Une compétition d’e-Sport à la Paris Game Week 2016.
Insolite

L’e-Sport, bientôt une discipline aux Jeux ?

Une compétition d’e-Sport à la Paris Game Week 2016. © Aurélien Micgnerat

L’e-Sport est de plus en plus reconnu comme un véritable sport à part entière. Et si à Paris, en 2024, on remettait une médaille d’or à un as du joystick ?

C’est un sport qui monte ! Il y a quelques années, l’e-Sport était encore vu comme une pratique marginale. Une bande de geeks qui se réunissait dans une grande salle pour déterminer qui était le meilleur à tel ou tel jeu. Rien qui ne pourrait intéresser le grand public ? Détrompez-vous. Chaque année, le public est de plus en plus nombreux.

Une étude menée par SuperData révèle ainsi que les gains générés par ces compétitions en France sont plus importants qu’on ne l’imagine et surtout, en constante hausse année après année. 22 millions de dollars en 2016, près de 26 millions en 2017 pour arriver aux alentours de 29 millions de dollars en 2018. L’étude indique également que ce sont près de 1,4 million de spectateurs qui assistent à ces grands tournois chaque année. Un chiffre qui pourrait doubler en 2019. Avec un tel engouement, l’e-Sport pourrait-il arriver à Paris en 2024 ?

Les français plébiscitent l’e-Sport

Il n’y a pas qu’en France que l’alliance entre sport et gaming génère un certain engouement. C’est littéralement le monde entier qui a été conquis par les matches de manettes, générant près d’un milliard de dollars en moins d’un an. Un engouement croissant qui mérite d'obtenir une véritable reconnaissance dans les plus hauts cercles du sport.

Selon une étude menée par Crucial, près de 38% des gamers français souhaiteraient voir l’e-Sport arriver aux prochains Jeux. Une opinion partagée par d’autres pays européens : ils sont 35% à avoir le même avis en Allemagne et 31% au Royaume-Uni.

Le principal argument en faveur d’une telle promotion, c’est qu’au fil des années, l’e-Sport s’est grandement professionnalisé. Ce n’est plus seulement une pratique d’amateurs, c’est une discipline à part entière, avec un entraînement intensif, une préparation consciencieuse et des revenus à la clé. Plus que de simples gamers, ils sont de véritables athlètes.

L’e-sport pour 2024 c’est vraiment possible ?

Si les français veulent que l’e-Sport devienne une discipline officielle en 2024, en pratique, c’est une toute autre chose. L’organisation des Jeux reste un petit peu frileux sur ces questions-là. Certes, nous pourrions avoir du breakdance, de l’escalade, du sport ou du skateboard comme nouvelles disciplines. Mais les jeux-vidéo, c’est une autre histoire qui pourrait prendre plus de temps.

La grande décision sera prise en juin 2019 : le CIO se réunira et décidera quels seront les sports au programme de Paris 2024. Une fois passée cette date, c’est plié, il n’y aura plus d’ajouts. À l’exception des disciplines mentionnées juste au-dessus, il n’est pour l’instant pas encore prévu qu’il y en ait d’autres. Jusqu’à quand faudra-t-il attendre ? 2028 ? 2032 ? 2036 ?

Le tableau n’est toutefois pas complètement noir. Car si le CIO semble réticent à pleinement reconnaître l’e-Sport, il lui a tout de même accordé une petite fleur par le passé. À l’hiver 2018, juste avant les Jeux en Corée du Sud, Intel a organisé un grand tournois à PyeongChang, avec le soutien du Comité International.

Certes, ce n’est pas grand-chose, mais c’est déjà une première poignée de main entre les Jeux et l’e-Sport. Un premier présage qui nous laisse entendre la possibilité de l’ajout de la discipline dans les années à venir. Quant à savoir le jour où l’on remettra pour la première fois une médaille d’or au meilleur joueur ou à la meilleure équipe, cela reste un mystère.

Clément Capot
https://twitter.com/Clepotp Par Clément Capot Rédacteur