SFR Actus
International

Back In Black : l'album culte d'AC/DC souffle ses 40 bougies

Le chanteur Brian Johnson et le guitariste Angus Young d'AC/DC, lors de la tournée "Black Ice" à Wilkes-Barre, en Pennsylvanie, le 28 octobre 2008. © KEVIN MAZUR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

Ça fait 40 ans que le groupe de hard rock a envoyé son plus fameux riff de guitare dans nos oreilles. 40 ans qu'il a fait découvrir au monde la voix puissante de Brian Johnson. 40 ans qu'il a débarqué tout en noir dans les bacs.

Le 25 juillet 1980 apparaissait chez les disquaires américains une petite pépite qui allait avoir de beaux jours devant elle. Une jaquette toute de noire vêtue si ce n'est pour les lettres, ressortissant sobrement en blanc, du nom de ceux qui allaient bientôt s'imposer comme l'un des plus grands groupes de hard rock de tous les temps : AC/DC. La formation était "Back In Black", soit "de retour en noir" dans les bacs, avec ce sixième album en hommage à son chanteur, Bon Scott, décédé à peine six mois plus tôt après avoir trop abusé de la bouteille.

Un disque de deuil, donc, mais un disque de renouveau aussi, puisqu'il introduisait la voix qui retentira par la suite des décennies durant à son service : celle de Brian Johnson, fraîchement recruté chez une bande de glam rock britannique dénommée Geordie. Alors qu'AC/DC venait de goûter au succès international avec Highway To Hell, c'est en effet avec ce nouveau chanteur, capable de prouesses vocales terriblement puissantes, qu'il allait définitivement asseoir sa popularité et même marquer d'un fer brûlant ses quatre lettres emblématiques dans l'Histoire.

Car Back In Black, en plus d'être l'un des riffs de guitare les plus connus au monde, sur la chanson-titre, est tout simplement devenu le plus grand succès commercial du groupe. Écoulé à plus de 50 millions d'exemplaires autour du globe, il est même le plus gros carton que la musique rock ait jamais connu, et plus généralement le deuxième disque le plus vendu au monde, juste sous l'immuable Thriller de Michael Jackson. Surtout, avec des morceaux comme le précité Back In Black, mais aussi You Shook Me All Night Long ou encore Hells Bells, cette petite bombe à dix titres, qui s'écoute en à peine trois quarts d'heure, est encore aujourd'hui considérée comme une œuvre majeure, apparaissant dans moult classements des meilleurs albums de tous les temps.

Plongez dans la genèse de Back In Black

Alors quand un opus aussi lourd que cela souffle ses 40 bougies, ça se fête ! Et c'est bien ce qu'AC/DC fait depuis quelques semaines. À défaut de donner des nouvelles côté scène ou studio, la formation d'Angus Young — son illustre guitariste et cofondateur, qui fait malheureusement figure de dernier des Mohicans depuis le décès de son frère Malcom, fin 2017 — a concocté quelques jolies surprises à ses fans. C'est sur YouTube que cela se passe, où elle diffuse depuis dix jours maintenant une mini-série documentaire qui revient sur la création de son grand classique.

Ça s'appelle tout simplement "The Story of Back In Black", et chaque épisode, au nombre actuel de deux à raison d'un par semaine, raconte la naissance d'une des désormais mythiques chansons de l'album. À commencer par You Shook Me All Night Long, qui était sans doute son plus grand tube à l'époque de sa sortie, suivi en ce début de semaine par la première piste du disque, elle aussi ô combien emblématique, Hells Bells.

Et ce n'est pas tout. Outre cette petite série-docu, qui se déguste en moins de trois minutes par épisode, AC/DC a également décidé de dévoiler quelques live inédits pour célébrer comme il se doit les 40 ans de son Back In Black. Des performances scéniques, datant de 1981, enregistrées à Tokyo. L'occasion de (re)voir Brian Johnson, Angus et Malcom Young, ainsi que Cliff Williams (bassiste) et Phil Rudd (batteur) à la belle époque, faire autant bouger les têtes et lever les bras (dans une salle toutefois plus petite !) qu'ils ont pu le faire ces dernières années.

Si le tout a de quoi donner terriblement envie de revoir, on l'espère un jour, AC/DC remonter sur scène, sachez qu'en attendant vous pouvez toujours écouter Back In Black, et tout le reste de leur répertoire, en illimité sur Napster. La plateforme de streaming musicale est disponible en option avec l'abonnement SFR et est actuellement proposée à tout petit prix : 6€/mois pendant 12 mois puis 10€/mois.

Source : NME

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur