Makwan Amirkhani et Shane Burgos s'affrontent en mi-lourds à l'UFC 244, au Madison Square Garden à New York, le 2 novembre 2019.
Sport

La France se prépare pour l’arrivée du MMA en 2020

Makwan Amirkhani et Shane Burgos s'affrontent en mi-lourds à l'UFC 244, au Madison Square Garden à New York, le 2 novembre 2019. © STEVEN RYAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Longtemps restée réticente malgré sa popularité, l’Hexagone laisse enfin une chance à ce sport de combats de l'extrême d’investir ses terres.

Le Mixed Martial Arts, c’est ce sport de combat mêlant des techniques de lutte, de karaté ou encore de ju-jitsu, où (presque) "tous les coups sont permis". Certains reconnaîtront-là le sous-titre d’un long-métrage de 1988 porté par Jean-Claude Van Damme, qui incarnait un champion de karaté en lice dans un tournoi clandestin avec la crème de la crème des arts martiaux. "Ce qui a infusé le principe du MMA", estime ainsi le promoteur français Mohammed Temmar au micro de Franceinfo, "c’est le film Bloodsport".

Plus tard, les téléspectateurs avaient encore droit à un aperçu de cette pratique, qui n’a cessé de se populariser depuis la création en 1993 de l’Ultimate Fighting Championship, ou l’iconique UFC américaine, grâce à un épisode… de Friends ! Souvenez-vous, c’était le petit-ami milliardaire de Monica, Pete, incarné par un certain Jon Favreau, qui voyait tous les os de son corps brisés dans l’octogone...

Plus récemment, en France, ce sont les rappeurs rivaux Booba et Kaaris qui ont largement participé à faire connaître ce sport en promettant un combat de choc pour régler leurs différends. Si celui-ci n’a finalement jamais eu lieu, annulé par les autorités suisses alors qu’il devait se dérouler à Bâle le 30 novembre dernier, nul doute que les principaux intéressés sont au courant qu’ils pourraient, s’ils le souhaitaient, s’affronter dans leur propre pays dès l’an prochain. Eh oui, après avoir longtemps été boudé (et même montré du doigt) dans nos contrées, le MMA est en passe d’être légalisé dans l’Hexagone.

Le MMA officialisé au 1er janvier 2020

C’est déjà en avril dernier que la ministre des Sports Roxana Maracineanu a fait un sacré pas en avant, en affirmant sur RMC Sport vouloir "réglementer" – et donc autoriser – la pratique des arts martiaux mixtes "pour pouvoir avoir un œil sur cette discipline". Bien consciente de la popularité grandissante du sport de combat, dont la pratique "au moins au niveau amateur est une réalité en France", l’ancienne championne de natation a ainsi lancé un appel à candidature en juin pour déterminer quelle fédération existante serait prête à prendre en charge l’organisation du MMA dans l’Hexagone.

Les dossiers devaient être déposés au plus tard le 27 novembre dernier, et elles seraient six fédérations françaises à s’être portées candidates selon une information de RMC Sport : celles de kick boxing et muay thaï, de karaté, de lutte, de judo, de boxe française, ainsi que la Fédération sportive et gymnique du travail. D’après l’Appel à manifestation d’intérêt publié par le ministère des Sports, une commission se réunira les 5 et 6 décembre prochains, avant de consulter le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) puis de rendre une décision le 31 décembre quant à cette "délégation pour la discipline des arts martiaux mixtes à compter du 01/01/2020".

Déjà des combats prévus sur le sol français

À moins d’un coup de théâtre, c’est ainsi écrit noir sur blanc : le MMA débarquera en France le mois prochain. Les promoteurs n’ont d’ailleurs pas attendu la clôture de l’appel à candidature destiné aux fédérations pour organiser les premières compétitions hexagonales. Ainsi le balbutiant ARES Fighting Championship arrivera-t-il à Paris, le 21 mars 2020, après avoir fait ses premiers pas à Dakar le 14 décembre. C’est Fernand Lopez, patron de la salle parisienne MMA Factory et initiateur de cette nouvelle ligue afro-européenne, qui a confirmé la tenue d’un tournoi dans la capitale française au micro du podcast RMC Fighter Club lundi dernier : "Oui, c’est ça, ARES 2."

Et ce n’est pas tout. Alors que d’autres combats, plus petits, devraient bien sûr être mis en place entre-temps, l’emblématique UFC américaine a elle-même fait savoir ses envies de MMA en France. En octobre dernier, son président Dana White a en effet déclaré lors d’une conférence de presse, rappelant que la ligue "organise 44 combats par an" et qu’elle aime voyager : "On ira à Paris, en France, l’année prochaine pour y faire un événement." Voilà qui devrait faire rapidement monter la sauce, assurant définitivement la popularité de l’octogone dans l’Hexagone !

Sources : Franceinfo, RMC Sport, Ministère des Sports

Jessica Rat
https://twitter.com/rat_jessica Jessica Rat Rédacteur