SFR Actus
Football

Ligue des Champions : les regrets du PSG

Neymar et Tuchel devant le trophée de la Ligue des Champions après la défaite face au Bayern Munich, le 23 août 2020 à Lisbonne © MATTHEW CHILDS / POOL / AFP

Encore raté ! Tous les ingrédients semblaient pourtant réunis pour voir le PSG soulever cette Ligue des Champions tant convoitée. Mais face au Bayern Munich, Neymar, Mbappé et leurs coéquipiers sont tombés sur plus forts d'eux, et succombé à une terrible malédiction française...

2 coupes d'Europe gagnées sur les 153 disputées depuis 1955. L'OM en 1993 (la C1), et le PSG en 1996 (l'ancienne C2) restent donc les seuls clubs français à avoir soulevé un trophée européen. C'est moins que l'Espagne, l'Angleterre, l'Italie et l'Allemagne, évidemment, mais aussi que les Pays-Bas, le Portugal, l'Écosse, la Russie ou la Belgique. En fait, les clubs français ont remporté autant de coupes d'Europe que leurs homologues... suédois.

"Jamais 2 sans 3", dit le dicton. Et depuis 2011 et les investissements massifs du Qatar au PSG, le club de la capitale semblait être l'élu, le prochain qui serait capable de remporter un trophée européen. Mais c'est un fait, les clubs français n'y arrivent pas. De temps en temps, il y a des épopées, des équipes qui se hissent jusqu'en finale, mais ne parviennent finalement même pas à marquer, comme le PSG face au Bayern Munich hier soir. La stat est éloquente : depuis 1956, les clubs français ont disputé 17 finales de coupes d'Europe, et n'ont inscrit que... 6 buts ! Et encore, 3 d'entre eux ont été inscrit en 1956 par le Stade de Reims (défaite 4-3 contre le Real Madrid). Lors de leurs victoires, l'OM et le PSG l'avaient emporté sur la plus petite des marges, 1-0. Alors forcément, sans marquer, c'est tout de suite beaucoup plus compliqué de gagner...

C'est là ou le PSG peut avoir des regrets. Car il y avait la place de marquer contre le Bayern Munich. Lyon l'avait d'ailleurs bien montré en demi-finales. La défense était prenable, surtout avec l'absence de Boateng, remplacé par Süle, 1m95, 97 kilos, un maillot XXL et une dégaine de joueur des années 1990. Les flèches Mbappé et Neymar avaient tout pour lui faire mal, et se présenter face au mur Neuer. Mais les deux stars du club sont passées à côté de leur match, hier. Et un seul but a été inscrit, par un joueur formé au PSG, mais qui ne portait pas le mailot bleu hier soir : Kingsley Coman. Perdre une finale de Ligue des Champions sur un but inscrit par un joueur qu'on a formé, c'est dur, très dur. Autant que de se faire chambrer ensuite sur Instagram par le capitaine allemand, sans doute bien épaulé par Hernandez, le défenseur français étant originiare de Marseille...

Les problèmes Icardi et Cavani

Surtout que cette année, tout semblait parfait pour une victoire finale du PSG. Après s'être arrachés pour venir à bout de Dortmund, Neymar et ses coéquipiers se sont retrouvés avec un tirage au sort ultra-favorable pour le Final 8, leur permettant d'affronter l'Atalanta Bergame, puis le RB Leipzig. Une Coupe de la Ligue des Champions, en somme. Mais plusieurs problèmes se sont posés à Thomas Tuchel, l'entraîneur : les départs de Cavani et Meunier, d'abord, puis les blessures de Mbappé, Verratti et Navas, et enfin la disparition incroyable d'Icardi, revenu du confinement hors de forme. Transparent durant les finales de coupes de la Ligue et de France, puis contre l'Atalanta Bergame, il a été sorti logiquement du 11 de départ par Tuchel. Qui a alors réorganisé son équipe en 4-3-3, alors qu'elle a joué pendant plusieurs mois en 4-4-2. Ce qui s'est très bien passé contre le RB Leipzig. Mais a été plus problématique contre le Bayern Munich...

Une fois mené 1-0, Tuchel n'a donc pas pu compter sur Icardi, et a fait rentrer Choupo-Moting, héros du match contre l'Atalanta Bergame. Alors que le sympathique attaquant ne devait sa présence dans la liste des joueurs inscrits pour la Ligue des Champions qu'au départ de Cavani. Et d'ailleurs, est-ce que si Cavani avait été prolongé, il n'aurait pas été en parfaite condition physique, et donc utile et précieux pour aider le PSG ? On ne le saura jamais. Mais son absence peut largement faire partie des regrets parisiens pour cette finale, qui sont forcément nombreux, quand on voit la détresse des joueurs à la fin de la rencontre, ou les larmes de Neymar. Sans doute parce que cette année semblait vraiment tout avoir de la fameuse "année ou jamais"...

Le PSG retrouve la Ligue 1 ce samedi 29 août à 21h00 sur Canal+, avec Lens-PSG, et sera de retour dans la prochaine Ligue des Champions, qui commence dès le 20 octobre sur RMC Sport, disponible depuis la box SFR.

Sources : Statista, So Foot

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur