Taylor Swift aux Billboard Music Awards, à Las Vegas, le 1er mai 2019.
International

Taylor Swift autorisée à chanter ses anciens tubes

Taylor Swift aux Billboard Music Awards, à Las Vegas, le 1er mai 2019. © Bridget BENNETT / AFP

Quelques jours après avoir été accusée par la chanteuse de l’empêcher d’interpréter ses anciens titres sur la scène des American Music Awards, voilà que la maison de disque Big Machine ferait preuve de bonne volonté.

Nouveau chapitre dans l’affaire "Taylor Swift vs. Scooter Braun / Big Machine". Mais tout d’abord, un résumé des épisodes précédents...

Previously…

Souvenez-vous l'été dernier... Taylor Swift, ou Tay-Tay pour les intimes, partage sa torpeur à tous ses fans sur les réseaux sociaux : son ancien label, Big Machine, a cédé les droits de ses chansons – allant de son tout premier album éponyme jusqu’à Reputation – à l'un de ses ennemis jurés. Ce dernier n'est autre que le dénommé Scooter Braun, qui s'est donné à cœur joie d'harceler la chanteuse pendant de longues années en compagnie de Kanye West et Justin Bieber, dont il est le producteur.

Plutôt que de laisser faire et pleurer sur son sort, l’interprète de Shake it Off riposte. Puisque c’est ainsi, elle n’a qu’à réenregistrer tout son répertoire pré-Lover (sorti quant à lui chez Republic Records en août dernier) ! Alors que les Swifties attendent avec impatience de découvrir toutes ces nouvelles versions de ses précédents disques, d’ici novembre 2020 a-t-elle annoncé, voilà que les deux parties ont remis le couvert la semaine dernière.

Aujourd’hui, dans l'affaire Taylor Swift…

C’est à l’approche des American Music Awards, qui honoreront Taylor Swift du prix de l’Artiste de la décennie le 24 novembre prochain, qu’a ressurgie la question des droits du label (et donc Scooter Braun) sur les anciennes chansons de la diva pop. Dans un long message partagé, encore une fois, sur les réseaux sociaux, cette dernière a effectivement fait savoir qu’elle "comptait interpréter un medley de (ses) tubes de la décennie passée durant la cérémonie". Or, on le lui en empêcherait :

"Scott Borchetta (le patron de Big Machine, ndlr) et Scooter Braun ont maintenant affirmé que je n’avais pas le droit d’interpréter mes anciennes chansons à la télévision parce que cela reviendrait selon eux à réenregistrer ma musique avant que je puisse le faire l’année prochaine."

Remontée, Taylor Swift va jusqu’à annoncer malgré elle – "ce n’est pas comme ça que j’avais prévu de vous le dire", confie-t-elle – une grande nouvelle : un projet de documentaire Netflix qui se trouve lui aussi menacé par la vendetta. "Scott et Scooter ont refusé de donner l’autorisation pour utiliser mes anciennes musiques et des extraits de mes anciennes performances sur ce projet, alors même qu’il ne fait jamais mention d’eux ni de Big Machine Records dans le film", regrette la chanteuse. Et d’affirmer :

"Scott Borchetta a dit à mon équipe qu’ils me laisseraient utiliser ma musique à condition que : j’accepte de ne pas réenregistrer des versions calques de mes chansons l’année prochaine (alors que j’en ai le droit légal et que je suis enthousiaste à l’idée de le faire) et que j’arrête de parler de lui et de Scooter Braun."

Un (petit) pas avant ?

Il n’a pas fallu attendre plus de quelques jours pour que les accusés réagissent dans la presse. C’est auprès du magazine spécialisé Billboard qu’un représentant de Big Machine a ainsi laissé savoir, ce lundi 18 novembre, que le label "acceptait d’accorder les licences pour le streaming des performances de ses artistes en replay ou rediffusion sur des plateformes approuvées mutuellement", précisant au passage que les "performances live" n’ont quant à elles pas besoin de faire l’objet d’une telle autorisation. Sans toutefois jamais citer le nom de la principale intéressée, la maison de disque semble donc affirmer qu’elle ne s’opposerait plus au projet de documentaire sur Netflix, de même qu’elle ne peut en rien s’opposer au medley de Taylor Swift à la cérémonie des American Music Awards.

À noter que la société qui diffuse cette dernière, Dick Clark Productions, a dû démentir avoir été associée à un premier communiqué de la part de Big Machine, et a ainsi tenu à faire savoir auprès de Billboard que "tout accord final sur ce sujet doit être passé directement avec l’équipe de Taylor Swift". On attend encore des nouvelles de celle-ci… Affaire à suivre (encore), donc.

Source : Billboard

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur