De nombreux accrochages ont eu lieu pendant le derby du nord de Londres Arsenal-Tottenham (2-2) dimanche à l'Emirates Stadium
Football

4ème journée de Premier League : Arsenal et Tottenham se neutralisent, l'écart se creuse en tête

De nombreux accrochages ont eu lieu pendant le derby du nord de Londres Arsenal-Tottenham (2-2) dimanche à l'Emirates Stadium © BEN STANSALL / AFP

Dans un derby du nord de Londres sous haute tension, Gunners et Spurs se sont quittés sur le score de 2 buts partout. Chelsea et Manchester United ont encore calé, tandis que Liverpool et City écrasent tout sur leur passage.

Pas de vainqueur dans la bataille de Londres

C'est l'un des derbys les plus chauds d'Angleterre, et peut-être le plus tendu de Londres. Après être allé chercher un point à Manchester City, Tottenham a réalisé la même performance à l'Emirates Stadium d'Arsenal, mais peut avoir des regrets. Les coéquipiers des buteurs du jour Erikssen et Kane menaient 2-0, avant de se faire rejoindre par des Gunners particulièrement accrocheurs (Lacazette puis Aubameyang). Il y a eu des fautes, des accrochages, beaucoup trop de simulations et contestations, et surtout des buts. Un bon gros derby, mais un point qui n'arrange personne...

Un trio de tête épatant

Trois équipes restent invaincues après quatre journées. Sans surprise, on retoruve parmi elles les rouleaux compresseurs Liverpool et Manchester City. Les Reds ont déroulé à Burneley (victoire 3-0), tout comme City face à Birghton (4-0). Déjà installés aux deux premières places, il sera compliqué d'aller les chercher tant les deux clubs sont sur des dynamiques impressionnantes. Liverpool a ainsi battu son record de victoires consécutives, avec un treizième succès d'affilée entre la fin de la saison passée et le début de celle-ci.

La petite surprise, qui n'en est pas vraiment après la fin de saison passée et la qualité des joueurs de l'effectif, c'est la présence de Leicester dans ce trio de tête. L'équipe de Brendan Rodgers a vaincu Bournemouth 3-1, avec un doublé de l'inusable Jamie Vardy, dont un superbe lob. Après l'incroyable titre de 2016, les Foxes peuvent-ils réintégrer le Big 6 ? Pas impossible, tant Chelsea et United ont du mal...

Les légendes survivent mal

En ouverture de cette quatrième journée, Manchester United n'est pas allé se rassurer à Southampton, une semaine après une défaite concédée à domicile face à Crystal Palace (1-2). Malgré le troisième but en quatre matches de Daniel James, la révélation galloise débarquée de Swansea cet été, les Red Devils n'ont pu faire mieux que match nul, 1-1, et affichent de gros problèmes d'animation offensive.

Du côté de Chelsea, c'est surtout en défense que ça flanche. Après une victoire à Norwich la semaine dernière (3-2), les Londoniens ont à nouveau concédé deux buts face à un promu. Sheffield United est venu chercher un point à Stamford Bridge, revenant à 2-2 après avoir été mené 2-0, suite à un doublé d'Abraham. Avec neuf buts encaissés en quatre matches, Frank Lampard sait quel secteur de jeu il va devoir à tout prix améliorer après la trêve internationale...

Le choc des outsiders tient toutes ses promesses

C'était une affiche attendue, et le spectacle proposé a été à la hauteur sur la pelouse de Goodison Park. Everton a battu Wolverhamtpon 3-2. Après 12 minutes de jeu, les locaux menaient déjà 2-1. Et après des occasions à la pelle de chaque côté, c'est finalement dans le dernier quart d'heure que la situation s'est décantée : Raul Jimenez égalisait pour Wolverhamton à la 75ème, quand Richarlison offrait la victoire à Everton d'une tête rageuse à la 80ème. Superbe.

L'instant coco, l'instant rico, l'instant cocorico

On l'a vu, Lacazette a brillé en inscrivant le premier but d'Arsenal face à Tottenham. Sur le second but, c'est un autre Frenchie qui s'est illustré, Guendouzi signant une superbe passe décisive pour Aubameyang. De l'autre côté, Lloris a sorti plusieurs parades incroyables, et Sissoko cassé les lignes avec sa puissance. Du côté de West Ham, l'attaquant Sébastien Haller confirme que son jeu est parfaitement taillé pour la Premier League, avec son troisième but en autant de matches (victoire 2-0 face à Norwich). La révélation de l'année ?

La polémique de la machine à café du lundi matin

Tout va très bien pour Liverpool en ce moment, après une victoire 3-0 à Burnely samedi. Mais une scène fait bien plus parler que la victoire et la première place du club. Sadio Mané était furieux au moment de son remplacement, estimant visiblement que Mohamed Salah avait été trop perso sur une action précédente, où l'Égytpien a préféré tenter sa chance en solo plutôt que de servir son coéquipier pourtant idéalement placé. Il n'en fallait pas plus pour déclencher "la machine à rumeurs de tension". Finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations et auteur d'une année 2019 exceptionnelle, Mané semble en effet bien placé pour décrocher le Ballon d'Or Africain, décerné depuis deux ans à... Salah. Trop de rivalité entre les deux stars ?

Mais quelques heures après le match, les déclarations de Klopp ou du capitaine Jordan Henderson rassurent tout le monde : c'était un moment d'énervement, une réaction humaine, rien de dramatique, et Mané en rigolait même après dans le vestiaire. Circulez, il n'y a rien à voir. Ou à commenter. Même si beaucoup reprochent à Salah son individualisme, le score était alors de 3-0 et il n'avait pas marqué. Notons surtout que depuis son arrivée à Liverpool, The Egyptian King facture 74 buts et 31 passes décisives en 110 matches. On peut compter sur Klopp pour vite recadrer ses joueurs.

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur