éternel… Ou s'imagine bien, du moins, qu’il lui survivra. "Quand je ne serai plus là, mes enfants entendront encore cette chanson-là", estime-t-il en effet. Et il n’a sans doute pas tort... Allez, comme vous l'avez sans doute déjà dans la tête, on se la remet :

Source : Non Stop People

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur