SFR Actus
Football

Un documentaire sur Pelé arrive sur Netflix

Pelé, l'un des plus grands joueurs de football de tous les temps, sera l'objet d'un documentaire Netflix en ligne dès le 23 février © YouTube - Netflix France

Avant Messi, Cristiano Ronaldo, Ronaldo, Maradona et Cruyff, il y avait Pelé. Le Roi Pelé. Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps, si ce n'est LE meilleur joueur de tous les temps, on ne connaît que quelques-unes de ses actions, en noir et blanc. Alors Netflix va mettre un peu de lumière sur la tête la plus couronnée du football, pour un documentaire événement.

Edson Arantes do Nascimento, ça fait un peu long à imprimer sur un maillot. Et un peu trop compliqué à prononcer pour un commentateur de foot. Heureusement, les joueurs brésiliens prennent souvent un diminutif salvateur. Et pour Edson Arantes do Nascimento, c'est sans doute le plus connu de tous : Pelé.

Une légende. Celle d'un joueur champion du monde à 17 ans avec le Brésil, en 1958, se permettant de claquer un triplé en demi-finale contre la France, puis un doublé en finale contre la Suède. Et tout ça à 17 ans seulement, oui. Le début vertigineux d'une carrière incroyable, qui aurait pu lui rapporter 15 Ballons d'Or, si le prestigieux trophée n'était pas décerné qu'à des joueurs évoluant en Europe. Car Pelé n'aura joué qu'au Brésil, à Santos, inscrivant la bagatelle (d'après une expression de l'époque) de 643 buts en 659 matchs, puis aux États-Unis, pour les New York Cosmos, une franchise montée autour de lui, et pour laquelle il inscrit 37 buts en 64 matchs. Mais c'est surtout avec le Brésil qu'il va briller, avec de superbes victoires, mais surtout de sompteux échecs...

Avec le Brésil, Pelé brille encore plus que la tunique jaune de la seleçao. Même si les matchs sont alors diffusés en noir et blanc. D'après les témoignages de l'époque, il semblait voler sur le terrain, comme en lévitation, plus rapide, plus agile, plus fort tout simplement que ses adversaires. En 92 sélections, il marque 77 buts, et devient champion du monde à trois reprises : en 1958 donc, mais également en 1962 et en 1970. En 1966 en Angleterre, il se fait agresser et blesser par ses adversaires bulgares et portugais, l'empêchant de jouer normalement, et le Brésil est éliminé dès le début de la compétition. Mais si la carrière du phénomène a été jalonnée de succès, ce sont curieusement ses échecs qui constituent ses actions les plus connues...

Que des numéros 10 dans la team de Pelé

Pelé a presque marqué contre Gordon Banks, le gardien anglais, de la tête en 1970. L'arrêt extraordinaire du gardien a même fait dire au numéro 10 : "j'ai marqué un but, mais Banks l'a arrêté". Une formule restée dans la légende. Tout comme sa tentative de lob du milieu de terrain contre le gardien tchécoslovaque dans la même compétition, considérée comme la plus belle Coupe du Monde de l'histoire. Depuis, beaucoup de joueurs ont réussi à marquer d'aussi loin, mais on en parle toujours comme d'une tentative "à la Pelé", alors que lui avait échoué. Mais il avait été le premier à oser un tel geste en mondiovision. C'est toujours en 1970, en demi-finale contre l'Uruguay, qui réalise un grand pont sur le gardien en laissant passer la balle entre ses jambes. Son tir après avoir contourné le portier passera à côté du but. Une nouvelle tentative ratée mais devenue légendaire, donnant l'impression de voir évoluer un danseur de ballet au milieu d'un champ d'hippopotames, tant il semble au-dessus de ses adversaires.

Après l'extraordinaire série The Last Dance, qui a permis de revivre une saison culte des Chicago Bulls et de Michael Jordan, c'est une nouvelle page de l'histoire du sport que s'apprête à mettre en avant Netflix avec Pelé, le documentaire événement disponible le 23 février prochain. Parce qu'il est peut-être temps de faire comprendre aux plus jeunes, et de rappeler aux plus anciens, pourquoi on appelait cet homme "Le Roi".

Retrouvez Pelé le 23 février sur Netflix, la plateforme de streaming disponible depuis la box SFR.

Source : Netflix

Sébastien Delecroix
Sébastien Delecroix Rédacteur