Teemu Pukki (à droite) félicité par ses coéquipiers après un nouveau but en Premier League, face à Chelsea, le 24 août 2019.
Football

Pukki, le tube de l'été

Teemu Pukki (à droite) félicité par ses coéquipiers après un nouveau but en Premier League, face à Chelsea, le 24 août 2019. © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Auteur de 5 buts en 3 matches de Premier League, le joueur finlandais de Norwich est la grande révélation de ce début de saison anglaise. Les défenseurs sont prévenus : il va falloir qu'ils ferment la porte, s'ils ne veulents pas avoir le Pukki dans le sas.

Oui, bon, désolé si maintenant vous avez la chanson dans la tête. Mais un peu comme Aya Nakamura, Teemu Pukki est sorti de nulle part, et enchaîne les buts comme elle les tubes. Alors que l'on attendait Salah, Aubameyang, Mané, Agüero, Sterling, Martial, Rashford, Kane ou Lacazette, voici un invité surprise au classement des buteurs. Car personne ne pensait voir un jour le Finlandais à ce niveau...

Le tour d'Europe des échecs

Formé au FC Kotka, l'avant-centre est pourtant vite repéré par le prestigieux FC Séville. Alors âgé de 18 ans, Pukki fait donc ses valises et passe de la Finlande à l'Espagne. C'est peut-être la différence de température, ou plus vraisemblablement le trop grand écart de niveau, mais le jeune homme ne parvient pas vraiment à s'acclimater. Entre 2008 et 2010, il n'obtient qu'une apparition dans l'équipe première, en tant que remplaçant. Il repart donc au pays, à Helsinki, pour retrouver du temps de jeu et se remettre en forme durant deux saisons.

En 2011, il inscrit 14 buts en 20 matches, et se fait recruter par le club allemand de Schalke 04, où il ne parvient pas non plus à s'imposer. 8 buts en 47 matchs toutes compétitions confondues, c'est correct pour un défenseur ou un milieu de terrain. Mais très moyen pour un avant-centre... Pour tenter de se relancer, Teemu Eino Antero Pukki, de son nom complet, part alors au Celtic de Glasgow. Le club écossais surdominant son championnat depuis la faillite du rival historique des Glasgow Rangers, tout semble parfait sur la papier pour briller et inscrire des buts à la pelleteuse (encore plus qu'à la pelle, quoi). Après tout, la Scottish Premier League, c'est un peu comme le Calcio, mais sans le soleil. Sauf que non. Il ne parvient pas à s'imposer (9 buts en 38 matches), et se retrouve prêté au Danemark, à Bröndby, où le viking trouve enfin son rythme de croisière : 72 buts et 23 passes décisives en 164 matches. Assoiffé de buts, il embarque alors sur son drakkar, direction Norwich, en Championship, la seconde division anglaise.

L'affaire du siècle ?

Et c'est peu dire que Norwich a eu le nez creux en allant chercher Pukki pour un transfert... gratuit ! Risque minimum, et retour sur (non-)investissement maximum : le Finlandais se fond parfaitement dans le collectif des Canaries, dont le jeu offensif prôné par l'entraîneur allemand Daniel Farke fait des merveilles. Norwich est promu, en étant sacré champion de la division, et Pukki est sacré meilleur buteur avec 29 réalisations ! Son sens des appels est parfaitement adapté au jeu en profondeur déployé par l'équipe, et le garçon, décrit comme réservé tout au long de sa carrière, semble enfin s'épanouir. Et au moment de débarquer en Premier League, le championnat le plus relevé au monde, l'attaquant a montré qu'il avait gardé le rythme...

Les spectateurs de RMC Sport ont pu le découvrir dès le match d'ouverture, lors d'un déplacement et d'une défaite 3-1 à Liverpool. Le but de Norwich est évidemment signé Pukki, qui fait encore plus fort la semaine d'après, en inscrivant un hat-trick pour permettre aux Canaries de l'emporter face aux Magpies de Newcastle (3-1) dans le birdico. Et nouveau but lors de la troisième journée, lors d'une défaite à domicile face à Chelsea. 5 buts en 3 matchs, une très belle performance, qui laisse penser que Pukki pourrait être bien plus qu'un tube de l'été...

À condition de ne pas rester bloqué "dans l'side". Mais bon, il faudrait déjà que cela veuille dire quelque chose...

Source : Transfermarkt

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur