Neymar lors d'un match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et le Stade de Reims, au Parc des Princes à Paris, le 25 septembre 2019.
Football

Neymar ne sera pas poursuivi pour avoir giflé un supporter rennais

Neymar lors d'un match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et le Stade de Reims, au Parc des Princes à Paris, le 25 septembre 2019. © BERTRAND GUAY / AFP

En voilà une nouvelle qui devrait lui redonner le sourire. Le parquet de Bobigny a confirmé à l’AFP, ce lundi 4 novembre 2019, avoir classé sans suite la plainte de ce spectateur quant à des faits qui remontent à la finale de Coupe de France en avril dernier. L’attaquant du Paris Saint-Germain s’en sort ainsi avec un simple "rappel à l’ordre".

Petit retour dans le temps, le 27 avril dernier. Le PSG vient de s’incliner face à Rennes en finale de la Coupe de France. Alors que les joueurs grimpent dans les gradins du Stade de France pour aller chercher leur médaille, une petite altercation a lieu entre l’attaquant star de la capitale et un supporter breton. Ce dernier, qui prend un malin plaisir à chambrer les Parisiens, dépités, lance à Neymar : "Oh, va apprendre à jouer au foot, toi !" Ni une, ni deux, voilà que le Brésilien rétorque par une (petite) gifle.

Le footballeur a vite regretté son geste, qui a bien sûr été immortalisé sur quelques vidéos prises au smartphone dans le public et largement relayées sur les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs sur Instagram qu’il le concède : "Est-ce que j’ai mal agi ? Oui." Or s’il s’est par ailleurs justifié en estimant que "personne ne peut rester indifférent" face à de tels propos, ce coup porté au visage du spectateur lui aura valu d’être suspendu pour trois matches ferme, plus deux avec sursis.

Une punition semble-t-il insuffisante aux yeux de la victime, qui a décidé de porter plainte contre Neymar en août dernier pour "violences volontaires", comme l’a rapporté l’AFP. Quelques mois plus tard, le parquet de Bobigny a enfin rendu sa décision judiciaire. Et c’est une bonne nouvelle pour le joueur du PSG : l’affaire est classée sans suite. L’agence de presse confirme en effet ce lundi une information de L’Équipe, selon laquelle ce dernier a simplement reçu "un rappel à la loi par courrier".

"Je trouve ça inacceptable, on justifie la violence", a de son côté réagi l’avocat du supporter rennais, Philippe Ohayon. Lequel a souhaité souligner "la résonance de ce coup", certes pas porté avec beaucoup de force par l’attaquant, en estimant : "Si c’était le supporter qui avait frappé le joueur de foot, il aurait été devant le tribunal, peut-être condamné à de la prison ferme, interdit de stade."

Reste à savoir ce qu’il en est de la plainte enregistrée par le même homme à l’encontre cette fois de… Pierre Ménès, pour avoir affirmé sur le plateau du Canal Football Club que la victime de cette "bafounette" cherchait simplement à faire le buzz. "Ce sont des milliers de personnes anonymes qui injurient ou menacent ce spectateur sur les réseaux sociaux depuis ces déclarations de M. Ménès. Pour nous, ces propos sont diffamatoires et donneront lieu à condamnation", avait alors déclaré l’avocat du supporter selon L’Équipe. Et le journaliste sportif de réagir sur Twitter : "Quand je disais qu’il ne voulait que se faire du fric."

Sources : AFP, 20 minutes, L’Équipe

Par Jessica Rat