Jasmine Roy, Luce Dufault et Bruno Pelletier lors d'une représentation de Starmania au Théâtre Mogador, à Paris, le 27 septembre 1993.
France

Starmania est de retour en ville !

Jasmine Roy, Luce Dufault et Bruno Pelletier lors d'une représentation de Starmania au Théâtre Mogador, à Paris, le 27 septembre 1993. © PATRICK KOVARIK / AFP

Vous avez peut-être vu les affiches d’ores et déjà collées dans les couloirs du métro de la capitale : le célèbre opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon, qui a fait découvrir Daniel Balavoine au public de l’Hexagone et offert au répertoire français quelques-unes de ses plus grandes chansons, revient en octobre 2020 sur la Seine Musicale.

"Nous remontons Starmania dans une nouvelle version", a annoncé Luc Plamondon au Parisien ce lundi 11 novembre, précisant que la comédie musicale, qui "n’a pas été jouée en France depuis 2001", fera son grand retour "sur scène dans un an à Paris". "Il y a une forte attente. Partout où je vais, des gens de toutes origines, de toutes classes, m’arrêtent et m’en parlent", affirme en outre le célèbre producteur et parolier, qui avait co-créé l’opéra-rock culte avec Michel Berger il y a 40 ans de cela.

Si c’est en l’honneur de cet anniversaire symbolique que Luc Plamondon souhaite ainsi offrir au public un remake de son plus grand succès, ce retour sur scène de Starmania n’aurait toutefois pas été possible sans l’accord d’une certaine France Gall. C’est qu’avant de quitter ce monde, le 7 janvier 2018, la chanteuse avait fait un joli "cadeau" au producteur Thierry Suc, avec qui elle avait monté le spectacle Résiste ! en hommage à son âme sœur disparue 26 ans avant elle. Celui-ci raconte en effet au Parisien : "Elle m’a dit : ‘J’ai un cadeau pour toi. Je vais te donner ce que j’ai refusé de donner depuis vingt ans : les droits de Michel Berger sur Starmania."

Starmania, dans le futur du nouveau millénaire

"C’est très émouvant d’être tous réunis pour respecter le souhait de France de remonter Starmania", déclare ainsi le producteur au quotidien, avant d’expliquer : "Nous souhaitons emmener cette œuvre avant-gardiste où elle n’est jamais allée. C’est pour cela que nous avons choisi Thomas Jolly, homme du théâtre public reconnu et fan absolu de Starmania, et le chorégraphe d’Anvers Sidi Larbi Cherkaoui, qui a travaillé entre autres avec Beyoncé et Jay-Z, Alanis Morissette..." De quoi l’assurer, en outre : "Ensemble, on va essayer de faire la version la plus ambitieuse jamais réalisée."

Alors que, 40 ans après, Starmania est toujours reconnue comme étant LA plus grande comédie musicale francophone de tous les temps, forte de ses nombreux tubes tels que Quand on arrive en ville, Le Monde est stone, La Chanson de Ziggy ou encore SOS d’un terrien en détresse, et ayant révélé l’icône qu’est ensuite devenue Daniel Balavoine, Thomas Jolly dit ainsi hériter d’une "sacré responsabilité". Mais le metteur en scène compte bien se séparer de l’œuvre originale pour la remettre au goût du jour, soit "l’inscrire dans ce nouveau millénaire, dans le futur". Rien qui ne devrait toutefois la dénaturer, puisque comme il l'affirme au Parisien quant à cette véritable "utopie pessimiste et intemporelle" :

"C’est une œuvre brûlante d’actualité et incroyablement prophétique sur l’écologie, les attentats, la télévision envahie de télécrochets, le président en haut de sa tour."

Et alors que Thomas Jolly tease en outre le retour du "gourou marabout, qui avait disparu après la première mise en scène", soyez rassurés, les classiques coécrits par Michel Berger et Luc Plamondon seront bien évidemment de la partie. Ce dernier estimant même au Parisien que les vraies "stars" de Starmania, in fine, "ce sont les chansons". Ce revival est donc surtout l'occasion de les redécouvrir en live, dès le 6 octobre 2020 à la Seine musicale à Paris.

Source : Le Parisien

Par Jessica Rat