Ole Gunnar Solskjaer lors du déplacement de Manchester United à Southampton, le 31 août 2019
Football

Solskjaer, une nouvelle sortie de banc pour Manchester United ?

Ole Gunnar Solskjaer lors du déplacement de Manchester United à Southampton, le 31 août 2019 © GLYN KIRK / AFP

L'ancien attaquant espérait faire autant de dégâts en s'asseyant sur le banc de Manchester United que quand il en sortait, du temps où il était surnommé "supersub". Mais la défaite de ce 22 septembre à West-Ham (2-0) a encore montré que rien ne se passe comme prévu...

Barcelone, le 26 mai 1999. Menés 1-0 par le Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions, Manchester United renverse la vapeur dans les arrêts de jeu. Sheringham à la 91e, puis Solskjaer à la 93e : score final, 2-1. L'attaquant norvégien vient encore de rajouter une ligne à sa légende de supersub.

Baby-face killer

"Le tueur au visage d'ange". C'était son autre surnom. Débarqué en 1996 à Manchester, il est vite cantonné à un rôle de remplaçant, derrière les Cantona, Cole, Yorke, Van Nistelrooy ou Rooney qui vont se succéder durant ses 11 années passées au sein du club. Ce qui ne l'empêchera pas d'inscrire 126 buts en 366 rencontres sous les ordres d'Alex Ferguson. Dont un quadruplé en douze minutes face à Nottingham Forest, lors d'une victoire 8-1 en 1999. Remplaçant, il avait le rôle -parfois ingrat- de rentrer en fin de match pour marquer et débloquer les situations, dans ce qui a été appelé le Fergie Time. Manchester United était alors réputé pour s'imposer dans les dernières minutes de jeu (dont quelques-unes glanées par l'entraîneur écossais en mettant la pression aux arbitres, d'après la légende). Ole Gunnar Solskjaer connaissait donc parfaitement le banc de Manchester United : quoi de plus normal que de retourner s'y poser, en décembre 2018, quand la direction du club lui propose de prendre la succession de José Mourinho ?

Les débuts sont parfaits. Beaucoup de joueurs de l'effectif des Red Devils (Paul Pogba en tête) sont libérés du départ du coach portugais et l'équipe obtient de bien meilleurs résultats. Même en Ligue des Champions, Man Utd se paie le luxe d'aller sortir le PSG au Parc de Princes (victoire 3-1 après avoir perdu l'aller 0-2 à domicile). Sur les 19 matches qu'il dirige en tant qu'entraîneur par intérim, Solskjaer tourne à une jolie moyenne de 2,32 points par rencontre. Ce qui lui permet d'être signé définitivement comme entraîneur de Manchester United. Mais depuis, rien ne va plus...

Moins bien que David Moyes, Louis Van Gall et José Mourinho

Manchester United a pourtant tenté de ne pas reproduire les erreurs des six dernières années et donc de recruter pour beaucoup trop cher des joueurs n'ayant pas le niveau requis pour un club de ce standing. Les supporters tremblent encore à l'idée de voir Rojo, Young et Jones alignés en défense. Il faut un arrière droit, alors ManU va chercher l'une des plus grandes promesses à ce poste, Wan-Bissaka. Il faut un renfort offensif ? Le club signe un ailier gallois, Daniel James, en espérant bien avoir déniché le nouveau Ryan Giggs. La défense est catastrophique ? Il faut recruter un patron, aux prix fort s'il le faut... Harry Maguire devient le nouveau défenseur le plus cher de l'histoire (pour l'instant...). Pogba veut partir ? Bah non, il reste, on a besoin de lui. Lukaku doit partir, par contre, merci. Avec un effectif légèrement remodelé, Solskjaer doit retrouver le mojo de ses débuts. Sauf que non.

Depuis sa "titularisation", l'entraîneur norvégien a drastiquement fait chuter sa moyenne de points pris par rencontre : il est passé de 2,32 à 1,12 en autant de matches... À titre de comparaison, Pep Guardiola tourne à 2,37 points par matches en 182 matches avec Manchester City, et Jürgen Klopp à 1,98 en 217 matches (les débuts ont été compliqués). Encore moins flatteur pour Solskjaer, la comparaison avec ses prédécesseurs sur le banc de Manchester United. Louis Van Gall affiche une moyenne de 1,81 point, David Moyes 1,73, et José Mourinho... 1,97 ! Il n'en fallait pas plus pour voir le coach portugais savourer, avec son sens de la provocation légendaire. Désormais consultant pour la chaîne anglaise Sky, il a livré un constat implacable après la défaite de Manchester United à West Ham :

Nous avons été mauvais la saison dernière, mais je ne vois aucune amélioration cette saison. J’aime bien les trois recrues, elles apportent de la qualité à l’équipe. Mais l’équipe en tant qu’équipe, je n’aime pas du tout. Je ne suis pas surpris du résultat.

Du banc au ban ?

Effectivement, les années se suivent et se ressemblent à Manchester United. Errements défensifs, manque de créativité, aucune animation offensive, joueurs ne semblant pas ou peu impliqués (Matic, Pogba, Mata...). Le projet actuel est bien compliqué à déterminer et les tuiles se succèdent. En vendant Lukaku sans le remplacer, les Red Devils ne peuvent plus compter que sur Martial et Rashford au poste d'avant-centre. Et le second cité a quitté le terrain à la 61e minute de jeu pour rejoindre l'infirmerie, où il a pu rejoindre... le premier. Anthony Martial devrait bientôt être de retour, mais les solutions semblent bien minces pour Solskjaer. Et le risque de plus en plus grand de voir Manchester United s'enfoncer dans, si ce n'est le ventre mou, les places qualificatives pour la Ligue Europa, bien loin de la lutte pour le titre entre ses deux plus grands rivaux, Liverpool et City. Si la puissance économique du club, toujours dans le top 5 des plus riches au monde, peut lui permettre de ne pas devenir le Milan AC d'Angleterre, sur le plan sportif, ça commence un peu à y ressembler...

Forcément en première ligne, Ole Gunnar Solskjaer n'a plus le droit à l'erreur dans les prochaines semaines. Car il est en train d'apprendre que depuis le départ d'Alex Ferguson, le banc de Manchester United, il est bien plus compliqué de s'y asseoir que d'en sortir...

Sources : Transfermarkt, Express

Par Sébastien Delecroix