Le hollandais Vigirl van Dijk (Liverpool) et le belge Eden Hazard (Chelsea) ont brillé cette saison
Football

Notre équipe type de Premier League 2018-19

Le hollandais Vigirl van Dijk (Liverpool) et le belge Eden Hazard (Chelsea) ont brillé cette saison © Daniel Leal-Olivas / AFP

Cette saison de Premier League aura été un très grand cru, avec une lutte acharnée entre City et Liverpool pour le titre, celle pour les places en Ligue des Champions et de nombreuses surprises. On a dressé le 11 type, et il a fière allure, dans un 4-3-3 des familles !

Gardien de but : Alison Becker (Liverpool)

Acheté à prix d’or pour évincer le maudit Karius des buts et enfin avoir des chances de lutter pour le titre, le gardien brésilien a parfaitement fait le job, dirigeant la meilleure défense de Premier League, réalisant le meilleur taux d’arrêts et battant le record du nombre de clean sheets sur une saison pour sa première année chez les Reds. Sa boulette balle aux pieds dès le début de la saison à Leicester lui aura bien appris à ne pas s’enflammer et il a été très solide. Une acclimatation rapide et efficace, pour un résultat immédiat.

Arrière droit : Matt Doherty (Wolverhampton)

Retrouver l’irlandais ici est autant une surprise que la saison de son club, trouble-fête inattendu au jeu séduisant. L’arrière droit de 27 ans y est pour beaucoup, combinant solidité défensive et apport offensif. Capacité à défendre debout, sens de l’interception et projection rapide vers l’avant, il est très complet. Et facture ainsi 4 buts et 7 passes décisives. Ce qui est plus que certains ailiers dans d’autres clubs. Plutôt pas mal, pour un joueur acquis par les Wolves en 2011 pour moins de 100 000 euros…

Défenseur central : Virgil van Dijk (Liverpool)

Élu meilleur joueur de la saison, il serait aussi le capitaine de notre équipe. Tout simplement monstrueux, il a permis depuis son arrivée de stabiliser la défense de Liverpool. Rarement un seul joueur aura eu un tel impact sur toute une équipe. Personne n’a réussi à le dribbler cette saison et en plus il s’est permis d’inscrire quelques buts, dont un doublé contre Watford. Sans doute le meilleur défenseur central du monde actuellement.

Défenseur central : Aymeric Laporte (Manchester City)

C’est le gars sûr de Pep Guardiola, mais que l’on ne verra probablement jamais en équipe de France… Systématiquement titulaire, que ce soit en défense central ou quand il faut dépanner en arrière gauche (comme contre Liverpool) . Solide dans les duels, précis dans la relance, roublard quand il le faut, le basque d’ 1m91 est un des hommes de base de l’équipe qui marche sur la Premier League depuis deux saisons.

Arrière gauche : Andy Robertson (Liverpool)

L’écossais est un monstre, comme celui du Loch Ness. Infatigable, il multiplie les courses dans son couloir gauche et délivre des centres d’une précision redoutable : 12 passes décisives à son actif, une de moins que son pendant à droite, Trent Alexander-Arnold. Et il n’oublie pas de défendre, participant à grands coups de tacles et interceptions à la meilleure défense de Premier League. Une mentalité de guerrier qui a fait de lui l’un des chouchous d’Anfield.

Milieu de terrain : Bernardo Silva (Manchester City)

City sort une saison monstrueuse, en ayant été privé de son meilleur joueur et meneur de jeu, Kévin De Bruyne, blessé quasiment toute la saison. Comment c’est possible ? Grâce à l’éclosion cette saison de Bernardo SIlva, incroyable d’activité, de précision technique et de kilomètres engloutis, dans l’entrejeu ou sur l’aile droite. On aimerait juste qu’il arrête de contester chaque décision arbitrale en levant les bras au ciel, et de se laisser tomber au moindre contact. Ça aide peut-être son équipe, mais ça dessert vraiment l’image d’un joueur qui a tout pour être magnifique.

Milieu de terrain : Fernandinho (Manchester City)

City a vécu une mini-crise cette saison, enchaînant trois défaites en quatre matchs de Premier League, dont deux d’affilée : 2-3 à domicile face à Crystal Palace, 2-1 à Leicester. Le point commun à ces deux erreurs de parcours inattendues ? L’absence de Fernandinho. À 34 ans, le brésilien s’est encore plus affirmé qu’avant comme le taulier de cette équipe, celui qui gratte les ballons pour laisser les artistes de devant briller. Et qui fait les fautes dites utiles aussi. Le problème c’est qu’il va falloir commencer à songer à sa succession et que la transition sera peut-être compliquée…

Milieu de terrain : Gylfi Sigurdsson (Everton)

Le soyeux islandais est enfin devenu le leader technique qu’il devait être à Everton. Son club a vécu une saison moins galère que l’an passé et a enfin rejoint la lutte pour la septième place aux côtés des Watford, Wolverhampton et Leicester. L’autre club de Liverpool est donc à sa place et Sigurdsson y est pour beaucoup, avec ses 13 buts et 6 passes décisives. Une belle saison de patron pour l’élégant numéro 10.

Ailier droit : Raheem Sterling (Manchester City)

En voici un qui a tout explosé sur son passage cette saison, devenant à la surprise générale l’un des tous meilleurs joueurs de Premier League. On lui reprochait de n’être qu’un tout-droit sans réflexion, beaucoup trop maladroit devant le but. Ses progrès en termes d’efficacité sont constants depuis l’arrivée de Guardiola à Manchester, et son niveau de jeu ainsi que ses stats s’en ressentent : 17 buts et 15 passes décisives. En dehors du terrain, Sterling a aussi affiché sa nouvelle maturité, en se positionnant très fermement dans la lutte contre le racisme dans le football, dont il a trop souvent été victime.

Avant-centre : Sergio Aguero (Manchester City)

L’argentin a encore éclaboussé la Premier League de son incroyable sens du but. Si les blessures d’Harry Kane ont malheureusement gâché le duel de buteurs, le Kun a continué d’écrire sa légende. Il est devenu le meilleur buteur de l’histoire de Manchester City, avec des chiffres incroyables : 231 buts inscrits en 338 matchs sous les couleurs des Cityzens ! Un véritable phénomène, et un homme-clef du titre, son quatrième remporté. Une légende, on vous dit !

Ailier gauche : Eden Hazard (Chelsea)

Les fans des Blues vont avoir encore plus de regrets de le voir rejoindre le Real Madrid après sa saison démentielle, où il a porté le secteur offensif à bout de bras. Enfin, plutôt à bout de pieds, puisqu’on parle de foot. Il a juste sorti sa toute meilleure saison à Chelsea, multipliant les crochets, feintes et courses folles, avec une efficacité jusque là jamais atteinte pour lui : 16 buts et 15 passes décisives. Avec Sterling et lui sur les côtés, on n’aimerait clairement pas être défenseur latéral pour affronter notre équipe type de la saison 2018-19 en Premier League…

Remplaçants : Ederson (Manchester City), Alexander-Arnold (Liverpool), Duffy (Brighton), Kante (Chelsea), Brooks (Bournemouth), Salah (Liverpool), Kane (Tottenham)

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur