Cristiano Ronaldo, avant de quitter le terrain (et le stade) lors d'un match Juventus - AC Milan, à Turin, le 10 novembre 2019.
Football

Après le caprice de Ronaldo, la Juventus attend des excuses

Cristiano Ronaldo, avant de quitter le terrain (et le stade) lors d'un match Juventus - AC Milan, à Turin, le 10 novembre 2019. © MARCO BERTORELLO / AFP

Vous avez suivi le match de clôture de la 12ème journée de Serie A, qui a vu la Juve affronter l’AC Milan dimanche dernier ? Alors cela ne vous a pas échappé : Cristiano Ronaldo n’était pas franchement ravi de devoir quitter le terrain à la 55ème minute de jeu, remplacé par Paulo Dybala sur une décision de l’entraîneur Maurizio Sarri.

Et c’est peu dire : plutôt que d’aller rejoindre ses coéquipiers sur le banc, l’attaquant portugais a filé tout droit vers les vestiaires. Il se trouve même que décidément fort agacé par ce choix – qui aura tout de même valu aux Bianconeri le but de la victoire à la 77ème minute – le joueur a carrément quitté le stade pour rentrer chez lui, sans attendre la fin de la rencontre. C’est ce qui s’appelle un gros caprice en bonne et due forme.

Un excès de rage auquel CR7 nous a, il faut dire, habitués et qui a d’ailleurs été largement tempéré par Maurizio Sarri à l’issue du match. "Il y a un seuil de tolérance avec ceux qui essaient de tout donner", avait ainsi réagi le coach italien au micro de Sky, comme le rapporte l’AFP. Et celui-ci, précisant que c’est en raison d’une gêne au genou de son attaquant star qu’il a "préféré le remplacer", d’estimer : "Cinq minutes de colère, ça me paraît normal. Ça fait aussi plaisir à un entraîneur de voir un joueur furieux de sortir. C’est plus le contraire qui m’inquièterait."

Mais voilà. Les propos de Maurizio Sarri n’auraient semble-t-il pas suffi à convaincre la presse locale, qui s’est donnée à cœur joie de faire gonfler la polémique ces derniers jours. Ainsi, comme le signale L’Équipe, l'affaire aurait même fait la couverture de pas un, ni deux, mais bien trois titres sportifs en Italie ce mardi 12 novembre. De son côté, Tuttosport affirmerait même savoir ce qu’a lancé Crisitano Ronaldo en direction de son banc en quittant le terrain dimanche : "Porra Caralho", une vilaine insulte en portugais dont on vous laisse deviner la traduction…

CR7 est-il prêt à s’excuser ?

Si les médias transalpins s’emballent ainsi, c’est surtout parce que la Juventus ne compte pas punir le joueur malgré son comportement, quoiqu’il en soit, clairement outrepassant. D’après des informations de La Gazzetta dello Sport, le club préfère un rappel à l’ordre plutôt qu’une sanction financière. Aussi c’est Pavel Nedved, vice-président de la Juventus, et/ou Fabio Paratici, le directeur sportif du club, qui devraient donc simplement lui remonter les bretelles à son retour de la trêve internationale, pendant laquelle il rejoindra sa sélection du Portugal.

Ce n’est pas tout. À en croire le quotidien italien, "les camarades" de Cristiano Ronaldo à la Juventus "attendent toujours des excuses de la part du champion portugais". Lequel s’est pour l’instant contenté de partager un message quelque peu ambigu sur les réseaux sociaux. "Match difficile, victoire importante", a-t-il affirmé lundi sur Twitter, accompagnant sa (brève) déclaration du hashtag "fino alla fine" ("jusqu’à la fin", la devise du club) et d’une photo… non pas du buteur, son remplaçant Paulo Dybala, mais de lui-même. L’ambiance risque en effet d’être tendue à son retour aux vestiaires italiens !

Pour rappel, tous les matches de Serie A sont à retrouver en exlusivité sur beIN Sports, disponible depuis votre box SFR.

Sources : AFP, L'Équipe, Gazetta dello Sport

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur