Claude Puel lors de Wolverhampton - Leicester, le 19 janvier 2019.
Football

Saint-Étienne - Lyon : Claude Puel, la vengeance dans la peau

Claude Puel lors de Wolverhampton - Leicester, le 19 janvier 2019. © ADRIAN DENNIS / AFP

On a connu prises de fonction plus tranquilles... En acceptant de rejoindre Saint-Étienne, et en commençant sa nouvelle aventure par le derby le plus chaud de Ligue 1, le nouvel entraîneur des Verts débarque avec une sacrée pression sur les épaules.

Pour son grand retour en France, Claude Puel ne pouvait rêver mieux. Après son expérience anglaise mitigée à Southampton (2016-2017) et Leicester (2017-2019), l'ancien milieu de terrain va prendre possession de son cinquième banc français. Et pas n'importe lequel. Le voici donc à Saint-Étienne, après Monaco, Lille, Nice et... Lyon. Le grand rival, l'ennemi juré de l'ASSE. Et l'adversaire de ce soir.

Joyeux hasard de calendrier

Il se murmure d'ailleurs que la perspective d'affronter l'Olympique Lyonnais pour son premier match aurait été pour lui une source de motivation supplémentaire. Car la fin de son passage dans le club dirigé par Jean-Michel Aulas a montré qu'il n'y avait pas que les histoires d'amour qui finissaient mal (en général) : celles de football aussi. En trois saisons (de 2008 à 2011), Claude Puel n'a remporté aucun titre, lui qui avait été champion de France avec Monaco en 2000. Surtout, il arrivait dans un club qui régnait alors sans partage sur la Ligue 1, avec sept championnats d'affilée remportés ! Même s'il est parvenu à placer Lyon sur le podium chaque saison, et à se hisser jusqu'en demi-finales de la Ligue des Champions en 2010 (élimination par le Bayern Munich, après avoir triomphé du Real Madrid et de Bordeaux), ses résultats ont été jugés bien trop insuffisants. Le 15 juin 2011, c'est le divorce, la séparation. Et cela ne se passe pas très bien...

Furieux, Claude Puel engage une procédure judiciaire devant le conseil des prud'hommes de Lyon, réclamant le versement de l'année de salaires qu'il lui restait dans son contrat, ainsi que des dommages et intérêts pour préjudice moral et professionnel. En tout, il demande environ sept millions d'euros. Débouté, il ne se décourage pas, mais la cour d'Appel de Lyon puis la cour de cassation rejettent à leur tour ses demandes. L'affaire s'est ainsi étendue jusqu'en... 2016. Et dans les deux camps, la rancune est forcément tenace...

Le Jason Bourne de la Ligue 1 Conforama ?

Renvoyé de Leicester en février dernier, on imagine donc très bien sa jubilation lorsque l'offre de l'AS Saint-Étienne (qui étudiait également les pistes Kombouaré et Gasset) est parvenue sur sa table, et qu'il a jeté un coup d'œil au calendrier. Jeudi soir, les Verts recevaient Wolfsburg en Ligue Europa (1-1), mais les rênes de l'équipe étaient encore entre les mains de Ghislain Printant. Un signe de respect exprimé par Puel, ou une réelle volonté de commencer cette nouvelle aventure en affrontant son ancien club ?

Après tout, en attendant lundi, lendemain de derby, il aurait pu profiter de la trêve internationale, et avoir deux semaines pour prendre ses marques. En signant deux jours avant de recevoir le voisin ennemi lyonnais, Claude Puel sait donc très bien ce qu'il fait, et rajoute à un derby toujours chaud bouillant une tension supplémentaire. Les supporters stéphanois vont sans doute lui pardonner d'être passé par le club rival, vu la colère que lui-même éprouve désormais pour Lyon. Mais les supporters lyonnais risquent en revanche de le considérer comme un traître. Et chaque camp va facilement trouver une source de motivation supplémentaire. Mais jamais autant que Puel, qui a encore plus la vengeance dans la peau que Jason Bourne, et pour cause...

Depuis son départ, Jean-Michel Aulas lui a régulièrement envoyé des piques, lui reprochant de ne rien avoir gagné alors que la victoire était dans l'ADN du club lyonnais. Bon, il se trouve que depuis, ce dernuer n'a toujours rien remporté... Encore pire, dans la lettre recommandée pour lui signifier son renvoi, le président de l'OL avait quand même parlé de "comportement fautif par une attitude aussi individualiste qu'autoritaire". On dirait des reproches adressés à un(e) ex. Et dans ce cas-là, rien d'étonnant à ce qu'il flotte un doux parfum de vengeance dans les travées de Geoffroy Guichard ce soir...

Le grand retour de Claude Puel en France, c'est ce soir à 21h00 dans le derby entre Saint-Étienne et Lyon, en direct sur Canal +, disponible via votre box SFR.

Sources : So Foot, Mercato 365

Sébastien Delecroix
Par Sébastien Delecroix Rédacteur