Les joueuses américaines célèbrent leur victoire en Coupe du Monde, à Lyon, le 7 juillet 2019.
Football

Égalité salariale : les footballeuses américaines en procès

Les joueuses américaines célèbrent leur victoire en Coupe du Monde, à Lyon, le 7 juillet 2019. © FRANCK FIFE / AFP

Une plainte pour discrimination avait été déposée le 8 mars dernier par 28 joueuses de l’équipe nationale des États-Unis contre leur Fédération. Elles dénoncent notamment une inégalité entre les femmes et les hommes dans le milieu du football, que ce soit au niveau des salaires mais aussi des conditions de travail.

Les Championnes l’avaient bien fait savoir alors qu’elles avançaient en toute sérénité vers un nouveau sacre pendant le Mondial de football féminin : elles mènent campagne pour obtenir (enfin) l’égalité avec leurs homologues masculins. Le 8 mars dernier, soit tout juste trois mois avant le lancement de la Coupe du Monde 2019, elles étaient ainsi 28 à porter plainte contre la Fédération des États-Unis de Soccer (USSF), dénonçant "des politiques et pratiques constantes de discrimination de genre" d’après le dépôt rapporté par CNN.

Alors qu’elles jouissent pourtant d’une plus grande notoriété (internationale) que les footballeurs américains – l’équipe nationale féminine ayant remporté dans son Histoire pas moins de quatre Coupe du Monde et quatre Jeux Olympiques, contre… zéro et… zéro chez ces messieurs – les joueuses estiment ainsi qu’il est grand temps qu’elles bénéficient des mêmes opportunités. Cela, que ce soit en termes de salaire, mais aussi de conditions de travail, citant notamment "l’entraînement et les conditions de transport" comme "une promotion égale des matchs".

Une médiation échouée

Depuis leur retour au pays du Mondial 2019 en juillet, trophée en main, les footballeuses américaines étaient en pourparlers avec la Fédération. Mais une médiation qui visait justement à éviter un procès, organisée entre les représentants de chaque partie la semaine dernière, s’est finalement soldée par un échec. "Ces discussions étaient profondément décevantes du fait que la Fédération semble déterminée à perpétuer une attitude et des conditions de travail fondamentalement discriminatoires", a ainsi affirmé Molly Levinson, la porte-parole des joueuses, dans un communiqué rapporté par CNBC le 15 août dernier.

"Il est évident que l’USSF, y compris son Conseil d’administration et son président Carlos Cordeiro, ont l’intention de continuer à payer les joueuses moins que les hommes. Ils n’y arriveront pas", poursuit-elle, déterminée, dans sa déclaration. Et d’assurer : "Nous voulons que tous nos fans, nos sponsors, nos consœurs et les femmes partout dans le monde sachent que nous ne nous décourageons pas et que nous attendons vivement le procès."

Un conflit ouvert en amont des Jeux de Tokyo

C’est ainsi à peine une semaine plus tard qu’est tombée la nouvelle : l’équipe de football féminin des États-Unis a rendez-vous avec sa Fédération au tribunal le 5 mai prochain. Une date décidée, d’après l’AFP, par le juge fédéral R. Gary Klausner à Los Angeles, la Californie étant le point de rassemblement des joueuses au niveau national.

"Nous sommes satisfaites de cet agenda expédié", s’est félicitée ce mardi Molly Levinson au micro de CNN, les footballeuses ayant à l’origine demandé une date en novembre 2020, contre décembre 2020 pour la Fédération. Et d’ajouter : "Nous sommes pressées d’avancer dans ce dossier." Le procès se tiendra ainsi deux mois avant les Jeux Olympiques de Tokyo. Nul doute que les joueuses américaines espèrent ainsi une double victoire l’été prochain.

Sources : AFP, CNN, CNBC

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Par Jessica Rat Rédacteur